Nouvelles Du Monde

Russie-Corée du Nord, axe de désordre mais pas de véritable alliance : voici pourquoi

Russie-Corée du Nord, axe de désordre mais pas de véritable alliance : voici pourquoi

2024-06-18 16:40:18

Vladimir Poutine rend visite à Kim Jong Un. Mais il ne peut s’agir d’une véritable alliance, soulignent les analystes américains, alors même que le G7 a souligné le transfert de missiles balistiques nord-coréens vers la Russie, donc vers le front ukrainien, et face à la tentative du chef du Kremlin de normaliser le « royaume ermite ». en l’entraînant dans le chaudron du Sud global idéalisé dirigé par la Russie et la Chine.

Il est vrai que Poutine et Kim se sont rapprochés ces dernières années, mais il s’agit d’un changement résultant de besoins à court terme, dictés par les intérêts de chacun des deux, plutôt que d’une alliance formelle et durable.

“Il y a tellement de méfiance mutuelle entre les deux pays. L’amélioration actuelle des relations bilatérales est motivée par des circonstances définies par la situation”, a commenté Andrei Lankov, analyste spécialisé dans les relations entre Moscou et Pyongyang à l’Université Kookmin de Séoul, dans une interview. avec le Washington Post.

Quel est « l’axe du désordre »

Mais c’est ce que l’on appelle « l’axe du désordre » entre la Corée du Nord, la Russie, l’Iran et la Chine, terme inventé par Andrea Kendall-Taylor et Richard Fontaine, dans un article publié dans Foreign Affairs en avril dernier, qui suscite des craintes. Le soutien militaire direct et indirect des trois pays à la Russie a renforcé la position de Moscou sur le front ukrainien et affaibli les efforts de l’Occident pour isoler la Russie. « La coopération entre les quatre pays se développait déjà avant 2022, mais la guerre a accéléré l’approfondissement de leurs relations économiques, militaires, politiques et technologiques », ont écrit Kendall-Taylor et Fontaine.

Lire aussi  Lettre de la coalition sur les négociations entre les Travailleurs unis de l'automobile et les Trois de Détroit

Poutine a félicité Kim Jong Un pour le « ferme soutien » de la Corée du Nord à la guerre. Attendu à Pyongyang pour sa première visite dans le pays depuis 24 ans, où il a rencontré lors de son élection récente Kim Jonfg Il, père de Kim Jong Un, le président russe a écrit un article pour le journal nord-coréen Rodong Sinmun, dans lequel il assure parmi un soutien supplémentaire à Kim contre « les pressions, le chantage et les menaces militaires des États-Unis ».

Selon Poutine, qui a accueilli Kim en Extrême-Orient russe en septembre dernier, les deux pays doivent continuer “à s’opposer résolument” à ce qu’il définit comme les ambitions occidentales d'”entraver la création d’un ordre mondial multipolaire fondé sur le respect de la justice mutuelle”.

Si la Corée du Nord dépendait historiquement de l’URSS pour le développement de son appareil militaire, notamment pour la guerre de Corée de 1950-53, c’est désormais Pyongyang qui dispose des réserves de munitions, compatibles avec les armes russes, et de la capacité de production dont Moscou a besoin pour sa guerre contre l’Ukraine. Et aussi la main d’œuvre.

Lire aussi  L'avant-dernière journée de la vingt et unième édition du Festival Cádiz en Danza a été synonyme de variété et de richesse scénique - | ACHTUNG !

Depuis la visite de Kim en Russie le mois dernier, expliquent des sources du ministère sud-coréen de la Défense, la Corée du Nord a vendu 5 millions d’obus à la Russie. L’année dernière, des milliers de Nord-Coréens étaient encore en Russie pour travailler, en violation des sanctions de l’ONU qui exigeaient le retour des travailleurs nord-coréens à l’étranger d’ici fin 2019.

Selon le Sipri, la Corée du Nord dispose de suffisamment de matière fissile pour 90 ogives nucléaires et pourrait déjà en posséder 50, avec une augmentation « significative » par rapport à 2023. La crainte est que la Russie puisse accélérer le développement de l’arsenal nucléaire nord-coréen. Les pays du G7 expriment également “de profondes inquiétudes quant au transfert potentiel de technologie nucléaire ou de missiles balistiques vers la Corée du Nord”. Mais il n’existe jusqu’à présent aucune preuve que cela se soit produit. La Chine veille à ce qu’aucun des deux alliés n’accélère une escalade dans la région.

Lire aussi  Le nouveau marché de Johannesburg considère Pitch City comme une porte d'entrée vers l'Afrique

Au lieu de cela, certains éléments indiquent que la Corée du Nord a reçu de la Russie une technologie spatiale utilisée par Pyongyang pour lancer des satellites militaires, a expliqué Peter Ward, analyste à l’Institut Sejong de Séoul. En septembre dernier, Poutine a emmené Kim au centre spatial Vostochny. D’autres analystes sud-coréens et américains cités par le journal américain rappellent que les technologies nucléaires et spatiales sont duales.



#RussieCorée #Nord #axe #désordre #mais #pas #véritable #alliance #voici #pourquoi
1718720818

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT