Home » [Sport] Yoël Armougom (SM Caen) : “Le plein d’énergie”

[Sport] Yoël Armougom (SM Caen) : “Le plein d’énergie”

by Nouvelles

Revigoré par ses vacances sur son île, Yoël Armougom attaque la nouvelle saison de la meilleure des façons avec Caen, co-leader de la Ligue 2 grâce à son carton plein après deux journées.

Entrevu lors de l’écrasant succès devant Orléans en ouverture de la saison (4-0), le Armougom nouveau a confirmé ses bonnes dispositions en déplacement à Niort (victoire 1-0). Le Dionysien de 23 ans, aux 48 matches en L2, sait ce qu’il veut.

Yoël, avec deux victoires en deux matches, la saison ne pouvait pas mieux commencer…

“La satisfaction est au rendez-vous, on apprécie. Il y avait quand même un peu de pression pour démarrer cette nouvelle saison, qui plus est à la maison, sous les yeux de nos supporters après une année sans eux. Le bonheur de les revoir s’est traduit par une jolie victoire face à Rodez (4-0). Leur soutien ajouté aux trois points, nous ont permis de bien enchaîner à Niort (1-0). Ça fait plaisir.

Après deux saisons délicates en L2, autant sur le plan individuel que collectif, comment vous êtes-vous pris pour repartir du bon pied ?

C’est le fruit du travail que j’avais déjà entamé à La Réunion avec papa durant les vacances. Cela faisait deux ans que je n’étais pas rentré “au péi”. J’avais besoin de me ressourcer auprès des miens. Entre les séances de travail avec mon père et les bons carrys de maman (rires), j’ai pu refaire le plein d’énergie. Ces vacances m’ont fait un bien fou. J’étais vraiment bien pour démarrer le nouveau projet avec le nouveau staff. Tous les efforts fournis durant la préparation payent, on est contents. On avance avec beaucoup d’humilité, mais on sait aussi ce qu’on veut.

Durant vos vacances à La Réunion, la reprise à Caen, où vous êtes lié jusqu’en 2023, était-elle une évidence, ou aviez-vous songé à un nouveau départ ?

Je ne suis pas du genre à baisser les bras facilement. Il n’y a que le travail qui permet de surmonter les difficultés. J’ai bossé. Comme je le dis toujours, le plus dur pour moi, c’est l’éloignement des miens. Je suis un “marmaille la kour” comme on dit chez nous, j’ai besoin d’être entouré de ma famille, mes proches. Le fait de rentrer récemment à La Réunion m’a libéré l’esprit et le corps. Je me sens bien dans ma tête et dans mes jambes. C’est tout ce qui compte pour moi.

Le staff a récemment affirmé que votre carrière doit désormais décoller au vu de vos qualités, évoquant un travail en profondeur que vous deviez réaliser sur certains plans, quels sont-ils ?

Ils ont été identifiés, notamment sur l’aspect défensif. Je suis un latéral qui attaque beaucoup, du fait que j’étais ailier gauche plus jeune à La Réunion. Sans perdre mes qualités qui sont de faire beaucoup de kilomètres dans les matches et de monter pour amener le plus offensif, je me concentre à mieux défendre. Cela nous a pas mal réussi jusqu’ici puisque nous n’avons pas encore pris de but. Il faut continuer ainsi. Je sens que le coach me fait confiance. Il m’aide avec son staff pour progresser encore plus. Ça booste. À moi de ne pas m’endormir sur mes lauriers. Je suis conscient que rien n’est dû. Il n’y a que le travail qui paye.

Caen est-il armé pour viser un retour en L1 si espéré ?

J’ai connu la Ligue 1 quand j’ai débuté, avec Ronny (Rodelin) qui m’avait pris sous son aile. On a tous envie de retrouver l’élite. À nous de faire le nécessaire. L’équipe est assez jeune depuis l’an dernier. Plus que des forces en présence, c’est l’état d’esprit qui est primordial. On a vu des joueurs, dont moi notamment, qui, dans les têtes, sont plus costauds depuis le début de la saison. On est tous animés d’une rage de ne pas prendre de but. Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti une telle détermination.

Avez-vous des objectifs personnels ?

Oui, c’est de faire une saison pleine dans le but d’aider l’équipe à avoir les meilleurs résultats. J’ai connu des petits pépins physiques l’an passé qui m’ont freiné dans mon évolution. Je veux être une référence à mon poste pour moi-même. Il faut que je ne sois plus le même joueur à la fin de la saison.”

Mickaël Payet

Ligue 1 express

Abriel encense Payet
MARSEILLE. Buteur face à Braga puis le Benfica, Dimitri Payet a encore fait trembler les filets lors de la victoire de l’OM sur Vilarreal (2-1). Le numéro dix phocéen affiche un bel état de forme à quelques jours du coup d’envoi de la saison de Ligue 1 contre Montpellier. Consultant pour Canal+, le Kréopolitain Fabrice Abriel l’a d’ailleurs souligné : “La très bonne nouvelle c’est Dimitri Payet. Il est très inspiré et inspirant pour ses partenaires qui s’appuient sur lui techniquement, qui n’hésitent pas à faire l’appel en profondeur car ils sont sûrs d’avoir la balle. L’animation offensive y gagne”, a lâché le Saint-Pierrois, champion de France 2010 avec Marseille.

Ajorque et la rumeur anglaise
STRASBOURG. Lié jusqu’en 2024 au RC Strasbourg, Ludovic Ajorque serait-il sur le départ ? C’est ce qu’a affirmé John Harriott, agent de joueurs sur son compte Twitter : “Everton a transmis une offre pour l’attaquant strasbourgeois Ludovic Ajorque. La proposition s’élève à 26,5 millions de livres sterling (31 millions d’euros) avec 6,5 millions de livres sterling supplémentaires (7,6 millions d’euros) en bonus, en cas de qualification européenne des Toffees.” D’après ce dernier, le géant réunionnais est même attendu à Liverpool, “pour passer la visite médicale, la semaine prochaine”, afin de s’engager avec Everton. L’annonce a été rapidement démentie par Pierre Ménès, proche du président du Racing, Marc Keller. “Si seulement. À ce tarif-là… Pipeau complet”, a-t-il démenti. Meilleur buteur du club alsacien, l’avant-centre de 27 ans était présent lors du succès face à Fribourg, samedi dernier (2-1). Il est attendu dimanche contre Angers en ouverture du championnat.

Morel et Saïd blessés
LIGUE 1. À une semaine du lancement de la saison, Jérémy Morel (Lorient) et Wesley a dit (Lens) sont à l’infirmerie. Le premier est sorti sur blessure dès les premières minutes de la dernière rencontre amicale face à Angers, remporté 1-0 par les Merlus où Thomas Fontaine est entré en jeu à la 77e minute. Le second, transfuge de Toulouse chez les Sang et Or, souffre des adducteurs. “Cela va nécessiter une petite période, a précisé son entraîneur Franck Haise. La bonne nouvelle, c’est que le genou, c’est oublié. C’est vraiment très bien de ce côté, mais quand on a été arrêté longuement, des fois ça couine un peu à droite à gauche. Il lui faudra du temps mais il arrivera à nous donner un bon coup de main.”

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.