Un homme précédemment reconnu coupable de viol dans le centre du Kentucky écope de 30 ans de prison supplémentaires

Un homme de l’Ohio a été condamné à 30 ans de prison après avoir admis s’être rendu dans le centre du Kentucky pour avoir des relations sexuelles avec une mineure et avoir reçu de la pornographie juvénile de sa victime.

Syed Sheraz Ahmed, 40 ans, a été condamné à 30 ans de prison lundi par le juge en chef des États-Unis, Danny C. Reeves, à Lexington. Ahmed a admis dans un accord de plaidoyer qu’en 2015, il avait utilisé Facebook pour rencontrer une fille de 14 ans qui était une collégienne dans le comté de Madison. Les deux ont eu des conversations sur Facebook et Snapchat avant qu’Ahmed n’envoie un jouet sexuel à la fille en 2016, selon les dossiers du tribunal.

En septembre 2016, Ahmed et sa victime ont prévu qu’Ahmed vienne la chercher à son collège et l’emmène dans un motel local où ils ont eu des relations sexuelles, selon les dossiers du tribunal. La police a arrêté Ahmed après que les deux hommes aient quitté le motel alors qu’il ramenait la victime chez elle.

L’appareil GPS d’Ahmed indiquait l’école de la victime, le motel et la maison de la victime, selon les dossiers du tribunal.

Ahmed a déclaré à la police qu’il venait de récupérer la victime et qu’il la ramenait chez elle, selon les dossiers du tribunal.

“Les mandats de perquisition des téléphones portables (d’Ahmed) ont révélé qu’ils avaient été réinitialisés aux paramètres d’usine ou que l’écran avait été endommagé, ce qui empêchait d’obtenir des informations”, ont écrit les procureurs dans les dossiers du tribunal.

Mais une recherche médico-légale du téléphone de la victime a révélé des photos sexuellement explicites qui, selon elle, avaient été envoyées à Ahmed à sa demande, selon les dossiers du tribunal.

Le téléphone de la victime a également révélé des messages entre les deux sur Facebook.

Ahmed a plaidé coupable à des accusations fédérales d’avoir voyagé pour des relations sexuelles avec un mineur et d’avoir reçu une représentation visuelle d’un mineur se livrant à un comportement sexuellement explicite.

Ahmed avait déjà été emprisonné auparavant pour ses actions. Il a été reconnu coupable de viol, de sodomie et de falsification de preuves par l’État et condamné en 2017 à sept ans de prison d’État. Il a demandé une probation de choc mais a été refusée.

Ahmed a demandé à Reeves de tenir compte de cet emprisonnement antérieur lors de la détermination d’une peine de prison fédérale. Il a déclaré qu’il avait renforcé ses liens avec sa famille, y compris ses enfants, pendant sa détention. Il a dit qu’ils comptaient sur lui pour être libéré et recommencer à subvenir à leurs besoins.

“Je sais que mon comportement était criminel et répréhensible et méritait une peine de prison”, a écrit Ahmed dans une lettre à Reeves. «J’ai fait ce que je pensais être l’intention de telles phrases et je me suis assuré de travailler à corriger mes lacunes et mes erreurs de pensée, tout en faisant du temps. Cependant, je ne peux pas remonter le temps pour annuler mes actions, peu importe à quel point je le souhaite. »

Ahmed a écrit qu’il « ne peut pas savoir combien de temps je dois être puni pour le même passé que je ne peux pas changer. Ne suis-je pas digne d’une seconde chance ? N’y a-t-il pour moi aucune qualité rédemptrice ? N’aurai-je jamais la chance d’être un bon père qui tient parole ?

Ahmed doit purger au moins 85 % de sa peine en vertu de la loi fédérale, qui serait de 25 ans et six mois. Il restera également en probation pour le reste de sa vie après sa libération.

Previous

Donnera un nouveau nom à la station de métro : la station Oslo Science City

Tesco va reprendre 10 supermarchés Joyce à Galway

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.