nouvelles (1)

Newsletter

Tire la sonnette d’alarme sur les enfants ayant des problèmes de drogue et des troubles mentaux

Le manque d’options de traitement pour ce groupe est l’un des nombreux points mis en évidence dans le nouveau rapport de l’Institut norvégien des droits de l’homme (NIM), qui a été publié mercredi.

“Il est grave que de nombreux enfants souffrant simultanément de problèmes de drogue et de troubles mentaux se retrouvent sans véritable offre de traitement, et dans plusieurs cas, un traitement destiné aux adultes est administré”, écrivent-ils, entre autres.

Lorsque les enfants et les jeunes atteints de tels troubles dits ROP ne reçoivent pas de traitement, cela est incompatible avec la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, qui est incorporée dans la loi sur les droits de l’homme, souligne le NIM.

Le NIM est un organe indépendant subordonné au Storting, dont l’objectif principal est de promouvoir et de protéger les droits de l’homme.

Selon l’institution, il y a des retours constants selon lesquels les utilisateurs de drogues sont stigmatisés et traités différemment dans un certain nombre de domaines de la société.

– La principale conclusion est que les droits humains des personnes toxicomanes ne sont pas suffisamment protégés. Plusieurs des conclusions du rapport sont sérieuses et doivent être suivies, déclare le directeur adjoint du NIM, Gro Nystuen, à Dagbladet.

DEMANDES D’ENQUÊTE : Gro Nystuen du NIM estime que plusieurs des questions soulevées dans le rapport devraient être mieux étudiées. Photo : Institut norvégien des droits de l’homme
Vis mer

“Manque d’expertise et de ressources”

Dans le nouveau rapport, ils ont examiné comment ces droits sont protégés dans plusieurs domaines vis-à-vis des consommateurs de drogue en Norvège et ont formulé des recommandations.

L’une d’elles s’applique ainsi aux enfants ayant des problèmes de drogue et des troubles mentaux.

“Tant dans le secteur municipal que dans le service de santé spécialisé, il y a un manque de compétences et de ressources”, conclut NIM.

Plus concrètement, près de 40 % des municipalités répondent qu’elles n’ont pas une offre de soins suffisamment bonne pour ce groupe. En outre, de nombreuses polycliniques manquent de compétences de base sur les drogues et la toxicomanie, selon le rapport.

Désormais, le NIM demande aux autorités d’assurer une véritable offre de traitement conforme à la Convention relative aux droits de l’enfant.

Consomme du cannabis - s'est vu refuser un traitement

Consomme du cannabis – s’est vu refuser un traitement



Nystuen dit qu’en raison d’un manque de connaissances dans le domaine, il est difficile de tirer des conclusions solides. Néanmoins, elle pense qu’il existe de nombreuses indications que les usagers de drogues sont victimes de discrimination dans les services publics.

– Les adultes atteints de troubles de la ROP vivent en moyenne 15 ans de moins que le reste de la population. Il s’agit probablement en partie d’un mode de vie malsain, mais aussi du fait qu’ils reçoivent des soins de santé moins bons que les autres.

Peu de compétence

Le manque d’options de traitement pour les victimes de violence et d’intoxication active est un autre thème du rapport. Ils soulignent que les femmes de ce groupe sont particulièrement exposées à la violence et aux abus, mais qu’il y a peu de connaissances et de compétences dans l’appareil d’aide à ce sujet.

“Une nette minorité des refuges déclare avoir une offre pour les personnes en état d’ébriété active”, écrit le NIM, qui demande aux autorités d’enquêter sur la manière dont l’offre peut être renforcée pour ce groupe.

Ils leur demandent également de :

  • Donner du poids aux considérations relatives aux droits de l’homme dans l’évaluation de la dépénalisation des drogues
  • Veiller à ce que l’utilisation par la police de drogues coercitives contre les toxicomanes ne viole pas les droits de l’homme et que les personnes qui ont été victimes d’une utilisation illégale de drogues coercitives puissent être indemnisées
  • Veiller à ce que les réglementations relatives à la réadaptation assistée par drogue (LAR) soient appliquées de la même manière dans tout le pays
  • Renforcer l’offre de traitement et d’hébergement également pour les adultes souffrant de troubles de la ROP
  • Enquêter pour savoir si le dépistage des drogues chez les jeunes a l’effet souhaité et si les contrats de drogue volontaires doivent être juridiquement contraignants

Mardi soir, Dagbladet a demandé un commentaire sur les conclusions du rapport de la ministre de la Santé Ingvild Kjerkol (Ap) et de la ministre de la Justice Emilie Enger Mehl (Sp), mais n’a pas encore reçu de réponse.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT