Roman Ntamack muselé pour son baptême du feu – 6 Nations

0
18

Le Toulousain prometteur, particulièrement observé par les Gallois, a connu une première discrète sous le maillot bleu.

Au Stade de France,

Il y a vingt-cinq ans, son père a honoré la première de ses 46 sélections au pays de Galles pour un revers de 24-15. Vendredi soir, au Stade de France, Romain Ntamack, fils d’Émile, ex-gloire du XV de France dans les années 90, a été lancé dans le grand bain international, à 19 ans, contre le même XV Leek. Pour aussi une défaite (19-24). "Son âge n'est pas un critère"a expliqué l'entraîneur Jacques Brunel lors de l'annonce de son mandat. Et le premier match ou centre prometteur (où il était aligné) ne semblait ni fébrile ni impressionné par l'événement.

Titularisé à la place de l'énorme Mathieu Bastareaud, pourtant vice-capitaine des Blues, le prometteur Toulousain devait apporter plus de fluidité, plus de mouvement au jeu du XV de France. Il n'a pas eu le temps de jouer, étant rapidement mis à contribution. Fofana, dans un premier temps, le sollicita sur une passe en contre-courant, mais celui-ci ne trouva pas preneur. Dans la foulée, alors que les Blues accéléraient le match, il se retrouva rattrapé à la fin (6ème). Pas question de jouer avec le frein à main. Les Gallois avaient annoncé – sans le cacher – qu'ils viseraient le récent champion du monde des moins de 20 ans. Et son face-à-face directe, Jonathan Davies, l’un des meilleurs centres de la planète ovale, l’étreignit étroitement et le muselait régulièrement sur ses coups. Au départ, il avait même droit à un "tampon" à la limite de la normale par le demi de mêlée Tomos Williams (50e). S'il n'hésitait pas à défier la défense galloise (21e), les trois quarts centraux des Bleus connaissaient un peu de gâchis dans son jeu, comme ce coup de pied facilement rendu (26e) ou celui avant qui a mis Maxime Médard sous pression (36e). ).

"Cinq huitième"

Roman Ntamack devait également jouer le rôle de "cinq huitième", comme le disent les anglo-saxons, afin de soulager son premier match, Camille Lopez, particulièrement au pied. Cela n'a pas été utilisé contre les Gallois. Mais son association au centre avec Wesley Fofana, résolument tourné vers l'offensive, était prometteuse. Les Clermontois, vifs et inspirés, ont été mis en avant au Stade de France en première période, profitant certainement de la surveillance étroite apportée au néo-international. Mais en seconde période, il était beaucoup plus discret lorsque toute l'équipe s'effondra face à l'assaut du Gallois métamorphosé. L’entrée de Geoffrey Doumayrou (67e) à ses côtés n’a pas changé le dossier … Impuissant, il a vu passer sur lui la passe de Sébastien Vahaamahina, destinée à Yoann Huget, à intercepter par George North, pour le test de KO (72ème).

Pour son baptême du feu, l'attente placée dans le prometteur Toulousain, qui a disputé les 80 minutes du match, était géniale. Il est loin d'être indigne. Yoann Huget, son coéquipier au Stade Toulousain, a averti cette semaine en appelant au calme: "Roman est prêt pour le niveau élevé. Mais vous devez lui donner le temps d'apprendre un peu. C'est à vous (la presse) et à nous de l'accompagner. Servons ceux qui sont venus pour ne pas le brûler . " Mais la semaine prochaine, à Twickenham contre l’Angleterre, la marche sera encore plus rapide. L'environnement est beaucoup plus hostile.

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.