Une décennie de partenariat entre l’Indonésie et la Norvège pour lutter contre le changement climatique – Opinion

On peut se souvenir de l’année 2020 comme de l’année de la pandémie de COVID-19, mais cette année marque deux jalons importants entre l’Indonésie et la Norvège.

Alors que nous commémorons 70 ans de relations diplomatiques entre les deux pays, nous observons également 10 ans de partenariat bilatéral dans la lutte contre la déforestation et le changement climatique. Il y a dix ans, en mai 2010, l’Indonésie et la Norvège se sont engagées dans un partenariat en signant un accord bilatéral (LOI) pour réduire les émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD +) dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Grâce à cet accord, l’Indonésie visait à réformer sa gestion forestière et à réduire ses émissions de carbone avec le soutien de la Norvège, qui s’est engagée à fournir une aide financière pouvant aller jusqu’à 1 milliard de dollars pour les politiques et actions indonésiennes visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Au cours des 10 dernières années, l’Indonésie, dans le cadre de son plan d’action national, s’est fixé un objectif ambitieux de réduire ses émissions nationales de 26% en 2020. La plus grande partie de cette réduction a été envisagée par la réduction de la déforestation, la dégradation des forêts et la conversion des tourbières. La Norvège a apporté son soutien non seulement sur le plan financier mais également par le biais d’un soutien scientifique et technique.

Les premières années de coopération, définies comme la phase de préparation, ont été utilisées pour identifier les défis auxquels l’Indonésie était confrontée dans sa gestion forestière et les moyens de coopération pour relever ces défis.

Dans la deuxième phase du partenariat, définie comme la phase de transformation, divers programmes et activités ont été lancés pour accroître la capacité de l’Indonésie à atteindre son objectif ou contribution déterminée au niveau national (NDC). En 2016, l’Indonésie a ratifié l’Accord de Paris sur le changement climatique et peu de temps après, un certain nombre de réformes juridiques ont été mises en œuvre par le gouvernement indonésien pour fournir la base juridique nécessaire pour soutenir la gestion des forêts en Indonésie.

L’Agence pour la restauration des tourbières (BRG) a été créée en 2016 dans le but de restaurer 2 millions d’hectares de tourbières dégradées et en 2017, un moratoire a été décrété pour protéger les tourbières à travers le pays. L’année suivante, le gouvernement indonésien a également décrété un moratoire sur la conversion des forêts en nouvelles plantations de palmiers à huile.

Grâce au soutien de la Norvège, des efforts sous-régionaux ont également été fondés dans des provinces riches en forêts telles que le Kalimantan oriental, la Papouasie et la Papouasie occidentale avec la création de conseils régionaux, qui ont dirigé la lutte contre le changement climatique, les forêts préservées et les écosystèmes protégés et les peuples autochtones dans ces provinces respectives.

Au cours des dernières années, l’Indonésie a fait des efforts et des réalisations globaux dans la réforme des politiques nationales de gestion des forêts et de l’utilisation des terres, a développé un système national de surveillance des forêts (NFMS), a introduit une politique de carte unique pour améliorer la gouvernance des terres et a créé le Fonds de gestion de l’environnement Agence (BPDLH). Ce fonds environnemental gérera les futurs fonds REDD + et devrait être opérationnel dans le courant de cette année.

Avec l’opérationnalisation du fonds pour l’environnement, l’Indonésie et la Norvège devraient passer à la phase 3, la dernière phase de la coopération, qui est définie comme le paiement basé sur les résultats pour la réduction vérifiée des émissions.

Compte tenu de la précieuse contribution de ce partenariat à des efforts et à des réalisations globaux en matière de réduction des émissions, l’Indonésie et la Norvège sont actuellement en train de négocier un amendement à la lettre d’intention REDD + entre les deux pays afin d’étendre la coopération pour les années à venir.
Le cabinet du ministre norvégien du Climat et de l’Environnement a annoncé que le gouvernement norvégien était prêt à effectuer le premier paiement fondé sur les résultats pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre réalisée par l’Indonésie ces dernières années.

Il a été vérifié que l’Indonésie a réussi à réduire ses émissions de CO2 en 2017 de l’équivalent de 11,2 millions de tonnes. Le premier paiement basé sur les résultats s’élèvera à 56 millions de dollars américains.

Les résultats préliminaires ont également montré des chiffres prometteurs pour 2018 et 2019. Pour autant que l’Indonésie soumette les documents à examiner, le paiement sera immédiatement décaissé en conséquence.

Il faut comprendre que le partenariat et le voyage ensemble de l’Indonésie et de la Norvège n’ont pas toujours été les itinéraires les plus faciles et ont rencontré de nombreux obstacles, mais nous allons toujours dans la bonne direction.

L’Indonésie a fixé des objectifs encore plus élevés pour la prochaine décennie, s’engageant entre 29% et 41% dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans son NDC. Nous attendons avec intérêt la coopération et le soutien continus de la Norvège pour atteindre cet objectif.

***
L’auteur est ambassadeur d’Indonésie en Norvège et en Islande.

Avertissement: Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas la position officielle de The Jakarta Post.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.