Un détenu de Guantanamo condamné après avoir détaillé la torture de la CIA

| |

Publié le: Modifié:

Un Pakistanais détenu à la prison militaire américaine de Guantanamo Bay, à Cuba, a raconté à un jury de détermination de la peine comment il avait été violé, battu et soumis à un waterboarding par des interrogateurs de la CIA lors du tout premier récit public de torture par une personne détenue à la suite des attentats du 11 septembre.

Majid Khan a été condamné à 26 ans de prison par le jury vendredi après-midi après avoir plaidé coupable d’avoir aidé aux complots d’Al-Qaïda en 2002, selon un porte-parole des commissions militaires de Guantanamo.

Sur la base d’un accord de plaidoyer antérieur, il pourrait être libéré dès l’année prochaine, après avoir passé 19 ans en détention aux États-Unis.

La condamnation est intervenue après son récit atroce jeudi d’avoir été soumis à trois ans d’abus de la CIA – un témoignage jamais autorisé auparavant dans les commissions militaires.

Khan a été autorisé à raconter son histoire dans le cadre de son accord de plaidoyer, acceptant de ne pas divulguer d’informations classifiées.

Il a déclaré au tribunal avoir été détenu pendant des jours partiellement suspendu par des chaînes, sans nourriture ni vêtements, dans des cellules sombres tandis que de la musique forte retentissait et que les gardes l’arrosaient d’eau glacée.

Dans les sites obscurs de la CIA dans des pays non identifiés, a-t-il dit, il a été placé cagoulé dans une baignoire remplie d’eau glacée et sa tête a été maintenue sous l’eau.

La coopération n’a pas mis fin à la torture

Dès les premiers jours de sa capture à Karachi le 5 mars 2003, Khan a déclaré avoir admis aux interrogateurs qu’il avait travaillé avec Al-Qaïda et leur a fourni des informations sur le groupe.

“Chaque fois que j’étais torturé, je leur disais ce que je pensais qu’ils voulaient entendre. J’ai menti juste pour faire cesser les abus”, a-t-il déclaré dans une déclaration de 39 pages publiée en ligne par ses avocats.

Mais, a-t-il dit, “plus je coopérais et leur disais, plus j’étais torturé”.

La torture a duré plus de trois ans.

Il a été enchaîné à des chaises ou au sol pendant des jours. Les interrogateurs ont menacé de nuire à sa famille aux États-Unis et de violer sa sœur.

Ses lunettes, sans lesquelles il disait qu’il était effectivement aveugle, se sont cassées très tôt et il n’a pas eu de nouvelle paire pendant près de trois ans.

Des jours de privation de sommeil l’ont laissé dans un état second. “Je me souviens d’avoir eu des hallucinations, d’avoir vu une vache et un lézard géant. J’ai perdu le contrôle de la réalité”, a-t-il déclaré.

La pire partie de son épreuve, a-t-il dit, ont été des lavements répétés et des gavages anaux qui l’ont laissé définitivement blessé.

À un moment donné, a-t-il dit, un tuyau d’arrosage vert a été forcé dans son rectum, apparemment pour le réhydrater.

“J’ai été violé par les médecins de la CIA”, a-t-il déclaré.

Jeunesse impressionnable

Khan, qui a grandi au Pakistan et a déménagé aux États-Unis à l’âge de 16 ans alors qu’il fréquentait le lycée de Baltimore, a déclaré que sa décision d’aider Al-Qaïda était un manque de jugement.

Il a été recruté pour aider Al-Qaïda par des membres de sa famille au Pakistan alors qu’il s’y trouvait en 2002 pour trouver une épouse.

Dans son accord de plaidoyer de 2012, il a admis devant le tribunal qu’il s’était joint à un complot visant à assassiner le président pakistanais.

Il a également admis qu’il avait envoyé 50 000 $ par courrier à des alliés indonésiens d’Al-Qaïda, qui avaient servi à financer un attentat à la bombe dans un hôtel.

Il a dit qu’il a essayé d’assumer la responsabilité de ses actes.

“Je ne suis pas le jeune gamin impressionnable et vulnérable que j’étais il y a 20 ans”, a-t-il déclaré jeudi au tribunal. “Je rejette al-Qaïda, je rejette le terrorisme.”

Il a ajouté qu’il n’avait aucune rancune envers ses ravisseurs.

“A ceux qui m’ont torturé, je vous pardonne, à vous tous”, a-t-il déclaré au tribunal.

« Atrocités dévastatrices »

Son témoignage sur la torture est étayé par la propre enquête du Sénat américain sur l’utilisation de la torture par la CIA à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

“Les paroles puissantes de Majid (…) révèlent des atrocités dévastatrices commises par notre propre gouvernement au nom de la sécurité nationale”, a déclaré Katya Jestin, l’une de ses avocats.

“Le programme de la CIA a été un échec et contraire à nos principes démocratiques et à la primauté du droit”, a-t-elle déclaré.

Previous

Qu’est-ce que c’est et qui est à risque

L’Indonésie reçoit 6,5 millions de doses de vaccin contre le COVID-19

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.