nouvelles (1)

Newsletter

Une vague massive de manifestants irakiens fait irruption dans la zone verte et occupe le parlement

Al-Sadr a utilisé ses partisans comme levier contre ses rivaux et leur a ordonné d’occuper le parlement dans le passé – comme en 2016, sous l’administration du Premier ministre Haidar al-Abadi.

Maintenant, 10 mois après les dernières élections, le vide politique s’annonce comme le plus long depuis que l’invasion menée par les États-Unis en 2003 pour renverser le dictateur irakien Saddam Hussein avait rétabli l’ordre politique du pays.

Les manifestants se rassemblent samedi sur un pont menant à la zone verte de Bagdad, en Irak.Le crédit:PA

Les rivaux d’Al-Sadr au sein du Cadre de coordination – une alliance de partis chiites soutenus par l’Iran et dirigés par l’ancien Premier ministre Nouri al-Maliki – ont montré des signes de divisions internes plus tard samedi.

Dans un premier temps, l’alliance a appelé à des contre-manifestations « pacifiques » pour défendre l’État, faisant craindre d’éventuels affrontements de rue et violences interethniques.

“La paix civile est une ligne rouge et tous les Irakiens doivent être prêts à la défendre par tous les moyens possibles et pacifiques”, a déclaré l’alliance. Trois responsables chiites ont déclaré que cette déclaration avait été écrite par al-Maliki et le chef de milice et personnalité politique Qais al-Khazali.

Chargement

Plus tard, Hadi al-Amiri, également chef de l’alliance, a publié une déclaration invitant notre « cher frère » al-Sadr à « un dialogue sérieux » pour trouver une issue à l’impasse. Al-Maliki a également semblé pivoter et a publié une déclaration disant que les événements tumultueux de la journée l’avaient incité à appeler au dialogue avec al-Sadr.

Al-Maliki est le principal rival d’al-Sadr et les deux hommes sont puissants à part entière.

Les Nations Unies ont exprimé leur inquiétude face à une plus grande instabilité et ont appelé les dirigeants irakiens à la désescalade. « Les voix de la raison et de la sagesse sont essentielles pour prévenir de nouvelles violences. Tous les acteurs sont encouragés à désamorcer dans l’intérêt de tous les Irakiens », a déclaré l’ONU.

Dans un discours, le Premier ministre par intérim Mustafa al-Kadhimi a appelé à la retenue.

“Les blocs politiques doivent s’asseoir et négocier et parvenir à un accord pour le bien de l’Irak et des Irakiens”, a-t-il dit et a ordonné aux forces de sécurité de protéger les manifestants.

Le dirigeant chiite Ammar al-Hakim – qui est allié au Cadre mais a annoncé qu’il ne participerait pas au prochain gouvernement – ​​a fait écho aux propos d’al-Kadhimi et a appelé les deux parties à faire des concessions pour éviter « la perte irremplaçable de la patrie ».

Tout au long de la journée, les partisans d’al-Sadr – dont beaucoup étaient venus non seulement de Bagdad mais aussi d’autres provinces pour organiser le sit-in – ont continué à se presser dans le bâtiment du Parlement, brandissant le drapeau irakien et des portraits d’al-Sadr. Ils ont scandé contre l’intrusion des États étrangers, une référence voilée à l’Iran.

C’était la deuxième fois en quatre jours que l’ecclésiastique ordonnait à ses partisans de prendre leur cause à l’intérieur de la zone verte. Mercredi, après que des manifestants ont pris d’assaut le parlement de la même manière, ils sont partis peu de temps après être entrés à l’intérieur, sur ordre d’al-Sadr.

La démonstration de force de mercredi est intervenue après que les rivaux d’al-Sadr aient fait un pas en avant dans leurs efforts de formation du gouvernement en nommant Mohammed al-Sudani comme leur candidat au poste de Premier ministre.

Chargement

À l’intérieur du parlement, au fil de la journée, les défenses des forces de sécurité sont devenues moins intenses et beaucoup ont été vus assis et conversant avec des manifestants. Plus tard, certains manifestants ont commencé à se déplacer du parlement vers le bâtiment du Conseil judiciaire.

“Nous sommes venus aujourd’hui pour éliminer la classe politique corrompue et l’empêcher de tenir une session parlementaire, et pour empêcher le Cadre de former un gouvernement”, a déclaré Raad Thabet, 41 ans. “Nous avons répondu à l’appel d’al-Sadr.”

Le parti d’Al-Sadr a quitté les pourparlers sur la formation du gouvernement en juin, donnant à ses rivaux du cadre de coordination la majorité dont ils avaient besoin pour faire avancer le processus.

De nombreux manifestants portaient du noir pour marquer les jours précédant l’Achoura, qui commémore la mort de l’imam Hussein, le petit-fils du prophète Mahomet et l’une des figures les plus importantes de l’islam chiite. Les messages d’Al-Sadr à ses partisans ont profité de cette journée importante de l’islam chiite pour déclencher des protestations.

On ne sait pas dans quelle mesure les événements de samedi pourraient faire dérailler les efforts visant à rassembler suffisamment de soutien pour la candidature d’al-Sudani au poste de Premier ministre. Al-Maliki avait lui-même voulu le poste de premier ministre, mais des enregistrements audio ont été divulgués dans lesquels il aurait prétendument maudit et critiqué al-Sadr et même ses propres alliés chiites, ce qui a effectivement coulé sa candidature.

PA

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT