RDC: Jean-Pierre Bemba, investi par son parti, peut-il être candidat?

RDC: Jean-Pierre Bemba, investi par son parti, peut-il être candidat?

Installé provisoirement à Bruxelles, Jean-Pierre Bemba Gombo a été investi, vendredi, par le Mouvement de libération du Congo (MLC), dans l'attente de sa condamnation dans le cadre de la subornation de témoins à la Cour pénale internationale (CPI), son parti, en tant que candidat présidentiel en Décembre 2018. Y at-il une chance de postuler?

Jean-Pierre Bemba, peut-être candidat à la présidence. A peine acquitté par la CPI, l'ancien vice-président de la RDC se lance dans la course électorale. Depuis jeudi, son parti, le MLC, tenait son congrès. Le président n'était pas présent, il est toujours en Belgique avec sa famille, libéré sous caution en attendant d'être fixé sur sa peine dans le cas de corruption de témoins qui s'oppose toujours à la CPI. Il a néanmoins été candidat à son parti, qui a l'intention de faire de lui le seul candidat de l'opposition.

Le Congrès revitalise ses partisans

C'est avec des chants et des danses que plusieurs centaines d'activistes du MLC rassemblés au Centre Nganda à Kinshasa ont salué la nomination de Jean-Pierre Bemba Gombo comme candidat à la présidence du 23 décembre 2018.

Et pour rassurer ses militants, l'ancien vice-président de la République s'est personnellement adressé à Bruxelles par téléphone. " Encore une fois, un grand merci pour la confiance que vous m'avez accordée. J'espère témoigner de ma personne. J'espère vous voir bientôt à Kinshasa. Merci à tous, à bientôt. "

L'échec de l'élection présidentielle de 2006 oublié, les dix ans de prison également oubliés, au moins ce soir, les militants du MLC sont heureux. Jeanpy a participé à cette cérémonie d'inauguration.

Dans une de leurs résolutions, les participants au IIIe Congrès du MLC ont réaffirmé leur soutien à l'unité d'action de l'opposition et demandé au parti de proposer à d'autres opposants le nom de Bemba comme seule opposition candidate.

" Je crois en la sagesse de l'opposition, car si nous allons dans un ordre dispersé, nous perdrons ces élections. Aujourd'hui, Jean-Pierre Bemba représente une solution pour les Congolais ", Dit Adolphe Voto, responsable du parti.

Ainsi désigné par le MLC, malgré son absence physique dans le pays, Bemba présentera officiellement sa candidature entre le 25 juillet et le 8 août 2018, comme prévu par le calendrier électoral.

Quel est le processus de demande?

Le ministère congolais des Affaires étrangères s'est empressé de l'annoncer avant la fin du congrès: Jean-Pierre Bemba a reçu son passeport diplomatique. L'opposant congolais n'avait plus de papier valide après dix ans de prison. Mais il reste sénateur. " Ce passeport diplomatique, il y a droit et c'est le président du Sénat qui a soutenu sa demande "Dit une source diplomatique congolaise qui nie toute faveur envers l'ancien vice-président, tandis qu'un autre candidat de l'opposition, Moise Katumbi, lutte pour obtenir le sien.

Pour revenir au Congo, Jean-Pierre Bemba doit simplement informer la CPI de son changement d'adresse, ce qui est expliqué par le porte-parole du tribunal comme son avocat. " On craint que le bureau du procureur ne s'oppose toujours Dit un ancien membre de son équipe de défense.

Jean-Pierre Bemba doit impérativement revenir au Congo pour déposer sa propre candidature et s'enrôler, c'est ce que prévoit le code électoral au point 9. La crainte de l'entourage de Jean-Pierre Bemba est que le régime instrumentalise Le point 10 du même code, qui depuis décembre 2017 stipule que toute personne reconnue coupable de corruption par un jugement irrévocable est inéligible.

L'opposant congolais, acquitté pour crimes de guerre et contre l'humanité, est condamné pour témoin falsification par le CCI. " Mais la corruption et la corruption ne sont pas la même chose ", Disent les partisans de l'ancien vice-président congolais.

L'ultime obstacle à la candidature de Jean-Pierre Bemba est en fait une peine de cinq ans de prison pour avoir soudoyé un témoin. Le CIC doit toujours déterminer sa phrase. Malgré ses dix ans de prison, l'opposant congolais pourrait, si les juges suivent les recommandations du bureau du procureur, retourner au service pour purger le reste de sa peine. La décision pourrait être prise avant le 20 juillet ou après le 13 août, date des vacances judiciaires à La Haye.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.