nouvelles (1)

Newsletter

Une ville saoudienne présente un beau jeu alors que la fièvre de la Coupe du monde s’empare de la nation

« Le silence international sur les violations des Houthis sert-il le peuple yéménite ? L’envoyé saoudien demande au Conseil de sécurité de l’ONU

NEW YORK : L’Arabie saoudite a appelé mardi le Conseil de sécurité de l’ONU à désigner les Houthis au Yémen comme groupe terroriste, avertissant que la récente escalade du conflit par la milice soutenue par l’Iran était « extrêmement grave », susceptible de provoquer « l’effondrement » du pays. à tout moment », et entraînent des conséquences dévastatrices sur la sécurité de toute la région.

“Classer les milices houthies comme groupe terroriste est aujourd’hui extrêmement urgent et primordial”, a déclaré Abdulaziz Alwasil, représentant permanent de l’Arabie saoudite auprès de l’ONU, lors d’une réunion du Conseil de sécurité pour discuter des derniers développements au Yémen. Il a déclaré que toutes les tentatives de résolution du conflit avaient échoué en raison des violations continues des Houthis, ce qui ne laissait qu’une seule option à l’organisation mondiale.

Alwasil a appelé le CSNU à discuter de la situation au Yémen « dans toutes ses dimensions et en toute transparence et objectivité ». La réunion, a-t-il ajouté, intervient dans le contexte de “graves développements politiques et sécuritaires menaçant le Yémen et la région avec plus d’instabilité et d’insécurité”.

Déplorant l’absence d’une vision internationale capable de garantir que les Houthis déposent les armes et s’engagent dans des pourparlers de paix, Alwasil a déclaré au conseil : « Une question doit être posée ici… Le silence international face à ces violations sert-il le peuple yéménite ?

Depuis la dernière réunion du CSNU sur la nation déchirée par la guerre en octobre, les Houthis ont lancé plusieurs attaques de drones qui ont ciblé les ports du gouvernement yéménite, dont une qui a touché un pétrolier grec près du terminal pétrolier d’Al-Dubba dans le gouvernorat d’Hadramawt.

Les Houthis ont déclaré qu’ils avaient lancé l’attaque pour avertir le gouvernement yéménite de ne pas utiliser le terminal pour exporter du pétrole. Le CSNU a par la suite condamné les attaques.

Des attaques de drones similaires ont ensuite visé le terminal pétrolier de Rudum, puis le port sud de Qena dans le gouvernorat de Shabwah. Cela a entraîné une nouvelle condamnation du CSNU, qui a appelé le groupe à renouveler la trêve qu’il avait abandonnée.

Alwasil a appelé la communauté internationale à adopter « une position claire contre les activités terroristes (des) Houthis, qui utilisent des missiles balistiques et des drones pour cibler les Yéménites, les États voisins et les navires commerciaux et pétroliers ».

Il a déclaré que le Royaume n’hésiterait pas à se défendre et à répondre fermement à toute menace à sa sécurité nationale. L’Arabie saoudite défendrait également tous les pays du Golfe et les nations qui font partie de la coalition.

La réunion du CSNU intervient sept semaines après que la trêve négociée par l’ONU – qui est entrée en vigueur le 2 avril et a été renouvelée deux fois – a expiré le 2 octobre. La trêve de deux mois avait été saluée pour la réduction drastique des hostilités et des pertes civiles, ainsi que la reprise des vols commerciaux depuis l’aéroport de Sanaa. Les membres du CSNU avaient déclaré que la trêve, si elle était pleinement mise en œuvre et élargie, conduirait finalement à un règlement global de la guerre du pays.

Mais le délai est passé sans un mot sur son renouvellement, jusqu’à ce que les Houthis, après avoir rencontré l’envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen, Hans Grundberg, déclarent que le cessez-le-feu est « dans une impasse », en raison de ce qu’ils perçoivent comme un manque de volonté de donner la priorité aux questions humanitaires.

Alwasil a déclaré aux membres du conseil que la milice houthie imposait de nouvelles conditions avant d’accepter de prolonger la trêve. « Premièrement, que la coalition paie les salaires de ses combattants hors-la-loi qui commettent des crimes humanitaires contre les Yéménites. Deuxièmement, que ces salaires soient payés en dollars américains et non dans la monnaie locale.

Il a déclaré que les Houthis refusent toujours de déposer les revenus du port de Hodeidah à la banque centrale du Yémen, « en violation flagrante de l’accord de trêve », et utilisent plutôt les ressources pour financer leurs opérations militaires. Ils contrôlaient le port, a-t-il dit.

« Le port est infesté de mines marines et utilisé pour la guerre. Il a été transformé en une plaque tournante pour la contrebande d’armes et de matériel internationalement interdit et pour la contrebande de terroristes en l’absence de tout mécanisme d’inspection international », a-t-il ajouté.

Alwasil a déclaré que les attaques contre les ports légitimes détenus par le gouvernement sont “un acte criminel visant à appauvrir et à affamer le peuple yéménite”. Par ces activités, ils prenaient le peuple en otage, « contrôlaient leur destin et exposaient (plusieurs) générations yéménites aux menaces de guerres et de conflits armés, (tout en) plaçant leurs idéologies extrémistes au-dessus de toute autre considération ».

Alwasil a déclaré que les Houthis continuaient également de bloquer Taiz, « qui connaît une situation humanitaire désastreuse ». Ils privent les régions qui ne sont pas sous leur contrôle de fonds dont ils ont tant besoin en exploitant les ressources naturelles, qui devraient servir à payer les salaires des enseignants et des travailleurs du secteur public.

L’envoyé saoudien a déclaré que le Royaume restait déterminé à soutenir le peuple yéménite qui souffre depuis longtemps, étant l’un des plus grands donateurs au monde pour le pays. Cependant, les efforts d’aide sont de plus en plus entravés par les actions des Houthis, a-t-il déclaré.

« Les milices houthies doivent être empêchées de contrôler l’aide humanitaire, de la détourner et de priver ceux qui en ont besoin.

Alwasil a remercié Grundberg et Reena Ghelani, directrice des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, pour leurs efforts visant à promouvoir la paix et la sécurité au Yémen et à soulager le sort de son peuple.

Il a réitéré le “soutien indéfectible” du Royaume aux efforts politiques et humanitaires de l’ONU visant à mettre fin à la crise.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT