Un jeune homme membre présumé d’un gang de “bitumeurs irlandais” interpellé

Un Irlandais de 22 ans sera jugé, le 20 juin 2022, au tribunal de Chartres, pour sept infractions, dont blanchiment d’argent, travail dissimulé, tromperie et escroquerie en bande organisée. Il a été interpellé, dimanche 9 janvier, lors d’un contrôle en gare de Londres (Grande-Bretagne), par la police de l’air et des frontières (PAF).

Il faisait l’objet d’un mandat de recherche depuis l’ouverture d’une enquête, menée par la brigade territoriale d’Auneau-Bleury-Saint-Symphorien et la brigade de recherches de Lucé, et la plainte d’une entreprise locale, le 1er juillet 2021.

Facture de 11.880€

En audition, le gérant de la société a expliqué avoir été démarché le 23 juin, à 11 h 30, par un homme proposant du goudron à un prix défiant toute concurrence, assurant qu’il s’agissait du surplus d’un chantier à proximité.

« Le vendeur de bitume est revenu plus tard, faisant signer un bon de commande vierge, sans date de pose ni de prix, à un employé, en l’absence du gérant », indique le commandant Matthieu Rousseau, dirigeant la compagnie de Lucé.

Le 23 juin, à 15 heures, trois hommes sont arrivés avec un camion, déversant de l’enrobé sur 900 m². La facture de 11.880 €, soit 11 € le m², a été présentée, mais le gérant, constatant une mauvaise qualité du bitume, a refusé de régler. Et une plainte a été déposée.

prime Deux chiens font un “véritable carnage” à Bonneval

Une vingtaine de comptes bancaires

Les investigations des gendarmes de la compagnie de Lucé les ont orientés vers un gang présumé dit de “bitumeurs irlandais” (lire ci-dessous). L’un des trois suspects a vite été identifié.

Selon l’officier de Lucé, « agissant sous couvert d’une autoentreprise, il est connu de la justice française pour des délits routiers, un délit commercial, des escroqueries similaires dans plusieurs départements… ».

D’autres indices sur le suspect ont mis en évidence des arnaques présumées d’envergure répétées : « Il possédait plus d’une vingtaine de comptes bancaires. »

Les magistrats du parquet de Chartres ont autorisé les enquêteurs à affiner l’exploitation de ses comptes. Selon leurs investigations, 582.532 €, au minimum, ont été perçus, sur un fichier de 124 clients, dont certains en Eure-et-Loir, des particuliers, des entreprises et des collectivités. Les gendarmes estiment que ce sont autant de « victimes potentielles ».

Parties civiles

Le commandant Rousseau ajoute : « Sur ce montant de 582.532 €, 380.395 €, au minimum, ont été reversés, par virement, sur des comptes irlandais, anglais, slovaques et polonais. » Le suspect n’aurait jamais déclaré de revenus ni d’employés.

Dans cette procédure, l’Urssaf et la DGFIP (direction générale des Finances publiques) se sont portées partie civile.

Une équipe de “bitumeurs irlandais” a été refoulée récemment par des entrepreneurs méfiants alors qu’elle prospectait dans la zone d’activité de Fontenay-sur-Eure.

Alerter la population. Pour la gendarmerie, cette affaire doit servir à alerter la population : « Les victimes démarchées pensent être face à des professionnels. En cas de refus de paiement par chèque ou espèces, les escrocs peuvent se montrer menaçants. » Les bandes, mobiles sous le sceau de sociétés éphémères, réalisent des chantiers rapidement avant de disparaître. « Dans le doute, il faut composer le 17. »

400 bandes organisées de “bitumeurs irlandais” traquées

L’office central de lutte contre le travail illégal (oClti) traque plus de quatre cents bandes organisées de “bitumeurs irlandais”. La chargée de communication de l’office précise : « il y a des grandes familles et à l’intérieur même, plusieurs bandes. » Ces escrocs irlandais sont très connus en Europe, depuis 2012 : « ils recrutent de la main d’œuvre en Slovaquie ou en Pologne. » Ils sévissent dans plusieurs pays et seraient en lien avec la mafia italienne. En France, des victimes ont notamment été enregistrées dans la Marne, l’Orne, l’Eure, l’Aisne, l’Aude, le Gard… La méthodologie est toujours identique : «Ils proposent de l’enrobé, soit de mauvaise qualité, soit ils ne respectent pas la technique, notamment le nombre de couches. » Le bitume s’effrite très rapidement. Selon l’oClti, le fléau est conséquent en France mais peu de victimes se déclarent. Ces groupes criminels seraient multicartes : drogue, trafic de cornes de rhinocéros, séquestration, enlèvement…

Thierry Delaunay

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT