Une étude examine le lien entre la position socio-économique et le risque de troubles mentaux

| |

Des chercheurs de l’Université d’Helsinki, de l’Université d’Aarhus et de l’Université de Manchester ont étudié le lien entre la position socio-économique des parents et le risque que les enfants développent des troubles mentaux plus tard dans la vie.

Comme données de recherche, le projet a utilisé une cohorte d’environ un million d’enfants danois nés entre 1980 et 2000. Le revenu de leurs parents a été mesuré l’année de la naissance ainsi que lorsque les enfants avaient 5, 10 et 15 ans. Cinq tranches de revenu étaient utilisé dans chaque point de mesure, permettant aux chercheurs de mesurer également la fluctuation du revenu pendant l’enfance.

La santé mentale des enfants inclus dans l’ensemble de données a été surveillée de l’âge de 15 ans jusqu’au diagnostic de trouble mental ou à la fin de 2016, et donc le suivi le plus long a eu lieu jusqu’à l’âge de 37 ans.

Les données sur les diagnostics de troubles mentaux proviennent du registre psychiatrique danois. En d’autres termes, les sujets de l’étude identifiés de cette manière avaient abouti à un traitement dans un hôpital psychiatrique ou une clinique externe en raison de problèmes de santé mentale. La période de suivi globale de l’étude a été réalisée de 1995 à 2016.

Les résultats ont été publiés dans le Médecine BMC journal.

Notre étude a démontré que plus les enfants grandissaient dans des familles avec des parents à faible revenu, plus ils risquaient de développer un trouble mental. “

Christian Hakulinen, maître de conférences en psychologie de la santé, Université d’Helsinki

Un quart des personnes nées dans le quintile de revenu parental le plus bas ont développé un trouble mental

Selon les résultats de l’étude, 25,2% des enfants nés dans le quintile de revenu parental le plus bas ont développé un trouble mental diagnostiqué cliniquement au moment où ils ont eu 37 ans. De même, 13,5% des enfants nés dans le quintile de revenu parental supérieur ont développé un trouble mental dans le même période de temps.

«Parmi les troubles mentaux étudiés, la seule exception était les troubles de l’alimentation. Dans leur cas, un faible revenu parental était associé à un risque plus faible de développer un trouble de l’alimentation», explique Hakulinen.

Les résultats montrent que plus les enfants vivaient longtemps dans des familles à faible revenu, plus leur risque de développer un trouble de santé mentale était grand.

“Nous avons observé qu’un tiers des enfants qui vivaient dans des familles à faible revenu tout au long de leur enfance ont été diagnostiqués plus tard avec un trouble mental. Dans le même temps, 12% des enfants qui ont grandi dans le quintile de revenu supérieur ont ensuite reçu un diagnostic de trouble mental. trouble mental », dit Hakulinen.

Plus de mesures dans l’enfance pour prévenir les troubles mentaux?

Bien que l’étude se soit concentrée sur les familles danoises, Hakulinen pense que les résultats peuvent être utilisés pour tirer des conclusions également dans le contexte d’autres pays nordiques, car nos systèmes de santé sont assez similaires dans le traitement des troubles mentaux.

«Les troubles mentaux qui réduisent la capacité fonctionnelle sont généralement traités dans le cadre de soins secondaires au Danemark et dans le reste des pays nordiques, en particulier s’ils apparaissent au début de l’âge adulte», explique Hakulinen.

Les résultats indiquent que les conditions socio-économiques de l’enfance sont associées à l’apparition de troubles mentaux. En fait, Hakulinen souhaiterait qu’une attention soit accordée à la prévention et au traitement de ces troubles dès l’enfance.

«Les mesures axées sur l’enfance, telles que les interventions de soutien à la parentalité, pourraient bénéficier en particulier aux familles à faible revenu. Cela permettrait de s’attaquer aux facteurs de risque psychosociaux, que les défis financiers aggravent généralement», note Hakulinen.

La source:

Référence du journal:

Hakulinen, C., et al. (2020) Le revenu parental en tant que marqueur de la position socio-économique pendant l’enfance et le risque plus tard de développer un trouble mental secondaire diagnostiqué par les soins examinés sur l’ensemble du spectre diagnostique: une étude de cohorte nationale. Médecine BMC. doi.org/10.1186/s12916-020-01794-5.

.

Previous

L’Australie échoue au test RCEP – CGTN

Salles de classe autorisées à rouvrir mais non requises: ministre de l’Éducation

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.