Série sur Arte. Avec Miou Miou, la maternité à 70 ans

Avec Nona et ses filles , à voir sur De l’art, à partir de ce jeudi 2 décembre 2021 (et sur arte.tv ) Valérie Donzelli signe sa première série. La réalisatrice et comédienne met en scène Miou-Miou, enceinte de cinq mois et demi à 70 ans…

Nona, 70 printemps, responsable du Planning familial du quartier de la Goutte-d’or à Paris, découvre qu’elle est enceinte. Aucun doute possible, assène le docteur Truffe. Branle-bas de combat pour la future maman, pas vraiment enchantée de son état. George, Gaby et Manu, ses filles, des triplées de 44 ans, s’installent chez elle pour l’épauler, comme Paou, le sage-femme attentionné. L’amant occasionnel, André Breton, un vieux professeur de fac, est un peu dépassé par les événements, d’autant que les tests ADN lui déclinent toute responsabilité dans cette grossesse inexplicable…

Le point de départ était de faire un film sur une cohabitation entre une mère et ses filles, sourit Valérie Donzelli, qui signe avec Nona et ses filles sa première série comme créatrice et réalisatrice. Il fallait un événement extraordinaire, qui entraîne leur retour chez leur mère. La maladie était trop triste. Et si elle était enceinte ? J’aimais cette idée à la fois impossible et choquante. Imaginer qu’une femme de 70 ans fasse des enfants, ça reste très tabou.

Et puis ça nous faisait marrer que cette grossesse lui tombe dessus, sur cette nana qui a milité pour tout. Qu’elle soit en colère et le vive comme une injustice, c’était drôle, renchérit Clémence Madeleine-Perdrillat, cocréatrice de la série.

Ce point de départ farfelu n’empêche pas de porter un regard fin et sensible sur la famille et la fratrie, et sur cet état si particulier qu’est la grossesse. On a un locataire chez soi, c’est une histoire corporelle, souligne Valérie Donzelli. La première fois où j’ai accouché, j’ai eu l’impression de donner ma vie à quelqu’un d’autre, j’ai ressenti un truc très fou comme si j’allais mourir. Je trouvais intéressant de raconter cette vulnérabilité-là.

Une dose de magie et de poésie

Miou Miou (Nona), dans l’épisode 7. © © Manuel Moutier

Dans le rôle de cette Nona lunaire : une Miou-Miou qui colle parfaitement au personnage. Je voulais une actrice connue de tous les Français, comme une icône. Miou-Miou a changé l’image de la femme dans le cinéma, elle représente une forme de libération et de militantisme. J’ai regardé Nona avec mes yeux d’enfant des années 1970, et surtout 1980, poursuit Valérie Donzelli qui évoque sa nostalgie : La chambre des trois filles, le papier peint, les meubles en rotin, la déco… J’avais envie qu’on replonge dans ce monde comme s’il était resté figé à cette époque-là.

La co-créatrice et réalisatrice interprète George, l’une des triplées, une Tanguy au féminin qui n’a jamais quitté le foyer familial. Je n’ai pas beaucoup d’écart avec mes sœurs,explique Valérie Donzelli. Et mon frère est né le même jour que moi, un 2 mars, on nous appelle les 2 mars. On a deux ans d’écart, mais j’ai toujours eu l’impression d’avoir un frère jumeau.

Des triplées, ça instaure de la magie, renchérit Clotilde Hesme, qui joue Gaby. Elles sont très différentes, mais ont une vraie sororité, une bienveillance féminine entre elles.

Pour sa première série, Valérie Donzelli livre une fiction à la fois drôle, touchante et poétique.

De l’art, 20 h 55. Les 9 épisodes sur arte.tv

.

Previous

The Six Pack: Alabama contre Géorgie, Michigan contre Iowa parmi les meilleurs choix de football universitaire de la semaine 14

Entrepreneur en hôtellerie : “C’est un grand drame”

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.