Selon une étude, 91 pays ne peuvent pas supporter des niveaux de population élevés. taux de natalité en hausse dans les pays en développement

La montée en flèche des taux de natalité dans les pays en développement alimente un baby-boom mondial, mais les femmes de dizaines de pays plus riches ne produisent pas assez d'enfants pour y maintenir le niveau de population, selon les chiffres publiés vendredi.

Un aperçu global des taux de naissances, de décès et de maladies, évaluant des milliers d'ensembles de données pays par pays, a également révélé que les maladies cardiaques constituaient désormais la principale cause de décès dans le monde.

L’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé (IHME), créé à l’Université de Washington par la Fondation Bill and Melinda Gates, a utilisé plus de 8 000 sources de données, dont plus de 600 nouvelles, pour compiler l’un des plus détaillés santé publique.

Leurs sources comprennent des enquêtes sur le pays, des médias sociaux et des documents à source ouverte.

Il a constaté que, alors que la population mondiale était montée en flèche, passant de 2,6 milliards en 1950 à 7,6 milliards l’année dernière, cette croissance était profondément inégale selon les régions et les revenus.

Quatre-vingt-onze pays, principalement d'Europe et d'Amérique du Nord et du Sud, ne produisaient pas assez d'enfants pour subvenir aux besoins de leur population actuelle, selon l'étude IHME.

Mais en Afrique et en Asie, les taux de fécondité ont continué de croître, la femme moyenne au Niger donnant naissance à sept enfants au cours de sa vie.

Ali Mokdad, professeur en sciences de la métrologie de la santé à IHME, a déclaré à l'AFP que le facteur le plus important pour déterminer la croissance démographique était l'éducation.

«C’est un facteur socioéconomique, mais c’est une fonction de l’éducation de la femme», a-t-il déclaré. «Plus une femme est scolarisée, elle passe plus d’années à l’école, elle retarde sa grossesse et aura donc moins de bébés.»

L'IHME a constaté que Chypre était la nation la moins fertile du monde, la femme moyenne ne donnant naissance qu'une seule fois dans sa vie.

En revanche, les femmes au Mali, au Tchad et en Afghanistan ont en moyenne plus de six bébés.

L’Organisation des Nations Unies prévoit qu’il y aura plus de 10 milliards d’êtres humains sur la planète d’ici au milieu du siècle, ce qui correspond dans l’ensemble aux prévisions d’IHME.

Cela soulève la question du nombre de personnes que notre monde peut supporter, appelée "capacité de charge" de la Terre.

Mokdad a déclaré que, même si les populations des pays en développement continuaient à augmenter, leurs économies se développaient en général.

Cela a généralement un effet d'entraînement sur les taux de fertilité au fil du temps.

«En Asie et en Afrique, la population continue d'augmenter et les gens passent de la pauvreté à de meilleurs revenus, à moins qu'il y ait des guerres ou des troubles», a-t-il déclaré.

"On s'attend à ce que les pays s'en sortent mieux économiquement et il est plus probable que la fécondité baisse et se stabilise."

Nous sommes non seulement des milliards plus nombreux qu’il ya 70 ans, mais nous vivons aussi plus longtemps que jamais.

L’étude, publiée dans le journal médical The Lancet, a montré que l’espérance de vie des hommes était passée de 48 ans à 71 ans à 71 ans. On s'attend maintenant à ce que les femmes vivent à 76 ans, contre 53 ans en 1950.

Vivre plus longtemps entraîne ses propres problèmes de santé. alourdir davantage nos systèmes de soins de santé.

L'IHME a déclaré que la maladie cardiaque était maintenant la principale cause de décès dans le monde. En 1990 encore, les maladies néonatales étaient la principale cause de décès, suivies des maladies pulmonaires et de la diarrhée.

L'Ouzbékistan, l'Ukraine et l'Azerbaïdjan affichaient les taux de mortalité par maladie cardiaque les plus élevés. La Corée du Sud, le Japon et la France avaient parmi les plus bas.

«On constate moins de mortalité due aux maladies infectieuses à mesure que les pays s'enrichissent, mais aussi plus d'incapacités à mesure que les gens vivent plus longtemps», a déclaré Mokdad.

Il a souligné que, bien que le nombre de décès dus à des maladies infectieuses telles que le paludisme et la tuberculose ait sensiblement diminué depuis 1990, de nouveaux tueurs non transmissibles ont pris leur place.

«Certains comportements entraînent une augmentation des maladies cardiovasculaires et du cancer. L'obésité est n ° 1 – elle augmente chaque année et notre comportement contribue à cela. "

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.