nouvelles (1)

Newsletter

Un condamné remet en question la maintenabilité d’un plaidoyer devant la Cour suprême contestant une remise

L’un des condamnés dans l’affaire du viol collectif de Bilkis Bano a contesté le maintien des requêtes devant la Cour suprême contre sa remise de peine et celle de ses co-détenus.

Onze hommes ont été reconnus coupables et condamnés à perpétuité pour avoir violé Bano et assassiné sept membres de sa famille. Tous ont été libérés le 15 août après que le gouvernement du Gujarat a remis leur peine. La remise de leur peine a été largement condamnée par les militants et les politicienss.

Des requêtes ont été déposées contre la remise devant la Cour suprême, à la suite de quoi Radhey Shyam, l’un des condamnés libérés, a remis en question le locus standi des requérants, affirmant qu’ils étaient de « parfaits étrangers » en la matière.

Shyam a déclaré qu’aucun des pétitionnaires n’était lié à l’affaire et qu’il s’agissait soit de militants politiques, soit d’un “tiers étranger”. remettant en question la maintenabilité des pétitions, il a déclaré que si de telles pétitions étaient accueillies par le tribunal, ce serait une invitation ouverte pour tout membre du public à “sauter dans toute affaire pénale devant n’importe quel tribunal”.

“Que dès le début, le répondant remette sérieusement en question le lieu ainsi que la maintenabilité de la requête en bref instantanée qui a été déposée par un militant politique ou, en d’autres termes, un parfait étranger à l’affaire en question”, a déclaré Shyam.

Shyam a souligné que dans la PIL remettant en question sa libération, la pétitionnaire numéro un, la dirigeante du CPI (M) Subhashini Ali, prétend être une ancienne parlementaire et vice-présidente de l’Association des femmes démocratiques de l’Inde. Il a noté que le pétitionnaire n° 2, Revati Laul, prétend être un journaliste indépendant, tandis que le pétitionnaire n° 3, Roop Rekha Verma, prétend être un ancien vice-chancelier de l’université de Lucknow.

Le contre-affidavit de Shyam a déclaré : ” Avec beaucoup de respect et d’humilité, le répondant soutient que si de tels types de requêtes de tiers sont accueillies par ce tribunal, cela perturberait non seulement la position établie de la loi, mais ouvrirait également des vannes et être une invitation ouverte pour tout membre du public à intervenir dans n’importe quelle affaire criminelle devant n’importe quel tribunal. »

Shyam a déclaré que la Cour suprême a catégoriquement statué dans des affaires antérieures qu’un parfait étranger dans une affaire pénale ne peut pas être autorisé à remettre en question l’exactitude d’une décision et si cela devait être autorisé, toute personne pourrait contester une poursuite pénale / une procédure enregistrée. jour après jour par les tribunaux même si la personne condamnée ne le souhaite pas et est encline à acquiescer à la décision.

“Ainsi, il a en outre été jugé qu’à moins qu’une partie lésée ne soit frappée d’un handicap reconnu par la loi, il serait dangereux et dangereux de permettre à un tiers de remettre en question la décision contre lui”, a déclaré Shyam dans son affidavit déposé par l’intermédiaire de l’avocat Rishi Malhotra.

Shyam a déclaré que depuis le verdict de 1992 dans « Janata Dal contre HS Chowdhary », un point de vue qui a été réitéré et suivi dans « Subramanian Swamy contre Raju » en 2013, la Cour suprême a toujours soutenu en termes clairs qu’un tiers qui est un total étranger au ministère public n’a pas qualité pour agir en matière pénale et n’a aucun droit de déposer une requête en vertu de l’article 32 de la Constitution.

L’affidavit indique que dans la présente requête écrite, les requérants cherchent à contester l’ordonnance de remise de l’État du Gujarat par laquelle 11 personnes accusées, dont l’intimé répondant, ont été libérées.

“Dans le paragraphe 1B, la requérante a plaidé qu’elle n’avait aucun intérêt personnel dans l’affaire et qu’elle n’avait rien à gagner du dépôt de celle-ci. Il est en outre soumis que la requête en bref a été déposée uniquement dans l’intérêt public et selon au requérant, la libération de ces personnes a choqué la conscience de la société qui a incité le requérant à déposer ce litige d’intérêt public », a-t-il déclaré.

L’affidavit indiquait qu’il est intéressant de noter que ni l’État, ni la victime, ni même le plaignant n’ont approché cette Cour et, par conséquent, il est respectueusement soumis que si de telles affaires devaient être examinées par cette Cour, “une position de droit établie deviendrait certainement une situation de droit incertaine ».

Le 3 mars 2002, Bano s’enfuyait avec sa famille, y compris sa petite fille lors des émeutes du Gujarat de 2002 lorsqu’ils ont été attaqués par 20 à 30 personnes armées dans un champ. Bano a été victime d’un viol collectif tandis que sept membres de sa famille ont été tués. La Cour suprême a ordonné une enquête du Bureau central d’enquête (CBI) sur l’incident après l’indignation du public. Le tribunal spécial de la CBI a déclaré les accusés coupables et les a condamnés à perpétuité en 2008. Leur condamnation a ensuite été confirmée par la Haute Cour de Bombay et la Cour suprême.

Après avoir été en prison pendant plus de 15 ans, les condamnés se sont adressés à la Cour suprême pour demander leur libération. La Cour suprême a demandé au gouvernement du Gujarat d’examiner leur remise conformément à la politique qui existait au moment de leur condamnation. Suite à l’ordonnance du SC, le gouvernement du Gujarat a formé un panel pour examiner la remise, qui a recommandé leur libération. Suite à la recommandation, les peines des condamnés ont été remises et ils ont été libérés.

(Avec entrées PTI)

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT