Home » Un médicament contre le diabète pour perdre du poids a un prix élevé

Un médicament contre le diabète pour perdre du poids a un prix élevé

by Nouvelles

Les publicités pour les derniers médicaments pour traiter le diabète de type 2 incluent parfois un avertissement inhabituel : ils peuvent entraîner une perte de poids. Cet effet secondaire est un effet que beaucoup de gens – en particulier ceux avec Diabète de type 2, qui est associée à l’obésité — peut désespérément vouloir.

Maintenant, certains des mêmes médicaments sont reformulés et renommés par les fabricants en tant que nouveau traitement de l’obésité. Le mois dernier, la Food and Drug Administration a approuvé l’un des premiers : Wegovy de Novo Nordisk, une version à dose plus élevée du médicament antidiabétique injectable de la société, Ozempic.

Le prix de gros mensuel de Wegovy – fixé à 1 349 $ – est environ 58% supérieur à celui d’Ozempic coût mensuel déjà élevé, bien que, selon la société, les stylos injecteurs de Wegovy contiennent plus de deux fois plus d’ingrédient actif. Le fait qu’il doive également être pris à long terme ajoute au dilemme auquel sont confrontés les employeurs et les assureurs, qui doivent maintenant se plonger dans une analyse coûts-avantages.

Il est encore trop tôt pour savoir combien d’employeurs couvriront Wegovy, bien qu’environ 40% proposent actuellement un médicament injectable pour la perte de poids au prix similaire, mais moins efficace, également fabriqué par Novo Nordisk. L’efficacité de Wegovy peut également mettre la pression sur le programme Medicare, qui interdit la couverture des médicaments contre l’obésité ou d’autres utilisés pour « l’anorexie, la perte de poids ou la prise de poids », bien qu’il paie pour la chirurgie bariatrique.

Les essais cliniques ont montré que l’utilisation de Wegovy a entraîné une perte de poids significative pour de nombreux patients.

“Les personnes qui prennent ce médicament perdent plus de poids qu’avec n’importe quel médicament que nous ayons jamais vu”, a déclaré le Dr Fatima Cody Stanford, spécialiste de la médecine de l’obésité au Massachusetts General Hospital et à la Harvard Medical School qui n’a participé à aucune des études cliniques. essais.

Jusqu’à présent, les études montrent que les patients peuvent avoir besoin de le prendre indéfiniment pour maintenir la perte de poids, ce qui se traduit par un onglet qui pourrait dépasser 323 000 $ sur 20 ans au prix actuel.

L’arrivée de cette nouvelle classe de médicaments pour la perte de poids – celle de Lilly pourrait bientôt suivre – a créé une multitude de problèmes pour ceux qui les paieront. Mais c’est un marché attractif pour les fabricants de médicaments : le diabète de type 2 touche environ 10 % des Américains, mais l’obésité touche 42% des adultes.

La résidente du Maryland, Phylander Pannell, a déclaré qu’elle avait perdu 65 livres lors d’un essai clinique de Wegovy. Cette étude a donné le médicament à tous les participants pendant les 20 premières semaines, puis a assigné au hasard les patients à recevoir le médicament ou un placebo pendant les 48 semaines suivantes afin de déterminer ce qui s’est passé lorsque le médicament a été arrêté. Ce n’est qu’après la fin de l’essai que Pannell a découvert qu’elle faisait partie du groupe de traitement tout le temps.

Son poids est tombé lentement au début, puis a augmenté, ramenant finalement son poids de 190 livres à environ 125. Les douleurs dans ses articulations se sont atténuées; elle se sentait mieux partout.

“Je pense vraiment que le médicament était fait pour moi”, a déclaré Pannell, 49 ans, qui a également suivi les conseils de l’essai sur l’alimentation et l’exercice. L’étude a révélé que les deux groupes ont perdu du poids au cours des 20 premières semaines, mais que ceux qui ont continué à prendre le médicament ont perdu en moyenne 7,9% de leur poids corporel. Ceux qui ont reçu un placebo ont récupéré près de 7%.

Après la fin de l’essai et la pandémie de COVID-19, Pannell a repris du poids et a maintenant 155 ans. Elle est impatiente de reprendre le médicament et espère que son assurance professionnelle le couvrira.

De nombreux employeurs couvrent les médicaments contre l’obésité. Par exemple, environ 40% des régimes d’employeurs privés incluent l’injection quotidienne de Novo Nordisk appelée Saxenda dans leurs régimes de santé, a déclaré Michael Bachner, directeur des relations avec les médias de Novo Nordisk.

Il a déclaré que le prix d’acquisition en gros de 1 349 $ par mois de Wegovy avait été déterminé en le rendant équivalent à Saxenda, qui est moins efficace.

Pourtant, c’est plus que le prix de gros mensuel de 851 $ d’Ozempic. Mais, souligne-t-il, la posologie recommandée de Wegovy est plus du double de celle d’Ozempic. Quatre milligrammes entrent dans les stylos injecteurs Ozempic pour le mois, tandis que Wegovy en a 9,6.

“Il y a plus de drogue dans le stylo”, a déclaré Bachner. “Cela fait monter le prix.”

Il a ajouté : « Ce n’est pas un médicament vieux de 20 ans pour lequel nous avons maintenant une nouvelle indication et dont le prix est plus élevé. C’est un tout autre programme clinique », qui a nécessité de nouveaux essais.

Alors que les employeurs et leurs régimes de santé envisagent de payer pour Wegovy et d’autres médicaments de gestion du poids, la décision est compliquée par de nombreuses inconnues concernant leur utilisation à long terme et si la concurrence pourrait éventuellement faire baisser le prix.

“La mesure que nous essayons d’utiliser est la valeur”, a déclaré James Gelfand, vice-président principal de la politique de santé au comité de l’industrie ERISA, qui représente les grands employeurs auto-assurés. « Si nous payons pour ce médicament, combien cela va-t-il coûter et quelle valeur apportera-t-il aux bénéficiaires ? »

Les assureurs privés devront envisager une analyse coûts-avantages de l’ajout de Wegovy à leur liste de traitements couverts, soit de manière générale, soit avec des limites. L’obésité a été reconnue pour la première fois comme une maladie par l’American Medical Assn., facilitant la voie à une couverture d’assurance, en 2013.

“Les employeurs vont avoir un peu de mal” à décider s’il faut ajouter l’avantage aux offres d’assurance, a déclaré Steve Pearson, fondateur et président de l’Institute for Clinical and Economic Review, qui fournit des analyses coûts-avantages des traitements médicaux mais n’a pas encore regardé Wegovy.

Les traitements de perte de poids ont eu un passé terne, ne produisant que des résultats modestes. De nombreux employeurs et assureurs se souviennent probablement du Fen-Phen, une combinaison de fenfluramine et de dexfenfluramine qui a été retirée du marché à la fin des années 1990 pour avoir causé des problèmes de valves cardiaques.

Que Wegovy, et peut-être d’autres qui le suivent, semblent plus efficaces mais sont également plus chers que le petit nombre de médicaments de perte de poids précédents ajoutera plus de carburant à ce débat.

Il a été démontré que les traitements antérieurs incitaient à une perte de poids de l’ordre de 5 % à 10 % du poids corporel. Mais beaucoup ont eu des effets secondaires relativement graves ou désagréables.

Wegovy, cependant, a aidé les patients à perdre en moyenne 15% de leur poids corporel sur 68 semaines dans le principal essai clinique qui a conduit à son approbation.

Un groupe de comparaison dont les membres ont reçu des injections de placebo a perdu en moyenne 2,5% au cours de la même période. Dans le haut de gamme, près d’un tiers des patients du groupe de traitement ont perdu 20 % ou plus. Les deux groupes ont reçu des conseils sur l’alimentation et l’exercice.

Les effets secondaires, généralement considérés comme bénins, comprenaient des nausées, des diarrhées, des vomissements et de la constipation. Quelques patients ont développé une pancréatite, une grave inflammation du pancréas. Comme le médicament contre le diabète, le médicament contient un avertissement concernant un risque potentiel d’un type de cancer de la thyroïde.

La perte de poids chez ceux qui prennent Wegovy place le médicament près des 20 à 25 % de pertes observées avec la chirurgie bariatrique, a déclaré Stanford à Mass General, et bien au-dessus des 3 à 4 % observés uniquement avec le régime alimentaire et d’autres changements de mode de vie.

Les participants ont également constaté une réduction de leur tour de taille et des améliorations de leur tension artérielle ainsi que de leur taux de sucre dans le sang, ce qui peut signifier qu’ils ne développeront pas de diabète, a déclaré le Dr Sean Wharton, spécialiste en médecine interne et professeur auxiliaire à l’Université York à Toronto. qui figurait parmi les co-auteurs du rapport décrivant les résultats du premier essai clinique sur Wegovy.

Étant donné que la perte de poids est connue pour réduire le risque de crise cardiaque, d’hypertension artérielle et de diabète, le nouveau type de médicament en vaut-il la peine ?

Couvrir un tel traitement serait un changement radical pour l’assurance-maladie.

Les sociétés pharmaceutiques, les défenseurs des patients et certains professionnels de la santé soutiennent la législation fédérale proposée pour permettre la couverture. Mais la législation, la Loi sur le traitement et la réduction de l’obésité, n’a pas progressé malgré sa réintroduction chaque année depuis 2012, et les sponsors demandent maintenant aux fonctionnaires fédéraux de réécrire les règles existantes.

Des estimations antérieures – certaines commandées par Novo Nordisk – du coût potentiel de l’ajout d’un médicament contre l’obésité à Medicare ont montré une réduction globale des dépenses lorsqu’une meilleure santé résultant de la perte de poids était prise en compte. Pourtant, ces estimations considéraient des médicaments beaucoup moins chers, y compris une gamme de médicaments génériques et de marque coûtant aussi peu que 7 $ par mois à plus de 300 $, une petite fraction du coût de Wegovy.

Appleby écrit pour Kaiser Health News, une publication éditoriale indépendante du Fondation de la famille Kaiser.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.