Un Canadair sur Notre Dame? Comme "bowling avec la cathédrale"

0
24

"Peut-être serait-il nécessaire d'utiliser des bombes à eau", a conseillé lundi aux pompiers Donald Trump d'éteindre les flammes qui ont ravagé Notre Dame. "Ce serait comme jouer au bowling avec la cathédrale, tout s'écroulerait", a déclaré mardi le porte-parole de la Sécurité civile à l'AFP.

Un Canadair, c'est 6 300 litres d'eau expédiés. Au moins 3 000 litres en laissant tomber un seul des deux bunkers. "L'équivalent d'un bloc de béton de 3 tonnes, lancé à 250 km / h, explique le lieutenant-colonel Michael Bernier, et voici que ce sont les deux tours qui pourraient s'effondrer."

"C’est techniquement impossible, irréalisable et surtout totalement inutile", insiste ce pompier de haut rang, porte-parole de la Sécurité civile, toujours surpris par le fait qu'une telle proposition "risible" puisse être reprise et envahir les réseaux lundi soir. les soldats du feu ont combattu le désastre.

Réservées aux zones inhabitées, de telles gouttes sont impossibles en zone urbaine et plus encore dans une ville aussi dense que Paris. "Les bâtiments voisins seraient affectés par les blocs de pierre projetés, sans parler de l'évacuation de l'ensemble du site", insiste M. Bernier. Impossible donc lundi soir à Notre Dame, avec 500 pompiers mobilisés, dont certains sur le bâtiment lui-même.

Même avec un hélicoptère bombardier d’eau ne transportant que 1 500 litres d’eau, loin des volumes acheminés par le Canadair, le Tracker (3 600 litres) ou le Dash (une chute de 10 000 litres quatre fois si nécessaire), les dégâts seraient considérables: nef qui s’effondrerait, il y aurait plus d’arcboutants ".

"La goutte d'eau en avion sur ce type de bâtiment pourrait entraîner l'effondrement de l'ensemble de la structure", a tweeté lundi soir la Sécurité civile.

Aux États-Unis, l'idée de telles gouttes d'eau a été testée sur un camion en feu, sur une route, explique le lieutenant-colonel Bernier: "Après, il ne restait plus rien, tout était écrasé."

Un autre paramètre qui a fait lundi soir l’intervention de telles bombes à eau, l’interdiction en France la nuit tombante, contrairement à ce qui se pratique en Australie par exemple: "Là, ils interviendront dans des zones situées à 100 km de la première maison, au pire ils tuent un kangourou! "

La flotte française de bombardiers à eau – 12 Canadair, 8 Tracker et 2 Dash – est stationnée à la base de Nîmes-Garons dans le Gard. Les trackers, qui prennent progressivement leur retraite, seront progressivement remplacés par Dash, dont six nouveaux exemplaires arriveront d’ici 2022.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.