Un satellite britannique pionnier d'une valeur de 21 millions de livres, qui pourra être lancé ce soir | Science | Nouvelles

NovaSAR-1 est conçu et construit par Surrey Satellite Technology Ltd (SSTL) à Guildford, l'Agence spatiale britannique ayant investi 21 millions de livres dans le projet.

En retour, il bénéficiera d’un accès aux données de l’engin spatial, ce qui renforcera les capacités d’observation de la Terre au Royaume-Uni et encouragera des investissements supplémentaires en créant des emplois hautement qualifiés dans l’industrie spatiale britannique.

Le Royaume-Uni est régulièrement au-dessus de son poids en matière de satellites, construisant 25% des satellites de télécommunications mondiaux.

Le gouvernement investit 92 millions de livres dans une étude de faisabilité qui examinera la possibilité de développer un concurrent du système satellitaire européen Galileo après le départ de la Grande-Bretagne l’année prochaine, en réponse aux menaces de Bruxelles d’exclure le Royaume-Uni de son système mondial de positionnement Galileo .

NovSAR-1 offrira une imagerie à faible coût à des clients internationaux, notamment l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO) en Australie et l’Institut indien de recherche spatiale (ISRO), ce qui prouve les grandes ambitions du Royaume-Uni secteur spatial comme il se tourne vers la vie après le Brexit.

Graham Turnock, directeur général de l’Agence spatiale britannique, a déclaré: «Ce nouveau satellite passionnant, avec son puissant système de radar d’imagerie et son design compact, a été développé et fabriqué au Royaume-Uni. détection des marées noires, surveillance des inondations et agriculture.

«Le gouvernement souhaite que le Royaume-Uni prospère à l'ère spatiale commerciale dans le cadre de la stratégie industrielle moderne.

«Cette mission démontre les compétences de premier plan de SSTL et le formidable potentiel de croissance future de notre secteur.»

Baroness Fairhead, ministre d'État chargée du commerce international, a déclaré: «SSTL est un exemple fantastique de la manière dont l'innovation et l'ingénierie au Royaume-Uni peuvent avoir un impact mondial.

«Il est clair que notre industrie spatiale est en plein essor, ce qui se traduit par une croissance significative qui renforce la réputation du Royaume-Uni en tant que chef de file du secteur.

«Les ventes à l’étranger sont essentielles à la poursuite de cette croissance et notre stratégie d’exportation, lancée récemment, décrit le support disponible pour les entreprises afin de les aider à réaliser leur potentiel d’exportation.

«J'encourage les entreprises qui cherchent à suivre les traces de SSTL à utiliser le soutien financier de UK Export Finance et les nombreuses opportunités d'exportation répertoriées sur GREAT.gov.uk.

Le Royaume-Uni est un leader mondial des technologies d’observation de la Terre, notamment via le Programme de partenariat international (IPP) de l’Agence spatiale britannique.

L'initiative IPP exploite l'expertise du secteur spatial britannique pour s'attaquer aux problèmes partout dans le monde, de la prévision d'épidémies de dengue mortelle au Vietnam à l'amélioration des soins de santé au Nigeria grâce à la connectivité par satellite.

De plus, IPP offre d'importantes opportunités commerciales, les services par satellite d'observation de la Terre devant soutenir des industries représentant un chiffre d'affaires total de plus de 235 milliards de livres.

Depuis 1981, SSTL a construit et lancé plus de 50 satellites pour 20 clients internationaux, notamment en Europe, aux États-Unis et au Canada, ainsi que des programmes de formation et de développement, des services de conseil et des missions pour l’ESA, la NASA, les gouvernements internationaux et les clients commerciaux.

Le secrétaire au commerce international, Liam Fox, a récemment lancé les premières campagnes d'exportations spatiales du Département du commerce international afin de cibler les débouchés initialement aux États-Unis et en Inde.

En Inde, le Département du commerce international (DIT) vise à accroître ses activités en recrutant des experts britanniques du secteur spatial pour y travailler.

Le satellite devrait être lancé à partir du Centre spatial Satish Dhawan à Sriharikota, en Inde, à 17h37 (heure locale).

NovaSAR-1 a été conçu et fabriqué par SSTL, avec une charge utile SAR en bande S développée par Airbus Defence and Space à Portsmouth et un récepteur d’identification automatique fourni par Honeywell Aerospace.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.