Un tribunal russe ordonne la “liquidation” d’un important groupe de défense des droits humains

La Cour suprême de Russie a ordonné mardi la liquidation du groupe de défense des droits humains le plus connu du pays pour avoir enfreint une loi obligeant les groupes à s’enregistrer en tant qu’agents étrangers, clôturant une année de répression contre les critiques du Kremlin sans précédent depuis l’époque soviétique.

La fermeture du groupe Memorial met fin à une année au cours de laquelle le principal critique du Kremlin a été emprisonné, son mouvement politique interdit et nombre de ses alliés contraints de fuir. Moscou dit qu’il applique simplement des lois pour contrecarrer l’extrémisme et protéger le pays de l’influence étrangère.

“C’est un mauvais signal qui montre que notre société et notre pays vont dans la mauvaise direction”, a déclaré l’agence de presse TASS citant le président du Memorial Board, Jan Raczynski.

La fermeture du groupe augmenterait le risque de “répression totale” en Russie, a déclaré mardi l’une des avocats de Memorial, Maria Eismont, lors des dernières audiences.

Des policiers arrêtent un manifestant alors que des personnes se rassemblent devant la Cour suprême de Russie mardi (AP)

Des policiers arrêtent un manifestant alors que des personnes se rassemblent devant la Cour suprême de Russie mardi (AP)

Memorial a appelé le procès à motivation politique. L’agence de presse Interfax a cité un avocat du groupe disant qu’il ferait appel, à la fois en Russie et devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Créé à l’ère de la « glasnost » de la libéralisation soviétique par d’éminents dissidents, dont la veuve du prix Nobel de la paix Andrei Sakharov, Memorial s’est initialement concentré sur la documentation des crimes de l’ère stalinienne.

Il a été le principal groupe de défense des droits de la Russie pendant deux guerres en Tchétchénie dans les années 1990 et s’est plus récemment prononcé contre la répression des critiques sous le président Vladimir Poutine.

Les autorités ont inscrit le groupe sur la liste officielle des « agents étrangers » en 2015, ce qui a entraîné de nombreuses restrictions sur ses activités.

Le mois dernier, les procureurs ont accusé le Memorial Human Rights Center basé à Moscou et Memorial International, sa structure mère, d’avoir violé la loi sur les agents étrangers.

Les procureurs ont déclaré que Memorial International avait enfreint la réglementation en ne marquant pas toutes ses publications, y compris les publications sur les réseaux sociaux, avec l’étiquette. Ils ont accusé le centre basé à Moscou de tolérer le terrorisme et l’extrémisme.

S’exprimant lors de l’audience finale mardi, un procureur de la République a déclaré que Memorial avait organisé des campagnes médiatiques à grande échelle visant à discréditer les autorités russes, selon TASS.

Le groupe a nié toute violation grave et a qualifié les poursuites judiciaires de politiques. Il a déclaré que ses membres continueraient leur travail même s’il était dissous.

M. Poutine, un ancien espion des services de sécurité soviétiques du KGB, a déclaré ce mois-ci que Memorial avait défendu des organisations que la Russie considère comme extrémistes et terroristes, et que sa liste de victimes de la répression de l’ère soviétique comprenait des collaborateurs nazis.

L’année dernière, le principal critique de Poutine, Alexei Navalny, a également été emprisonné pour des accusations qui, selon lui, ont été inventées de toutes pièces, après son retour d’Allemagne pour un traitement pour un empoisonnement que les pays occidentaux décrivent comme une tentative d’assassinat soutenue par l’État. Le réseau politique de M. Navalny a été interdit en tant qu’extrémiste et nombre de ses alliés ont été emprisonnés ou ont fui.

La Russie défend l’indépendance de son système juridique et affirme que ses lois sur l’extrémisme et l’influence étrangère sont similaires à celles d’autres pays. Il nie tout rôle dans l’empoisonnement de M. Navalny.

Previous

Gommers après la déclaration « covid is cacahuètes » : ne voulait pas mépriser le virus

Les livraisons de nourriture DoorDash seront effectuées par des ingénieurs, des cadres et le PDG

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.