Une église reconvertie aux Îles-de-la-Madeleine devient un carrefour culturel pour la communauté

Avec sa flèche et sa croix intactes, la Notre-Dame-de-la-Visitation L’église du village de Havre-Aubert aux Îles-de-la-Madeleine au Québec ressemble encore de l’extérieur à un lieu de culte.

Mais tout visiteur qui entre à l’intérieur remarque rapidement que l’espace a pris une nouvelle vie différente.

Le haut plafond en pente et les nombreuses rangées de bancs datent de l’utilisation originale du bâtiment comme espace de culte communautaire.

Mais toute la façade de l’église a été transformée en scène, avec des appareils d’éclairage courant le long des murs.

Cela fait partie de la conversion de l’église en un espace de représentation et de répétition pour des numéros de cirque, ainsi que des spectacles de musique et de danse.

Un travail d’amour

Cette conversion a commencé au printemps dernier après que la communauté a accepté la proposition de Jeannot Painchaud de créer un lieu de collaboration dans sa ville natale, à l’usage des artistes locaux et invités.

Painchaud est acrobate et cofondateur de la compagnie de cirque montréalaise Cirque Eloize. Il a vu une opportunité lors d’une visite à la maison, alors qu’il séjournait dans une maison juste à côté de l’église et a appris qu’elle était à vendre.

“La communauté cherchait un projet pour convertir l’église, et pendant la pandémie, je me demandais où me suicider”, a-t-il déclaré. “Le timing était exactement le bon.”

Les appareils d’éclairage et la scène surélevée peuvent être vus dans l’église convertie. (Amanda Klang/CBC)

L’espace est maintenant connu sous le nom de La Seine, et bien que Painchaud le gère principalement à partir de Montréal, le directeur technique Gaétan Bouffard demeure sur place.

Bouffard est un autre insulaire qui a longtemps vécu à Montréal, travaillant comme ingénieur du son avec le Cirque du Soleil et le Festival de Jazz de Montréal. Ce projet lui a permis de revenir chez lui.

“[It’s] va être une jolie plaque tournante pour la culture aux Îles-de-la-Madeleine », a déclaré Bouffard, ajoutant qu’en faire partie était « une opportunité que je ne pouvais pas laisser passer ».

Gaétan Bouffard se tient devant l’église. Le directeur technique de La Seine a de l’expérience avec le Cirque du Soleil et le Festival de Jazz de Montréal, mais a sauté sur l’occasion pour retourner chez lui aux Îles-de-la-Madeleine. (Amanda Klang/CBC)

Un espace qui travaille pour les artistes

Un jour où CBC a visité l’église, deux artistes de cirque étaient à l’intérieur, répétant des mouvements de danse synchronisés sur la scène surélevée tandis que la directrice de leur spectacle, Catherine Archambault, regardait depuis le sol.

Archambault avait voyagé de chez elle à Québec pour profiter de cet espace, et elle dit que cela en valait la peine, malgré les deux heures de vol.

Avec des options limitées pour organiser une résidence de cirque à Québec, Catherine Archambault dit que le vol de deux heures pour utiliser La Seine en valait la peine. (Amanda Klang/CBC)

“Tous les espaces [for] le cirque est plein, car maintenant tous les artistes refont leurs projets », a-t-elle déclaré, notant qu’il était presque impossible de trouver un grand espace abordable pour une résidence de cirque dans la ville.

Sa relation professionnelle passée avec Painchaud lui a permis de découvrir les nouvelles installations et elle était ravie d’y créer son spectacle.

Une des nombreuses conversions d’église

Ce n’est qu’une des nombreuses églises de la province dont la diminution des congrégations les a laissées dans le besoin d’une nouvelle vie.

Bouffard sait que perdre son église peut être difficile pour une communauté, mais il préfère se concentrer sur ce que les locaux gagnent avec La Seine.

“Beaucoup d’entre eux avaient peur de perdre un endroit où ils se réunissaient… Mais ce n’est certainement pas le cas car nous voulons qu’il soit à nouveau accessible à la communauté”, a-t-il déclaré.

“Ce sera juste une autre façon de venir à l’église.”

Nadia Labrie, Antoine Bareil, Isaac Chalk et Benoit Loiselle se produisent au concert inaugural de La Seine le 27 juillet 2021. Soumis par Jeannot Painchaud

Le concert inaugural de La Seine a eu lieu en juillet. Un quatuor de musiciens classiques, dont la flûtiste montréalaise Nadia Labrie, se sont produits devant un public d’habitants.

Labrie, en tant qu’épouse de Painchaud et elle-même artiste de la scène, est proche du projet. Elle est convaincue que les arts apportent quelque chose de riche et de nourrissant à toute communauté, et en particulier à celle dont la population est en déclin.

“Donner ce concert, pour moi, c’était quelque chose de très, très profond, émouvant”, a-t-elle déclaré.

« Je pense que ce sera une belle occasion de faire battre à nouveau le cœur de Havre-Aubert.

Previous

Rapport sur les blessures des Browns vs Cardinals, calendrier, diffusion en direct, chaîne de télévision et aperçu des paris pour le match de la semaine 6 de la NFL

L’Allemagne est menacée. Avertissement d’un effondrement du marché

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.