Nouvelles Du Monde

Rapport sur l’exploitation illicite d’or au Sahel : Mise en garde de l’ONU

Rapport sur l’exploitation illicite d’or au Sahel : Mise en garde de l’ONU

Le Burkina Faso vient de dévoiler la construction de sa première raffinerie d’or, mais un nouveau rapport de l’office des Nations Unies contre la drogue et le crime met en garde contre l’expansion du trafic illicite d’or au Sahel. Cela entraîne des pertes pour les ressources étatiques du Burkina, du Tchad, du Mali, de la Mauritanie et du Niger, tout en constituant une source de financement pour les groupes armés de la région.

Publié le : 25/11/2023 – 02:06

Temps de lecture : 2 minutes

Avec notre correspondante à Dakar, Léa-Lisa Westerhoff

On observe une forte hausse de l’exploitation de l’or au Burkina Faso et au Mali au cours des dix dernières années. La production a plus que doublé, avec 102 tonnes produites en 2021 au Burkina Faso, ce qui en fait le 3ᵉ plus grand producteur d’or du continent, suivi de près par le Mali. Ces chiffres sont largement sous-estimés selon les spécialistes, car ils n’incluent pas la production contrôlée par les groupes armés, notamment dans le nord du Mali.

Lire aussi  Karen McDougal, le mannequin Playboy impliqué dans l'affaire Trump, qui est-elle ?

Cette manne financière a atteint 12,6 milliards de dollars en 2021 pour les 4 pays : Burkina, Mali, Mauritanie et Niger, avec un potentiel d’emploi important pour un peu plus de 8 millions de personnes travaillant déjà dans les mines au Sahel, selon l’agence onusienne. Cependant, ce potentiel de développement risque d’être siphonné si les pays du Sahel ne parviennent pas à mieux encadrer le secteur artisanal et informel.

La différence entre ce que le Mali déclare exporter aux Émirats arabes unis – 500 tonnes en 2019 – et ce qu’il dit importer de ce même pays, soit près de 81 000 tonnes en 2019, est une preuve de cet enjeu.

L’office onusien contre la drogue et le crime appelle donc ces États à augmenter l’accès aux licences d’exploitation minière et à réglementer le secteur afin d’éviter que les creuseurs artisanaux ne vendent leur or à des groupes armés ou des trafiquants faute d’opportunités avec l’État.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT