Syrie: Erdogan rencontrera Poutine à Sotchi

Les présidents turcs Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine se rencontreront lundi pour discuter de la Syrie, ont annoncé aujourd'hui des responsables turcs alors qu'Ankara luttait pour un cessez-le-feu dans la province rebelle Idleb (nord-ouest). "Le président Erdogan rencontrera à nouveau le président Poutine lundi", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu. Un haut responsable turc a ensuite déclaré à l'AFP que cette interview aurait lieu à Sotchi, une station balnéaire de Russie. "LIRE AUSSI: Rohani, Erdogan, Poutine: les nouveaux parrains de la Syrie Les deux dirigeants se sont rencontrés la semaine dernière lors d’un sommet consacré à la Syrie organisé par leur homologue iranien Hassan Rohani à Téhéran. déclarer un cessez-le-feu dans la province d'Idleb, où les forces du régime de Damas, soutenues par Moscou et Téhéran, sont apparues pendant plusieurs jours sur le point de lancer une offensive. La région d'Idleb est le dernier bastion de l'opposition armée au président Assad, mais il est contrôlé à 60% par le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Sham (HTS), composé notamment de l'ancienne branche d'Al-Qaïda en Syrie. "En ce qui concerne la lutte contre les organisations terroristes (à Idleb), nous sommes prêts à "Mais tuer sans discrimination des civils, des enfants et des femmes sous prétexte de combattre une organisation terroriste n'est pas humain", a-t-il ajouté, ajoutant que la Turquie, qui soutient les rebelles, craint une offensive de grande envergure. Echelle contre Idleb, une province située à sa frontière, ne provoque pas un nouvel afflux de réfugiés sur son territoire, alors qu’il accueille déjà plus de 3 millions de Syriens. Selon l'ONU, environ trois millions de personnes, dont la moitié sont déjà déplacées d'autres régions de Syrie, vivent à Idleb et dans les poches d'insurrection voisines. Des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées en septembre à Idleb en raison des bombardements intensifs du régime de Damas et des forces aériennes russes, qui ont augmenté pendant plusieurs jours avant de diminuer d'intensité cette semaine, selon l'ONU.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.