Un enfant ou un jeune nouvellement infecté par le VIH toutes les 100 secondes l’année dernière: UNICEF

| |

New York: Un enfant ou un jeune de moins de 20 ans a été nouvellement infecté par le VIH environ toutes les minutes et 40 secondes l’année dernière, ce qui porte le nombre total d’enfants vivant avec le VIH dans le monde à 2,8 millions, a déclaré l’UNICEF.

Selon le rapport de l’UNICEF << Réinventer une riposte résiliente au VIH pour les enfants, les adolescents et les femmes enceintes vivant avec le VIH >>, près de 320 000 enfants et adolescents ont été nouvellement infectés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et 110 000 enfants sont morts du syndrome d’immunodéficience acquise (sida). l’année dernière. Parmi ces enfants, 79 000 étaient âgés de 0 à 9 ans et 34 000 de 10 à 19 ans.

En avertissant que les enfants sont laissés pour compte dans la lutte contre le VIH, il a déclaré que les efforts de prévention et de traitement pour les enfants restent parmi les plus faibles parmi les populations clés touchées.

En 2019, un peu plus de la moitié des enfants dans le monde avaient accès à des traitements vitaux, accusant un retard considérable par rapport à la couverture tant pour les mères (85%) que pour tous les adultes vivant avec le VIH (62%).

Malgré certains progrès dans la lutte de plusieurs décennies contre le VIH et le sida, de profondes disparités régionales persistent entre toutes les populations, en particulier pour les enfants, indique le rapport.

La couverture pédiatrique du traitement antirétroviral est la plus élevée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, à 81%, suivis de l’Asie du Sud (76%), de l’Afrique orientale et australe (58%), de l’Asie de l’Est et du Pacifique (50%) , Amérique latine et Caraïbes (46%) et Afrique occidentale et centrale (32%).

«Alors même que le monde se débat au milieu d’une pandémie mondiale en cours, des centaines de milliers d’enfants continuent de souffrir des ravages de l’épidémie de VIH», a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore.

“Il n’y a toujours pas de vaccin contre le VIH. Les enfants sont toujours infectés à des taux alarmants, et ils meurent encore du sida. C’était avant même que le COVID-19 n’interrompe les services vitaux de traitement et de prévention du VIH, mettant d’innombrables autres vies en danger”, a déclaré Fore.

Le rapport ajoute que 150 000 enfants âgés de 0 à 9 ans ont été nouvellement infectés par le VIH, ce qui porte le nombre total d’enfants de ce groupe d’âge vivant avec le VIH à 1,1 million.

Environ 170 000 adolescents âgés de 10 à 19 ans ont été nouvellement infectés par le VIH, ce qui porte le nombre total d’adolescents vivant avec le VIH à 1,7 million. Le rapport ajoute que 130000 adolescentes ont été nouvellement infectées par le VIH en 2019, contre 44000 adolescents.

Le nombre de femmes enceintes vivant avec le VIH était de 1,3 million; on estime que 82 000 enfants de moins de cinq ans ont été infectés pendant la grossesse ou l’accouchement et 68 000 ont été infectés pendant l’allaitement.

Le rapport appelle tous les gouvernements à protéger, soutenir et accélérer les progrès dans la lutte contre le VIH chez les enfants en maintenant les services de santé essentiels et en renforçant les systèmes de santé.

La crise du COVID-19 a encore exacerbé les inégalités dans l’accès aux services de lutte contre le VIH vitaux pour les enfants, les adolescents et les femmes enceintes du monde entier.

Dans une récente enquête de l’UNICEF menée auprès de 29 pays prioritaires en matière de VIH, un tiers a répondu que la couverture des services pour les enfants, les adolescents et les femmes vivant avec le VIH et vulnérables au VIH était inférieure de 10% ou plus par rapport aux chiffres d’avant la pandémie.

Les données de l’ONUSIDA sur les perturbations des services VIH, citées dans le rapport, illustrent davantage l’impact des mesures de contrôle nécessaires, des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, du manque d’équipement de protection individuelle et du redéploiement des agents de santé sur les services VIH.

Selon le rapport, au cours des mois d’avril et mai, coïncidant avec des verrouillages partiels et complets, le traitement pédiatrique du VIH et les tests de charge virale chez les enfants dans certains pays ont diminué de 50 à 70% et le nouveau début de traitement a chuté de 25 à 50%.

De même, les accouchements dans les établissements de santé et les traitements maternels auraient également été réduits de 20 à 60%, le dépistage du VIH maternel et l’initiation du traitement antirétroviral ont diminué de 25 à 50% et les services de dépistage des nourrissons ont diminué d’environ 10%.

Bien que l’assouplissement des mesures de contrôle et le ciblage stratégique des enfants et des mères enceintes aient conduit avec succès à un rebond des services au cours des derniers mois, des défis subsistent et le monde est encore loin d’atteindre les objectifs mondiaux de 2020 en matière de VIH pédiatrique.

.

Previous

Classement des positions pour la semaine 12

Un député d’origine indienne en Nouvelle-Zélande prête serment en sanskrit et Te Reo Māori. La vidéo est maintenant virale – elle est virale

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.