Une enquête révèle qui est le plus susceptible d’utiliser un préservatif

0
40

Devinez combien de jeunes hommes et femmes sont susceptibles de dire qu'ils utilisent toujours un préservatif. (iStock)

Partager

Alors que les taux d'infections sexuellement transmissibles (IST) augmentent partout au Canada, un fabricant de préservatifs et un organisme à but non lucratif ont commandé une étude sur l'utilisation du préservatif chez les étudiants universitaires.

Dans un communiqué de presse, Trojan note que les étudiants n'utilisent pas de préservatif principalement parce qu'ils utilisent une autre forme de contrôle des naissances. Il est à noter que l'utilisation de préservatifs est la seule méthode de contrôle des naissances qui protège contre la grossesse et les IST.

L'enquête a révélé que seulement 25% des femmes et 28% des hommes ont déclaré qu'ils utilisaient toujours un préservatif.

Il en ressort également que 26% des universitaires ont déclaré ne jamais utiliser de préservatif, contre 16% des hommes.

Plus de la moitié ne sont pas concernés

Le sondage a été conçu par des chercheurs du Conseil canadien de l'information et de l'éducation sur le sexe et de l'Université de Guelph, auprès de 1 472 étudiants âgés de 18 à 24 ans, et a été réalisé par la firme de sondage Leger Marketing.

Les taux d'ITS les plus fréquentes sont les plus élevés chez les 20 à 24 ans. Dans ce groupe, de 2007 à 2016, les taux de chlamydia ont augmenté de 49% et les taux de gonorrhée de 81%.

Malgré cela, une étude similaire réalisée en 2013 montrait que 59% des femmes et 57% des hommes se déclaraient «peu ou pas» ou «pas du tout inquiets» de contracter une IST.

En 2019, 65% des femmes et 50% des hommes ont dit la même chose.

Les résultats suggèrent que l'utilisation du préservatif n'a pas changé le plaisir sexuel

Les résultats de l'enquête suggèrent également que l'utilisation du préservatif n'a pas réduit le plaisir sexuel ni affecté le fait que les élèves aient un orgasme pendant les rapports sexuels.

Bien que 82% des personnes interrogées aient déclaré être heureuses ou très heureuses de leur vie sexuelle, Trojan déclare qu'elles ont besoin de davantage d'éducation en matière de santé sexuelle et de prévention de l'infection. Trojan collabore avec 10 universités et collèges du Canada pour fournir des échantillons de préservatifs et du matériel pédagogique.

Information sur les infections transmissibles sexuellement de l'Agence de la santé publique du Canada.

Partager

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.