Toys "R" Us France proche de la faillite

Toys "R" Us France proche de la faillite

LA FRANCE. L'entreprise n'a pas le choix. Devant les conséquences de la liquidation de sa maison mère américaine (735 magasins fermés dans le monde et une dette de 5 milliards de dollars) en mars 2018, la filiale française de Toys "R" Us devra faire une demande de mise sous séquestre dans la semaine. Sans doute mercredi 25 juillet 2018 avec une réponse du Tribunal de Commerce d'Evry, en région parisienne, attendue en septembre 2018. Cela permettra au spécialiste du jouet (300 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017) de se protéger alors que sa direction a engagé depuis quatre mois dans des négociations pour vendre ses actifs. Plusieurs acheteurs pour des activités en France, une cinquantaine de magasins, ont déjà prononcé et premier lieu Pierre Mestre, actionnaire majoritaire d'Orchestra (600 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017 mais une perte nette de 20 millions d'euros), la marque Montpellier d'habillement enfants cela tient aussi Prémaman. Il ne va pas très bien non plus, a rééchelonné sa dette et pourrait rivaliser avec d'autres investisseurs sur cette question. Toys "R" Us emploie 1 300 personnes en France. Au plus fort de la crise, le secteur a déjà vu, fin mai 2018, la fermeture de 53 magasins La Grande Récré (groupe Ludendo), mis sous séquestre depuis mars 2018.

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.