Trois enfants sont morts après s'être noyés dans un lac

Trois enfants sont morts après s'être noyés dans un lac

Illustration d'un camion de pompiers. – PHILIPPE HUGUEN / AFP
Un accident dramatique. Trois enfants se sont noyés ce dimanche dans un lac près de Saint-Jean, Chalon, Saône-et-Loire. Les trois frères et soeurs, une fille de 9 ans et deux garçons âgés de 10 et 13 ans, ont été transportés à l'hôpital de Chalon, le
pompiers du département, mais aucun d'eux n'a survécu.

L'accident s'est produit près du centre de loisirs, où la baignade est interdite. Les frères et sœurs auraient glissé dans l'eau en voulant se rafraîchir les jambes, rapporte le journal Saône-et-Loire. Les trois enfants auraient alors coulé dans cette partie du lac où l'eau atteint 4,50 mètres de profondeur et une température de 10 ° C. Les trois frères et sœurs ont été secourus par des pompiers. D'abord pris en charge sur les lieux de l'accident, les enfants, retrouvés à une distance de cinq à six mètres du bord, ont ensuite été évacués vers le centre hospitalier de la ville, selon le relief.

Trente-sept pompiers ont été mobilisés, dont neuf plongeurs et un sauveteur d'eau. Rescue a essayé de faire revivre les enfants qui avaient passé environ une heure dans l'eau, ils ont dit.

Les enfants ont perdu leur pied

Le bureau du procureur de Chalon-sur-Saône n'a pas souhaité communiquer immédiatement, indiquant qu'une enquête était en cours sur les circonstances de la tragédie. Selon une source proche de l'enquête, les deux plus jeunes enfants ont pu se baigner dans le lac vers 19 heures alors qu'il faisait encore chaud, avant de perdre pied à cause de la forte pente.

Le troisième aurait tenté de les aider, perdant du terrain à son tour, selon la même source. Les trois enfants sont morts dimanche soir, nous avons appris de la préfecture. Les corps des trois enfants doivent être transportés à l'hôpital universitaire de Dijon pour des autopsies.

Une unité psychologique a été mise en place par le personnel hospitalier pour soutenir les proches des victimes.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.