nouvelles (1)

Newsletter

“Une guerre nucléaire ne peut pas être gagnée et ne doit jamais être menée” – les dirigeants mondiaux font pression sur Poutine

  • Les Russes ont protesté contre l’appel de réservistes par le président Vladimir Poutine pour la guerre en Ukraine.
  • Le président américain Joe Biden a accusé Poutine de menacer l’Europe d’une guerre nucléaire.
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté l’ONU à punir la Russie.

La pression s’est intensifiée sur le président Vladimir Poutine lorsque sa décision d’envoyer des réservistes en Ukraine a déclenché de nombreuses manifestations et des centaines d’arrestations dans son pays, et les dirigeants occidentaux ont déchiré le dirigeant russe aux Nations Unies.

Entraînant son feu sur Poutine alors qu’il s’adressait à l’Assemblée générale, le président américain Joe Biden l’a accusé d’avoir violé “sans vergogne” la Charte des Nations Unies avec une guerre visant à “éteindre le droit de l’Ukraine à exister en tant qu’État”.

S’exprimant à l’unisson avec ses collègues dirigeants de l’OTAN, Biden a dénoncé mercredi Poutine pour avoir proféré “des menaces nucléaires manifestes contre l’Europe” dans le cadre de sa dernière escalade, et a averti qu'”une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée”.

LIRE | “Nous n’accepterons aucune paix dictée par la Russie” – Scholz dénonce la guerre d’Urkaine de Poutine

S’adressant à l’assemblée plus tard par vidéo – le seul dirigeant autorisé à le faire – le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté l’ONU à punir la Russie pour l’invasion, appelant à un tribunal spécial et à un fonds d’indemnisation et à ce que Moscou soit dépouillé de son droit de veto.

Zelensky, qui a mérité une standing ovation, a déclaré :

Un crime a été commis contre l’Ukraine et nous exigeons un juste châtiment.

Les discours très médiatisés sont intervenus quelques heures après que Poutine a considérablement augmenté les enjeux de sa guerre de sept mois en appelant 300 000 réservistes militaires – une étape que les puissances occidentales ont dépeinte comme un désespoir et qui a attiré des manifestants dans les rues de toute la Russie.

En Russie, plus de 1 300 personnes ont été arrêtées dans 38 villes différentes, selon le groupe de surveillance OVD-Info – les plus grandes manifestations observées depuis que Poutine a lancé son offensive en février.

Dans le centre de Moscou, des journalistes de l’AFP ont vu au moins 50 personnes arrêtées par la police en tenue anti-émeute, tandis que dans l’ancienne capitale impériale Saint-Pétersbourg, la police a encerclé et détenu un petit groupe de manifestants, les faisant monter dans un bus alors qu’ils scandaient “Pas de mobilisation”. !”

“Tout le monde a peur. Je suis pour la paix et je ne veux pas avoir à tirer”, a déclaré le manifestant Vasily Fedorov, un étudiant portant un symbole pacifiste sur la poitrine.

Les vols au départ de la Russie étaient presque complets cette semaine, selon les données des compagnies aériennes et des agences de voyages, dans un exode apparent de personnes qui ne souhaitent pas rejoindre le conflit.

Échange de prisonniers

Le même jour que l’ordre de mobilisation de Poutine, l’Ukraine a annoncé l’échange d’un nombre record de 215 soldats emprisonnés avec la Russie, y compris des combattants qui ont dirigé la défense de l’aciérie d’Azovstal à Marioupol, devenue une icône de la résistance ukrainienne.

Le missile qui a été lancé par la Russie aurait fait plus de 30 morts et plus de 100 blessés lors d’une attaque russe contre une gare dans l’est de l’Ukraine.

Getty Images Andrea Carrubba, Agence Anadolu via Getty Images

Dix prisonniers libérés – dont deux des États-Unis, cinq de Grande-Bretagne et d’autres de Suède, du Maroc et de Croatie – ont été transférés en Arabie saoudite depuis la Russie, a indiqué Riyad, sans préciser quand ils seraient renvoyés chez eux.

Mais les percées diplomatiques n’ont pas fait baisser la température alors que les dirigeants occidentaux ont exprimé leur indignation face aux dernières mesures de Poutine – et au projet de Moscou d’organiser des référendums d’annexion cette semaine dans les régions d’Ukraine sous contrôle russe.

Donetsk et Lougansk à l’est et Kherson et Zaporizhzhia au sud organisent des votes sur cinq jours à compter de vendredi – une décision qui permettrait à Moscou d’accuser l’Ukraine d’attaquer le territoire soi-disant russe.

La Turquie a été le dernier membre de l’OTAN à s’exprimer mercredi contre les projets de référendum de la Russie, les qualifiant d’« illégitimes ».

Les référendums suivent un schéma établi en 2014, lorsque la Russie a annexé la péninsule de Crimée à l’Ukraine après un vote similaire.

Cette image satellite est une gracieuseté de Maxar Tec

Cette image satellite distribuée avec l’aimable autorisation de Maxar Technologies montre la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, située dans la zone sous contrôle russe d’Enerhodar, dans l’est de l’Ukraine.

AFP Polycopié, Image satellite ©2022 Maxar Technologies,

Comme en 2014, Washington, Berlin et Paris ont dénoncé les derniers scrutins, affirmant que la communauté internationale n’en reconnaîtrait jamais les résultats.

Dans une allocution préenregistrée tôt mercredi, Poutine a accusé l’Occident de tenter de “détruire” la Russie en soutenant Kyiv alors qu’il annonçait une mobilisation militaire partielle.

Poutine a dit :

Lorsque l’intégrité territoriale de notre pays sera menacée, nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple. Ce n’est pas du bluff.

“Ceux qui essaient de nous faire chanter avec des armes nucléaires doivent savoir que le vent peut aussi tourner dans leur direction.”

En marge de la réunion de l’ONU, le président français Emmanuel Macron a exhorté le monde à “exercer un maximum de pression” sur Poutine, tandis que le chancelier allemand Olaf Scholz a dénoncé l’appel comme “un acte de désespoir”.

Réunion d’urgence

Et la Première ministre britannique Liz Truss – lors de son premier voyage depuis qu’elle a succédé à Boris Johnson – s’est engagée devant l’ONU à maintenir “notre soutien militaire à l’Ukraine aussi longtemps qu’il le faudra”.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a quant à lui condamné la “rhétorique nucléaire dangereuse et imprudente” de Poutine.

Les hauts diplomates de l’Union européenne ont tenu une réunion d’urgence mercredi soir en marge de l’ONU pour discuter d’éventuelles nouvelles sanctions contre la Russie.

“Nous étudierons, nous adopterons de nouvelles mesures restrictives, à la fois personnelles et sectorielles”, a déclaré le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, après la réunion, ajoutant qu’une décision finale devait être prise formellement.

La “saisie et militarisation” par la Russie de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhzhia – la plus grande d’Europe – a également été condamnée comme “cause profonde” de l’instabilité nucléaire par plusieurs pays, dont les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne.

Ils ont déclaré dans une déclaration commune appelant au retrait de Moscou :

(Les) risques accrus d’accident nucléaire resteront dangereusement élevés tant que la Russie restera présente sur le site de (la centrale nucléaire).

La vague d’annonces de Moscou est venue avec les forces russes en Ukraine confrontées à leur plus grand défi depuis le début du conflit.

Au cours d’une vaste contre-offensive ces dernières semaines, les forces de Kyiv ont repris des centaines de villes et de villages.

Dans un rare aveu, Moscou a indiqué mercredi que 5 937 soldats russes étaient morts en Ukraine depuis février.

Au moment où Poutine a fait son annonce, les habitants nettoyaient les décombres et le verre brisé d’un immeuble de neuf étages touché par une frappe de missile pendant la nuit dans la ville de Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine.

“Ils veulent nous libérer de quoi ? De nos maisons ? De nos proches ? De nos amis ?” une résidente de 50 ans, qui a donné son nom comme Galina, a fait rage.

“Ils veulent nous libérer de la vie ?”

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT