Sur Mars, InSight enregistre le vent

Les humains peuvent écouter le vent martien pour la première fois, sous la forme d'une vibration sourde enregistrée par la sonde InSight et diffusée vendredi par la NASA. Les rafales de vent ont été enregistrées par le sismomètre embarqué sur la sonde, ainsi que par un seul capteur de pression. Le vent a fait vibrer les panneaux solaires d'InSight, et c'est cette vibration que l'appareil a enregistrée et envoyée sur la Terre. Tout le monde peut écouter le son sur www.nasa.gov/insightmarswind."Tel sont les 15 premières minutes de données "de l'un des composants du sismomètre", a expliqué Thomas Pike, responsable scientifique de cet instrument, du Collège impérial. à Londres. "C'est un peu comme un drapeau qui flotte dans le vent", a-t-il déclaré. Mais "le son semble vraiment venir d'un autre monde, ce qui est exactement le cas". Le sismomètre est pour le moment toujours sur l'atterrisseur lui-même, alors qu'il est condamné à être placé sur Terre dans quelques semaines, pour écouter les vibrations qui traversent l'intérieur de Mars, comme des tremblements de terre ou des impacts de météorites dont l'onde de choc se répercuterait sur toute la planète. .Quand il sera au sol, il sera protégé par un dôme afin de ne pas être dérangé par les vibrations provenant du vent ou de la surface. Les chercheurs de la mission ont expliqué que la faible densité de l'atmosphère martienne (1% de l'atmosphère terrestre) modifiait la perception du vent, ce qui se traduisait par de basses fréquences. Thomas Pike le décrit comme un "rugissement lointain". "Notre oreille n'est pas habituée à reconnaître ce son", a-t-il déclaré. En 1976, les trains d'atterrissage US Viking 1 et 2 avaient également capturé le vent martien sur leurs sismomètres, mais ils étaient de qualité inférieure et enregistraient des fréquences qui ne permettaient pas à l'oreille humaine d'écouter les sons. InSight a atterri le 26 novembre et semble en bonne forme jusqu'à présent. Ses panneaux solaires sont dépliés et rechargent les batteries. Ses deux caméras ont transmis 48 photos de l'engin et de son environnement immédiat, une plaine apparemment parsemée de galets. Au cours des deux ou trois prochains mois, les ingénieurs de la NASA s’allongeront à la surface, grâce à un bras articulé robotisé, à deux instruments, au sismomètre et à une sonde qui mesurera la température à quelques mètres de profondeur.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.