SSPT courant chez les agents de santé même après un an de pandémie: The Tribune India

| |

Londres, 18 octobre

Près d’un quart des travailleurs de la santé (23,4%) ont présenté des symptômes de syndrome de stress post-traumatique (TSPT) au cours de la phase la plus aiguë des épidémies pandémiques précédentes, et 11,9% des travailleurs de première ligne ont présenté des symptômes près d’un an plus tard, selon une nouvelle recherche .

Les problèmes de santé mentale tels que le SSPT, l’anxiété et la dépression sont courants chez le personnel de santé pendant et immédiatement après les pandémies, selon des chercheurs de l’Université d’East Anglia (UEA) au Royaume-Uni.

«Les infirmières, les médecins, les professionnels paramédicaux et tout le personnel de soutien basé dans les hôpitaux où les patients atteints de COVID-19 sont traités sont confrontés à une pression considérable sur une période prolongée», a déclaré le professeur Richard Meiser-Stedman de la Norwich Medical School de l’UEA.

Les chercheurs ont étudié comment le traitement des patients lors des pandémies passées telles que le SRAS et le MERS affectait la santé mentale du personnel de première ligne.

Ils ont examiné les données sur les niveaux élevés de détresse mentale et ont constaté que plus d’un tiers des agents de santé (34,1%) présentaient des symptômes tels que l’anxiété ou la dépression pendant la phase aiguë, chutant à 17,9% après six mois.

Ce chiffre est cependant remonté à 29,3% après 12 mois ou plus.

L’équipe espérait que leur travail aiderait à mettre en évidence l’impact que la pandémie de COVID-19 pourrait avoir sur la santé mentale des médecins et des infirmières du monde entier.

«En plus du défi de traiter un grand nombre de patients gravement malades, le personnel de première ligne doit également faire face à des menaces à sa propre santé physique par l’infection, d’autant plus qu’il a dû faire face à une pénurie d’équipements de protection individuelle essentiels», Meiser-Stedman m’a dit.

Les médias ont rapporté que les travailleurs de la santé traitant des patients atteints de coronavirus seraient confrontés à un “ tsunami ” de problèmes de santé mentale en raison de leur travail.

«Nous voulions examiner cela en examinant de près les données existantes des pandémies précédentes pour mieux comprendre l’impact potentiel du COVID-19», ont écrit les auteurs. Ils ont estimé la prévalence des troubles de santé mentale courants chez les travailleurs de la santé basés dans les hôpitaux touchés par une pandémie.

Ils ont examiné 19 études qui comprenaient des données principalement sur l’épidémie de SRAS en Asie et au Canada et qui avaient tendance à se concentrer sur la phase aiguë de la pandémie – pendant et jusqu’à environ six semaines après la pandémie.

«Nous avons constaté que les symptômes de stress post-traumatique étaient élevés pendant la phase aiguë d’une pandémie et à 12 mois après la pandémie», a déclaré Sophie Allan, psychologue clinicienne stagiaire. IANS

Previous

Danny Green a remporté son troisième titre NBA, tous avec des équipes différentes

Les autorités écossaises approuvent un autre terrain de golf Trump

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.