Tenez la lune entre vos mains au Centre des sciences de Montréal

Tenez la lune entre vos mains au Centre des sciences de Montréal

Une nouvelle exposition au Centre des sciences de Montréal permet aux visiteurs de toucher un véritable morceau de roche lunaire.

Le spécimen, prêté par la NASA, est le 10ème du genre à être exposé dans les musées du monde entier.

«C'était vraiment un privilège», a déclaré Cybèle Robichaud, directrice de la programmation du Centre des sciences, situé au Vieux-Port de Montréal.

La roche lunaire a presque quatre milliards d'années et a été recueillie en 1972, lors de la dernière mission sur la lune – Apollo 17.

Lorsque le centre a contacté la NASA pour la première fois, il ne s'attendait jamais à recevoir un échantillon de roche lunaire que les gens avaient réellement le droit de mettre la main.

Le moon rock est prêté par la NASA pour les cinq prochaines années. (CBC)

Elle a dit que la demande du musée a probablement été stimulée par un certain astronaute canadien qui est maintenant le gouverneur général du Canada.

"La lettre d'appui de Julie Payette, notre directrice à l'époque, a vraiment aidé", a déclaré M. Robichaud.

Mme Payette a été directrice générale du Centre des sciences de Montréal pendant trois ans avant sa nomination à Rideau Hall.

Le rocher sera exposé au Centre des sciences pendant au moins cinq ans.

Sara Arsenault, chef de projet, s'est rendue aux voûtes de la NASA pour ramasser la pierre et la ramener au Canada. (Centre des sciences de Montréal)

Robichaud a déclaré depuis son lancement vendredi, les visiteurs ont été "surpris et surpris par cette possibilité qu'ils doivent toucher la lune".

La chef de projet de l'équipe, Sara Arsenault, a dû se rendre à Houston, au Texas, pour récupérer le rocher des coffres de la NASA et le ramener au Canada dans un conteneur discret – dans ce cas, une boîte à lunch.

«Pour les agents des douanes, quand vous avez quelque chose comme une boîte à lunch, ils veulent savoir ce qu'il y a dedans, alors j'ai dû dire plusieurs fois:« J'ai un rocher de lune », a dit Arsenault.

"Ils n'étaient pas prêts pour ça."

Le rocher est exposé et les visiteurs ont le droit de le toucher et de le toucher à l'intérieur de sa vitre. (CBC)

Une visiteuse du musée, Caroline Viger, a vu le même type de rock lunaire exposé au Smithsonian Institute à Washington, D.C.

"Ce qui est spécial n'est pas seulement que c'est vieux parce que ça vient de la lune, mais aussi qu'il y a la mission Apollo et les gens qui l'ont ramené", a-t-elle dit. "C'est toute la technologie qui se cache derrière, toute l'innovation."

"Ce n'est pas un roc facile à obtenir."

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.