Un tremblement de terre modéré secoue à nouveau le district de Mukomuko à Bengkulu

| |

TEMPO.CO, JakartaUne magnitude de 5,3 tremblement de terre a secoué le sud-ouest du district de Mukomuko dans la province de Bengkulu tôt dimanche mais il n’y a eu aucun rapport immédiat sur les victimes ou les dommages.

L’épicentre du tremblement de terre qui s’est produit à 00 h 55, heure locale, était situé à environ 125 km du sud-ouest du district de Mukomuko à une profondeur de 27 km, a révélé l’Agence de météorologie, de climatologie et de géophysique (BMKG).

Le tremblement de terre de ce dimanche matin n’a pas déclenché de tsunami. Il s’agissait du deuxième événement après le séisme de magnitude 5,4 qui a secoué la région samedi matin.

L’agence a exhorté les résidents locaux à rester calmes tout en restant vigilants et à se débarrasser des problèmes sans fondement. Au lieu de cela, il leur est conseillé de se tenir au courant des informations diffusées par le BKMG et d’autres agences gouvernementales.

Située sur la côte sud-ouest de Sumatra, Bengkulu est l’une des provinces de l’île sujettes aux tremblements de terre et aux tsunamis. Plusieurs provinces situées dans le nord de Sumatra sont également vulnérables à des catastrophes similaires.

Selon l’Agence de météorologie, climatologie et géophysique de Deli Serdang (BMKG) dans la province du nord de Sumatra, 156 tremblements de terre ont secoué les parties nord de l’île de Sumatra du 25 septembre au 1er octobre 2020.

Le 30 septembre, par exemple, des tremblements de terre ont secoué les districts d’Aceh Barat Daya, Nagan Raya, Bener Meriah et Aceh Jaya dans la province d’Aceh.

Les tremblements de terre secouent régulièrement diverses parties de l’Indonésie en raison du fait que le pays se trouve sur la ceinture Circum-Pacifique, également connue sous le nom de Ring of Fire, où plusieurs plaques tectoniques se rencontrent et provoquent de fréquentes activités volcaniques et sismiques.

L’un des tremblements de terre les plus meurtriers en Indonésie au cours de ces deux dernières années a été celui qui a frappé plusieurs zones de la province centrale de Sulawesi.

La magnitude 7,4 tremblement de terre qui a été suivi par un tsunami qui a frappé les zones de la ville de Palu et les districts de Donggala, Paringi Moutong et Sigi le 28 septembre 2018, a fait 2102 morts, blessé 4612 et fait 680 disparus.

Au total, 68 451 maisons ont été gravement endommagées et 78 994 personnes ont été déplacées.

En raison d’un grand nombre de cadavres pourris, les autorités et les travailleurs humanitaires ont décidé de les enterrer dans des fosses communes.

Pendant ce temps, les pertes matérielles infligées par les deux catastrophes meurtrières ont été estimées à 15,29 milliards de roupies.

La capitale provinciale de Palu a subi le plus gros de la catastrophe, avec des dommages matériels et des pertes enregistrés à 7,6 billions de rupestres, soit 50% de l’estimation totale, selon l’Agence nationale d’atténuation des catastrophes (BNPB).

Les dommages matériels et les pertes dans le district de Sigi ont été enregistrés à 4,9 billions de Rp, soit 32,1%, dans le district de Donggala à 2,1 billions de Rp, soit 13,8%, et dans le district de Parigi Moutong à 631 milliards de Rp, soit 4,1%.

Les dommages matériels dans les quatre zones touchées ont atteint un montant estimé à 13,27 milliards de Rp, tandis que les pertes matérielles ont atteint environ 2,02 milliards de Rp, a révélé l’agence en octobre 2018.

Lisez aussi: BMKG enregistre deux jours sans tremblement de terre en octobre

PARMI

.

Previous

Nouveau record de cas de Covid, avec le taux le plus élevé sur 14 jours

L’industrie de la croisière repense les constructions de méga-navires

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.