Un coup de pouce pour l’intégration européenne

0
25

Bruxelles Une bonne décennie plus tard, ce qui s’est passé en Europe après la crise financière de 2008 semble se répéter: l’UE est à nouveau confrontée à une poussée d’intégration que personne n’aurait cru possible avant la crise. À cette époque, l’UE a réagi aux graves turbulences sur les marchés en fondant des institutions conjointes: la supervision bancaire de la BCE, le fonds de résolution bancaire de l’UE et le fonds de sauvetage en euros du MES.

Aujourd’hui, la pandémie semble resserrer les liens entre l’UE. La communauté internationale veut émettre des obligations conjointes à grande échelle pour la première fois de son histoire. Les termes politiquement sensibles corona bonds ou euro bonds ont quant à eux été supprimés par les gouvernements de leur vocabulaire, mais cela ne change rien aux faits: les 27 États sont solidairement responsables des dettes d’au moins un demi-billion d’euros, nécessaires à la reconstruction après la crise de Corona à inclure.

La façon dont l’UE a son siège peut être vue, par exemple, dans le pays où l’UE a son siège: la puissance économique de la Flandre voudrait se séparer de la Wallonie, qui souffre d’un chômage élevé, pour voir comment les dettes publiques se lient même des partenaires réticents à prospérer. Les Flamands ne veulent pas assumer la dette nationale belge élevée. Et donc vous devez rester ensemble.

L’UE n’est toujours pas sur la voie d’une union de la dette, fait valoir la chancelière Merkel. Après tout, les obligations seront remboursées après l’expiration de leur durée. Une dette européenne permanente n’est pas prévue.

Ici, le chancelier parle au nom des successeurs qui sont toujours assis sur les pupitres de l’école et dans les salles de conférence. Les futurs chanceliers devraient verser des contributions plus élevées au budget de l’UE pendant des décennies pour se débarrasser des dettes qu’ils ont désormais contractées. Afin d’éviter des contributions plus élevées au budget de l’UE, on pourrait ultérieurement rééchelonner les obligations européennes. La tentation est susceptible d’être grande pour les générations futures de politiciens.

Le financement de la reconstruction avec de l’argent emprunté conjointement ne doit pas être un inconvénient pour l’UE. Au contraire: la crise corona crée de grandes opportunités pour l’avenir. La reconstruction doit être utilisée pour éliminer les faiblesses structurelles économiques en Europe.

En retour, toute personne souhaitant puiser dans la nouvelle source d’argent Corona à Bruxelles devrait moderniser et réformer son économie. Et il doit respecter les principes de l’État de droit énoncés dans le traité UE. Ces deux conditions sont incluses dans le plan de reconstruction que la Commission européenne présentera la semaine prochaine.

Un gros risque demeure

L’UE a eu de bonnes expériences avec cette conditionnalité dans la crise financière. La Grèce en particulier a dû subir des changements majeurs – dans le système fiscal, dans les banques ou dans le droit du travail. Quelque chose de similaire est maintenant prévu pour l’Italie.

La France et la Belgique pourraient utiliser une initiative de réforme monétaire de Bruxelles pour réduire leur appareil d’État. Bruxelles pourrait également lancer des investissements retardés en Allemagne: la numérisation des écoles et de l’administration publique, par exemple, ou l’expansion des transports en commun, urgente pour le climat.

Autre effet secondaire positif de la reconstruction financée par la dette: les obligations d’État européennes les mieux notées attirent des capitaux du monde entier et un grand marché financier européen pourrait émerger.

Cela rendrait les Européens plus indépendants de Wall Street – un facteur important pour la souveraineté politique et économique du continent. Avec l’aide de dettes communes, l’UE élargit également sa portée financière pour combler au moins partiellement l’écart profond entre le nord puissant et le sud financièrement faible.

Un grand risque demeure: à la suite de la pandémie, la dette publique atteint des niveaux alarmants – non seulement en Europe, mais dans le monde entier. Les enfants et les enfants des enfants sont de plus en plus accablés par des responsabilités contractées par les parents et les grands-parents.

L’UE ne peut être responsable que si elle investit dans des tâches futures: protection du climat, numérisation, recherche. Le programme de reconstruction de l’UE répond à première vue à cette exigence.

Plus: La présidente de la BCE, Christine Lagarde, salue l’aide de Corona dans une interview et demande la loyauté de la Bundesbank

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.