Qu'est-ce que la tuberculose bovine, la maladie qui affecte maintenant la Normandie

On pensait que la maladie était éradiquée depuis 25 ans, mais la tuberculose bovine est de retour. Près de 600 animaux ont déjà été abattus dans l'Orne et le Calvados. Une vaste campagne de détection de cette épizootie vient d'être lancée. Explications

Après la Nouvelle-Aquitaine, la Côte-d'Or et la Haute-Corse, où quelque 60 cas ont été établis au printemps dernier par la plateforme de l'ESA chargée de la surveillance épidémiologique en santé animale, c'est maintenant le tour la Normandie être atteinte de tuberculose bovine. À s'arrêter le plus vite possible cette épidémie, les autorités ne voulaient pas perdre de temps et ont lancé début novembre un campagne de prophylaxie qui devrait se terminer en avril.

Une maladie transmissible à l'homme

Évoluant silencieusement et longuement, le tuberculose bovine (TB) ne présente pas aucun symptôme visible sur des animaux vivants, d’où sa difficulté à détecter. Il est causé par le bactérie Mycobacterium bovis pouvant infecter de nombreuses espèces de ruminants, élevés et sauvages, en particulier bovins et cerfs. Les sangliers, les blaireaux ou les renards peuvent également être contaminés par cette bactérie se répand souvent par voie respiratoire.

C'est aussi un zoonose, c’est-à-dire une infection qui est transmet également à l'homme en cas de contact avec des animaux malades ou d'ingestion lait cru de vaches infectées. selonl’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), dans certains pays, jusqu’à 10% des cas de tuberculose humaine sont d'origine bovine.

Nous devons agir rapidement

"Nous pensions qu'elle était éradiqué depuis 25 ansnous sommes devant l'observation qu'il est encore un peu présent sur le territoire. Il est nécessaire savoir comment et où elle s'est cachée depuis 25 ans et terminer le travail d'éradication A expliqué à France 3 Etienne Gavart, directeur du groupe de défense sanitaire du Calvados, l'un des deux départements de Normandie avec l'Orne où 7 nouveaux cas ont été identifiés cette année.

Et Dépêchez-vous. Pas seulement pour les raisons sanitaire mais aussi économique. En effet, si la France veut garder son statut de " pays libre ", Émis par la Commission européenne et ne pas être limité dans ses exportations de viande bovine, il ne doit pas ne pas dépasser le nombre de 200 cas positifspar an.

C’est pourquoi le domaine de de prophylaxie (un ensemble de mesures de détection visant à prévenir la propagation de la maladie) a été étendu depuis début novembre et se poursuivra jusqu’en avril.600 animaux ont déjà été abattus dans l'Orne et le Calvados; ils faisaient partie des troupeaux parmi lesquels des bêtes malades avaient été signalées.

"Si nous ne faisons que tuer les animaux identifiés comme positifs, nous les laisserions en incubation et nous ne résoudrons pas les problèmes d’exploitation.", explique Etienne Gavart, qui rappelle que la maladie peut évoluer lentement et sans signe visible.

Dans le calvados, 850 fermes doit être testé, 700 dans l'Orne et 425 dans la Manche, où aucun cas n'a encore été détecté.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.