Toulouse: Gérard Bapt conseille aux filles de se faire vacciner contre le papillomavirus

L'ancien député Gérard Bapt a adressé une lettre au ministère de la Santé, au président de l'INCa (Institut national du cancer) et au directeur général de la santé publique. Objectif: alerter sur les risques liés à la vaccination contre le papillomavirus.

Registres officiels de 4 pays

Présenté par les gynécologues comme une arme fiable à 70% contre l’apparition du cancer du col utérin, ce vaccin aurait l’effet inverse.

"Je le déconseille, explique clairement le médecin. Les premières années où nous pouvons analyser les chiffres, non seulement il n'y a pas de baisse, mais au contraire une augmentation du nombre de cancers du col utérin chez les filles vaccinées".

L’ancien président de la mission d’information sur les choix est basé sur les registres officiels du cancer de 4 pays: l’Australie, la Grande-Bretagne, la Suède et la Norvège.

Dans ces pays, jusqu'à 80% des filles d'un groupe d'âge sont vaccinées. Cependant, parmi les 20-24 ans, le nombre de cancers est en augmentation, a-t-il déclaré. Il existe donc une prévalence du cancer chez les personnes vaccinées.

Aucune réaction des pouvoirs publics

Gérard Bapt a envoyé son courrier ici 15 jours. Il est surpris, vu la gravité du sujet, de ne même pas avoir reçu d'accusé de réception. Il pense que les médecins sont fortement incités à vacciner alors que ce n’est pas légitime.

"Il faudrait 15 ans pour prouver l'efficacité de ce vaccin, mais des études dans ces pays montrent qu'il n'existe pas non plus de preuve qu'il protège les jeunes femmes, bien au contraire".

Dépistage par frottis

Gérard Bapt souhaite un dépistage généralisé du cancer de l'utérus par frottis … "on l'appelle depuis des années" se lève-t-il. Les 2/3 des femmes décédées d'un cancer du col utérin n'ont pas été dépistées.

Il demande aux jeunes femmes d'avoir accès au frottis avant l'âge de 25 ans. Le médecin conseille également de lire le livre de Delphine et Gérard Delépine, Hystérie vaccinale, Sous-titre Le vaccin Gardasil et le cancer: un paradoxe, publié par Fauves Editions.

Un cancer rare

Gardasil est le nom du vaccin contre le papillomavirus qui cause le cancer du col utérin. Mais ce cancer est rare (moins de 3000 par an en France, pour 1000 décès) et plus de 80% sont prévenus par le dépistage, expliquent les auteurs.

Ce livre soulève des questions troublantes, notamment: pourquoi Gardasil a-t-il été traité comme un produit d'urgence vital, largement diffusé et soutenu par les sociétés savantes, les experts et les gouvernements? ? Pourquoi les députés déposent-ils un amendement rendant ce vaccin obligatoire?

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.