Un quinquagénaire mis en examen pour des agressions sexuelles sur six mineurs

Un habitant du Coudray, âgé de 55 ans, a été mis en examen, le 4 mai 2022, pour des soupçons d’agressions sexuelles sur des mineurs de moins de 15 ans. Les six victimes présumées avaient, à l’époque des faits, entre 10 et 12 ans.

L’affaire a démarré en mars 2021. La brigade des familles du commissariat de Chartres a reçu un dossier de plainte de ses confrères de Versailles (Yvelines). Un homme de 22 ans y portait plainte contre un habitant du Coudray.

Le procureur de la République, Rémi Coutin, a confié l’enquête à une policière chartraine.

Jeux malsains

Le plaignant, 12 ans à l’époque des faits, aurait raconté qu’il avait sympathisé, au fil des semaines, avec un adulte rencontré sur le quai de la gare de Chartres. Ils avaient fini par prendre quotidiennement le train Chartres-Versailles en même temps.

Suspecté de viols sur mineures, le chanteur Jean-Luc Lahaye a été libéré et placé sous contrôle judiciaire

L’adolescent aurait été mis en confiance, notamment par des cadeaux. Puis, l’adulte aurait mis en place des jeux malsains autour de mauvaises notes reçues en cours par le jeune. Selon une source proche de l’enquête, l’adolescent devait aussi porter son caleçon durant une semaine et se prendre en photo avec tous les soirs. Avant de le donner, à la fin de la semaine, à l’adulte.

Agressé dans un bois

Un jour, le quinquagénaire serait arrivé avec le fourgon de la société qui l’emploi pour le ramener chez lui. Selon le plaignant, l’homme se serait arrêté dans un bois. Le mineur aurait alors subi des attouchements sexuels à l’arrière de l’utilitaire.

Le contact entre les deux aurait été rompu lorsque les parents du jeune ont découvert une tablette numérique dans son sac, tablette offerte par l’habitant du Coudray. Les parents auraient interdit à leur enfant de le revoir.

Après s’être confié, huit ans plus tard, à un ami avocat, le Versaillais, suivi par un psychologue, a porté plainte en 2020 contre ce pédophile présumé.

Le PDG d’un groupe d’assurances incarcéré pour “traite des êtres humains” et “viols sur mineure”

La policière chartraine a découvert que le Coudrion avait été condamné, en 1998, à trois ans de prison pour des viols commis sur des mineurs alors qu’il était surveillant dans un collège en région parisienne.

Des victimes dans le milieu catholique

La fonctionnaire a également appris que le quinquagénaire serait très impliqué dans le milieu catholique. Au sein des scouts unitaires de France, son rôle serait celui d’un père accompagnant. Le suspect aurait également été très présent dans des églises de Luisant, Chartres et à la cathédrale. L’enquêtrice entend alors des dizaines de familles évoluant dans ce milieu catholique qui ont eu des contacts avec ce quinquagénaire.

Deux familles, se croyant seules victimes, n’avaient pas porté plainte à l’époque où leur enfant aurait été victime de cet homme. Elles ont porté plainte cette année pour agressions sexuelles contre leur fils. Les parents étaient visiblement amis avec le pédophile présumé. L’un des enfants, toujours mineur aujourd’hui, aurait déclaré avoir été agressé à trois reprises, notamment lors d’un repas ou dans le métro bondé de voyageurs à Paris, où l’adulte lui aurait mis la main sur son sexe.

Saisir les pages d’audition

Les auditions des plaignants auraient mis en évidence un mode opératoire. Le suspect invitait ses amis avec leur fils à des matchs de rugby à Paris ou à la course automobile des 24 Heures du Mans. Là, il aurait profité de leur inattention pour caresser les parties intimes des mineurs.

L’homme a été interpellé le 2 mai et placé en garde à vue durant 48 heures. Selon l’enquêtrice, lors des seize pages d’auditions, le mis en cause aurait reconnu les faits et spontanément donné le nom de trois autres mineurs, victimes de ses agissements.

À ce stade des investigations, six victimes – quatre de Chartres, une de Luisant et une de Versailles – ont porté plainte. Ce père de cinq enfants, mis en examen, a été placé sous contrôle judiciaire avec une obligation de soin, une interdiction de paraître dans certaines communes d’Eure-et-Loir, une obligation de pointer auprès des autorités et une interdiction d’exercer des activités en lien avec des mineurs. En attendant la suite des investigations, il a décidé d’aller vivre à Paris. Le procureur de la République, Rémi Coutin, a indiqué, mardi 24 mai: « Une information judiciaire a été ouverture qui devra notamment déterminer s’il existe d’autres victimes. »

Contactée mardi 24 mai, l’avocate du Coudrion, Laure Stacoffe n’a pas répondu à nos sollicitations.

Thierry Delaunay

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT