Un nombre record de Turcs demandent l’asile aux Pays-Bas

| |

Les chiffres de l’IND montrent que 1 814 Turcs ont demandé l’asile au troisième trimestre, contre 250 au trimestre précédent. Depuis 2018, pas plus de 1 300 Turcs par an ont déposé une première demande d’asile, et en 2021, ils seront plus de 2 250. Après les Syriens et les Afghans, les Turcs forment désormais le plus grand groupe de migrants aux Pays-Bas.

“Vous voyez un effet de compensation de la période corona”, explique Martijn van der Linden de Vluchtelingenwerk. « De plus en plus de réfugiés turcs arrivent également en France et en Allemagne. »

Depuis 2016, date à laquelle une tentative de coup d’État a été lancée contre le gouvernement Erdogan, le nombre de demandes d’asile de Turcs dans l’UE a augmenté. Le gouvernement considère les partisans du religieux islamique Fethullah Gülen comme le cerveau derrière la tentative. « La Turquie a d’abord persécuté les personnes associées au mouvement Gülen, mais maintenant beaucoup plus de personnes sont en danger. Ils ont aussi vraiment quelque chose à craindre. Leurs demandes sont acceptées dans 98 % des cas », explique Van der Linden. « Il ne s’agit pas de réfugiés économiques.

Les Turcs, dont les passeports ont parfois été confisqués, se retrouvent d’abord à Ter Apel. « Les journalistes, les enseignants, les avocats des droits de l’homme, en fait toute personne impliquée dans la société civile, risquent d’être arrêtés. Ceux-ci sont souvent très instruits. Et quiconque est kurde, et même quelque peu politiquement actif, n’est pas en sécurité non plus.

Depuis cet été, les demandeurs d’asile turcs, tout comme les nouveaux arrivants du Maroc, d’Afrique du Sud ou d’Inde, doivent passer par un processus d’intégration. Ils doivent apprendre la langue et participer à la société par le biais d’un travail, d’un stage ou d’un travail bénévole. Jusqu’au 1er mai, les Turcs n’y étaient pas obligés.

Cependant, la plupart des Turcs aux Pays-Bas ne sont pas venus ici à cause de l’asile, mais à cause du regroupement familial. De plus, un groupe croissant de Turcs viennent ici pour travailler et étudier depuis plusieurs années maintenant. Cela distingue les Turcs des Marocains ou des Surinamiens, pour qui la migration hautement qualifiée n’est guère un motif pour venir aux Pays-Bas.

A lire aussi :

En Osman Kavala, Erdogan voit une sorte de George Soros turc

Autour de l’homme d’affaires turc Osman Kavala une querelle diplomatique internationale a éclaté. Qui est-il et pourquoi Erdogan le trouve-t-il si menaçant ?

Previous

Des scientifiques découvrent la cause de la progression de la maladie d’Alzheimer…

112 news: une voiture prend feu le long de l’A27 près d’Oosterhout

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.