Un patron de charité critique les sous-verres 'Obsessive Cat Disorder' vendus au stand Intu

Le patron d'un organisme de bienfaisance OCD s'est plaint de ce qu'il qualifie de "message dommageable" derrière les sous-verres en vente dans le centre-ville de Derby.

Les sous-verres du stand Touch of Glass, au rez-de-chaussée de l'Intu Derby, portent les mots "Trouble obsessionnel du chat".

Ashley Fulwood, directrice générale de l'association caritative OCD UK – qui conteste l'utilisation abusive du terme OCD – s'est plainte à la société elle-même et à Intu Derby.

M. Fulwood a déclaré: "Pour être juste, Intu Derby enquête et je ne les en blâme pas du tout. J'espère qu'Intu aura le pouvoir de leur demander de retirer les dessous de verre.

"Les produits eux-mêmes sont inoffensifs, mais c'est le message qui constitue le problème. Ce sont des produits inoffensifs, mais c'est un message dommageable qui banalise le TOC".

Le site Web d'OCD UK indique que l'utilisation abusive du terme «OCD» est "inappropriée et cause des dommages importants".

Il ajoute: "S'opposer à quelque chose d'inapproprié ne fait pas de nous des flocons de neige ou ne soit pas politiquement correct. Il s'agit simplement d'objecter à quelque chose d'inapproprié et qui cause des dommages considérables.

Intu Derby
Intu Derby

"Ne rien faire et dire serait inapproprié car cela permet aux idées fausses d'exister et de grandir."

Derbyshire Live a tenté de contacter Touch of Glass par courrier électronique et par le biais des médias sociaux, car aucun numéro de téléphone ne figurait sur son site Web.

Nous avons également parlé à un membre du personnel présent sur le stand, qui a fourni deux numéros de téléphone différents pour les sièges sociaux.

Lorsque nous avons appelé ces numéros, les fabricants de verrerie interrogés ont déclaré qu’ils n’avaient aucun lien avec Touch of Glass.

Une porte-parole d'Intu Derby a déclaré que les patrons avaient parlé au stand.

"Nous apprécions toujours que les clients prennent le temps de nous contacter pour nous parler de leur expérience au centre. Dans cette situation, il appartient en dernier lieu au détaillant de décider de ce qu'il vendra dans son magasin.

"Nous ne pouvons pas commenter au nom de Touch of Glass, mais nous leur avons parlé et avons transmis les préoccupations de nos clients."

Articles Liés:

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.