Rosé: l'arnaque du siècle

Rosé: l'arnaque du siècle

Un petit ballon de rosé est à la fois les nuits d'été insouciantes, une poignée d'amis sur la terrasse, l'arôme léger des vacances et … parfois une gigantesque arnaque! Au cours des dernières années, le vin espagnol a frauduleusement interféré dans les bouteilles et cubis dont l'étiquette promet un nectar français. «À la fin de l'année 2015, nous avons reçu des alertes sur le vin français en espagnol», explique Alexandre Chevallier, chef d'état-major adjoint de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Les résultats de cette enquête menée en 2016 et 2017, que nous dévoilons, sont stupéfiants.22% des établissements ont une anomalie d'étiquetage Un établissement sur cinq (22%) visité en 2016 – importateurs, distributeurs, restaurants, étiqueteurs … – ont présenté des anomalies plus ou moins graves, allant de l'étiquetage trompeur à la francisation pure et simple de la bouteille … Près de dix millions de fausses bouteilles de rosé français ont été découvertes chez quatre très grands négociants français. vendaient des vins en vrac espagnols en bouteilles floquées avec l'indication "Vin de France" ou une indication géographique protégée (IGP) Vin en vrac Espagnol acheté 0,30 € par litre xplain cette escroquerie? Tout est une question d'argent. En 2016, le vin en vrac espagnol a été acheté à 0,34 € / litre contre 0,75 à 0,90 € / litre pour un équivalent français. Vendre une piquette ibérique au prix d'une IGP française, c'est-à-dire de 3 ou 4 €, est particulièrement valorisant. Si le consommateur est totalement impuissant face à ces cas de fraude, il peut aussi être victime d'un emballage plus que douteux, ce qui suggère que le rosé vient de France. Une belle image d'un clocher de village, un drapeau français: il n'en faut pas plus à l'acheteur inattentif ou inexpérimenté pour avoir et investir dans un vin espagnol dont la provenance sera indiquée en petits caractères sous la banderole. La procédure pénale a été lancée. Ce qui fait évidemment des vignerons français bousculés, lourdement pénalisés par ces tromperies et escroqueries. "Le secteur du vin représente des centaines de milliers d'emplois et exporte un savoir-faire français reconnu", a déclaré la secrétaire d'Etat à la ministre de l'Economie, Delphine Gény-Stephann. Il s'agit donc de protéger les consommateurs mais aussi les entreprises vertueuses qui participent au dynamisme économique des territoires. Comment? Des ordonnances de conformité, des procès-verbaux et des procédures pénales pour tromperie ont été lancés par la DGCCRF. Suffisant pour arrêter ce cas de vin? Impossible à dire, selon les enquêteurs. Parce que si le prix du vin en vrac en Espagne a augmenté de 17% en 2017, facturant 0,40 € / litre, il reste encore bien inférieur au prix de nos rosés français.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.