Rugby Health: "Nous devons être intransigeants sur les placages de poitrine"

"Il faut être intransigeant pour s'attaquer au coffre et finir au coude à coude", a déclaré samedi le président de la Fédération française de rugby (FFR), Bernard Laporte, en introduisant dans les écoles de rugby le passage en vigueur. à la fois le jeu du mouvement et la sécurité des pratiquants. Pourquoi introduire une force de passage dans les moins de 14 ans? Bernard Laporte. "Il est important, surtout pour les plus forts, d’éviter de prendre le ballon et d’aller battre l’autre, car le problème, c’est qu’en ce qui concerne les 14, 15, 16, 17 ans, ils sont aussi solides." comme ils sont et ils arrêtent souvent le rugby, et s'ils ne s'arrêtent pas, ils n'ont pas progressé et cela fait des joueurs moyens. L'intérêt est que vous donniez la balle avant ou vous passiez dans les intervalles mais vous n'allez jamais faire face à personne plus quand il est immobile devant vous.Le rugby, c'est faire des passes, éviter et passer dans les intervalles. veut plus c'est un gamin, car il est plus fort que les autres, il les fait tomber comme le bowling et le dégoût Quand j'étais jeune, je n'étais pas la dominante, plus forte, je les évitais mais ils ne m'évitaient pas. "Indirectement, est-ce aussi une mesure pour lutter contre le déclin des licenciés (-15 000 en 2018)? "Le déclin des licenciés remonte à 2008. Pourquoi? Nous avons abandonné l’école. Les clubs qui vont à l’école n’ont pas de déclin des licenciés. Mais pour cela, il faut bien sûr des éducateurs formés. Et le rôle des 150 responsables techniques du club (CTC, que la FFR a l'intention de déployer en 2019) sera de former sur place tous les éducateurs du club. Ces 150 CTC, c'est 10 millions d'euros d'investissement pour la Fédération. C'était un engagement de campagne, nous nous déplaçons pour trouver des moyens, nous sommes très heureux de la nouvelle convention avec la Ligue qui nous accordera 5 millions d'euros par an pour nous aider à payer cette formation. du licencié? "Nous devons faire la distinction entre le monde professionnel des jeunes, il n’ya pas de préjudice chez les jeunes, et dans le monde professionnel, il nous appartient de proposer des solutions allant dans le sens de la sécurité des joueurs. Il y avait beaucoup de problèmes avec la mêlée en train de s'effondrer, nous avons résolu ce problème, il n'y a presque plus d'accident sur les mêlées. "À quel autre mesure protégeant la santé des joueurs pensez-vous? "Vous devez être intransigeant à propos des coups à la poitrine et qui se terminent au cou et à la tête. Certains proposent – pourquoi pas? – que nous devons aplatir à la taille. Laissez-nous l'expérimenter et surtout avec le les jeunes, pour qui c'est une bonne chose pour le ballon de jouer. Dans les rucks, il y a aussi beaucoup d'incidents, les joueurs qui arrivent à un rythme soutenu et qui frappent les gens qui joueront le ballon. ou qui tapent sur le dos d'un joueur qui se gratte, c'est interdit! C'est pour essayer de faire mal, c'est pas pour contester le ballon. "Une autre nouvelle règle mise en place, en Top 14 fois cette fois, pour protéger les joueurs, les 4 remplaçants supplémentaires qui causent beaucoup de confusion, les entraîneurs étant accusés de coaching abusif. Quel est votre point de vue? "Arrêtez cette hypocrisie, il est toujours difficile de vérifier si quelqu'un est blessé, alors il sort et c'est tout, et aujourd'hui, il y a des malentendus de la part de certains entraîneurs et même Certains présidents: c’est à la ligue de les clarifier que ce qui m’intéresse, c’est la sécurité des joueurs, alors qu’un entraîneur avait fait venir tout le monde et qu’il y avait un soupçon de commotion cérébrale. Vous restez car je ne peux plus vous remplacer C'est le but de la règle. "

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.