Un prisonnier dangereux blesse trois fonctionnaires de la prison de Ségovie

0
29

Très conflictuel et dangereux, avec plus de cinquante fautes graves ou très graves et une douzaine d'agressions à d'autres détenus dans différents centres. C'est le prisonnier qui a attaqué vendredi dernier trois responsables de la prison de Ségovie.

Le détenu, qui se trouvait dans le pénitencier depuis un peu plus d'un mois, se trouvait dans la salle à manger lorsque deux fonctionnaires ont tenté de l'expulser pour avoir causé "un désordre grave" lors de la distribution de nourriture, selon le syndicat CSIF. Tous deux ont été battus par le prisonnier qui n'a pas hésité à blesser un troisième officiel qui est venu à l'aide de ses compagnons.

Les travailleurs du centre ont été transférés à l'hôpital avec plusieurs polytraumatismes, l'un avec des contusions à la jambe et au genou, un autre aux doigts et à la main et le dernier au côté et au coude.

Mais ce n’est pas la première fois que ce stagiaire mène des incidents. En seulement un mois, dans ce centre, il a attaqué d'autres prisonniers, inondé sa propre cellule et même Il a été saisi dans une prison "à brochettes" faite maison. Leur manque d’adaptation, souligné par le CSIF, annonçait le pire. Ainsi, ils dénoncent le manque de moyens personnels et matériels, avec plus de 50 postes vacants, et ils exigent "le transfert immédiat du détenu pour éviter de nouvelles altercations".

"Nous considérons qu'il est de la plus haute urgence que l'administration pénitentiaire élimine une fois pour toutes le conflit qui règne dans les prisons et apporte des solutions à la situation actuelle. manque de personnel, vieillissement du personnel, manque de moyens et de protocoles pour pouvoir s'occuper de situations de conflit comme celle qui s'est produite avec cette dernière agression ", se qualifient-ils du syndicat.

L'Etat indemnisera cinq fonctionnaires

Le déficit de sécurité dans les prisons n'est pas une nouveauté, mais rien ne doit se faire avant que de graves événements ne se produisent. Justement la semaine dernière l'État a été condamné à indemniser cinq fonctionnaires pour blessures multiples qui a souffert en essayant de réduire un prisonnier dangereux de la prison de Puerto III dans le port de Santa María.

Le prisonnier a collé une brochette à quelques centimètres de la jugulaire à l'une d'elles et a donné des coups de poing et des coups de pied au reste, causant des blessures de considérations différentes et jusqu’à 73 jours de soins de santé, selon les déclarations du CSIF. La décision a été portée en appel par le barreau de l'État, mais a été confirmée par la Cour supérieure de justice d'Andalousie. Pour tout cela, L’État doit indemniser les personnes concernées d’une indemnité pouvant aller jusqu’à 9 622 euros.

Le jugement indique que les fonctionnaires n'avaient pas assez de matériel de sécurité, ne pas avoir de boucliers ou d'ailes en caoutchouc pour tout le monde. Soulignez que les arcs du détecteur de métaux dans la zone où le détenu allait être fouillé ont cessé de fonctionner et n'ont pas été réparés.

En résumé, la Haute Cour indique clairement et considère les "expositions indues avérées à une augmentation du risque dans l'exercice obligatoire de leurs fonctions habituelles, imputables à l'organisation déficiente du centre dans lequel ils servent, avec l'inquiétude intense et l'agitation dont ils ont été victimes lorsqu'ils ont su qu'ils devaient affronter un détenu particulièrement dangereux ".

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.