Nouvelles Du Monde

Un allié de Trump poursuit le ministère américain de la Justice et exige la restitution du téléphone portable saisi

Un allié de Trump poursuit le ministère américain de la Justice et exige la restitution du téléphone portable saisi

Mike Lindell prend la parole avant le rassemblement de l’ancien président américain Donald Trump à Youngstown, Ohio, États-Unis, le 17 septembre 2022. REUTERS/Gaelen Morse/File Photo

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

20 septembre (Reuters) – Le directeur général de My Pillow Inc, Mike Lindell, un allié de l’ancien président Donald Trump, a poursuivi mardi le ministère américain de la Justice pour obtenir la restitution de son téléphone portable, que des agents du FBI ont saisi la semaine dernière.

Dans sa poursuite devant le tribunal fédéral du Minnesota, Lindell a déclaré que les agents l’avaient arrêté à la fenêtre du service au volant d’un restaurant de restauration rapide et l’avaient interrogé sur ses affirmations selon lesquelles les élections américaines de 2020 avaient été truquées.

Les agents ont ensuite produit un mandat et ont dit à Lindell de remettre le téléphone, selon le dossier du tribunal. En plus du retour de son téléphone, Lindell veut empêcher le ministère de la Justice d’accéder aux données collectées à partir de l’appareil, selon le dossier.

Lire aussi  Port dans une tempête | Naples illustrée

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Le FBI a confirmé la semaine dernière que ses agents se trouvaient “à cet endroit exécutant un mandat de perquisition autorisé par un juge fédéral”, mais n’a pas donné d’autres détails. Le FBI et le ministère de la Justice n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires mardi soir.

Lindell a déclaré aux médias la semaine dernière que des agents du FBI l’avaient interrogé sur Tina Peters, une employée du comté de Mesa, dans le Colorado.

Peters, avec qui Lindell a été lié, a été accusé par les autorités de l’État d’avoir permis à une personne non autorisée de s’introduire dans le système électoral du comté afin de rechercher des preuves qui valideraient les allégations de complot électoral de Trump.

La poursuite de Lindell contre le ministère américain de la Justice, qui a également cité le procureur général américain Merrick Garland et le directeur du FBI Christopher Wray comme accusés, alléguait que les droits constitutionnels de Lindell avaient été violés par la saisie.

Lire aussi  Airbus voit un rythme industriel plus prévisible après des retards

Après la saisie de son téléphone le 13 septembre, Lindell a affirmé dans un podcast que la saisie l’avait empêché de mener à bien ses activités commerciales et d’accéder à ses fonds.

“Non seulement je dirige cinq entreprises, je n’utilise pas d’ordinateur portable, je n’utilise pas d’ordinateur, tout était sur ce téléphone”, a déclaré Lindell.

Par ailleurs, lundi, un juge fédéral du Minnesota a statué que Lindell devait faire face à une poursuite en diffamation intentée par une société de machines à voter que Lindell avait faussement accusée d’avoir truqué les élections américaines de 2020. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage d’Eric Beech et Kanishka Singh; Montage par Gerry Doyle et Edwina Gibbs

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT