Quelle transformation sur 5 ans! | The Herald

0
24

The Herald

Robson Sharuko Rédacteur sportif senior
Une image de Tino Kadewere, lors de ses premiers jours au côté suédois de Djurgaden en août 2015, a émergé et son innocence enfantine saisissante cache les instincts de tueur impitoyables qu’il a affichés depuis son explosion sur la scène européenne.

La photo d’un Kadewere de 19 ans, prise la semaine où il est arrivé en Suède de Harare City, montre un footballeur différent du monstre de but confiant qu’il est devenu dans la ligue française de deuxième niveau où il a remporté le Golden Boot prix la saison dernière.

L’attaquant international du Zimbabwe, âgé de 24 ans, a marqué 20 buts en 24 matches avec le club français de Ligue 2, Le Havre, et a été le vainqueur incontesté de la course au Golden Boot malgré son exclusion, pendant plusieurs semaines, par blessure.

Il aurait pu marquer plus s’il n’avait pas raté quelques pénalités alors que la saison a également pris fin prématurément après que les autorités françaises ont décidé que la poursuite du programme de football mettrait en danger les athlètes dans une période où le monde est aux prises avec la pandémie de COVID-19.

Kadewere semble impressionné par l’occasion, dans le vestiaire de Djurgaden, regardant chaque pouce de l’adolescent brut qu’il était, qui venait d’être arraché à un court séjour à Harare City où son potentiel, pour faire de la classe dans le football européen, a été remarqué pour la première fois par l’entraîneur Moses Chunga.

Le côté suédois avait été charmé par un autre attaquant zimbabwéen, Nyasha Mushekwi, qui a illuminé la scène avec son instinct de buteur, lors d’un court prêt au club.

Kadewere entamera la nouvelle saison du côté de la Ligue 1 française, l’Olympique Lyon, après avoir conclu un contrat de 16,5 millions de dollars et quatre ans pour quitter le Havre en janvier.

Mardi, Lyon a diffusé un teaser sur son compte Twitter officiel, demandant aux fans: “Qui est ravi de voir Tino Kadewere en action pour (Team Olympique Lyon?”)

Et cela a suscité l’intérêt de dizaines de fans de football zimbabwéens qui ont répondu en souhaitant au guerrier tout le succès dans son nouveau club.

“Nous avons hâte de voir ce joyau sur le sol français”, a expliqué l’un des répondants. “Nous, la même nation qui vous a donné Benjani Mwaruwari.”

Kadewere a marqué 18 buts en 60 matches pour Djurgaden, un bon retour pour un jeune joueur dans sa première aventure en Europe, et cela a attiré l’intérêt du Havre.

Son explosion au Havre a attiré l’attention de nombreux clubs, dont quelques-uns en Premiership anglaise, mais c’est Lyon qui a finalement capturé sa signature.

Kadewere a déclaré qu’il voulait emprunter le chemin qui a vu des goûts de Karim Benzema et Alexandre Lacazette, qui ont utilisé Lyon comme tremplin pour accéder à de plus grands clubs – le Real Madrid et Arsenal.

«À Lyon, il y avait de très bons attaquants, comme Lacazette, Benzema. . . Je veux faire comme Benzema, si c’est possible. »

C’est le chemin de Lacazette qu’il semble suivre.

Lorsque Kadewere est arrivé en Europe il y a cinq ans, Lacazette a marqué 27 buts pour Lyon dans la saison qui s’est terminée en mai de la même année, remportant le titre de joueur de l’année de Ligue 1.

Deux ans plus tard, le Français a signé un accord de cinq ans avec Arsenal pour un montant record de 53 millions d’euros, puis 7 millions d’euros à ajouter en bonus potentiels.

C’était le plus gros montant de transfert jamais payé pour un joueur de Lyon, car il battait les 41,5 millions d’euros que le Bayern Munich avait payés pour Corentin Tolisso.

Il a également éclipsé le précédent record de 50 millions d’euros qu’Arsenal avait payé pour sécuriser Mesut Ozil du Real Madrid en 2013.

Alors que Kadewere doit encore faire ses preuves à Lyon, qui espère désespérément remporter son premier titre de Ligue 1 depuis 2008, avec leurs sept titres à venir au cours des années consécutives entre 2002 et 2008, le Zimbabwéen a déjà déclaré qu’il rêve même de conclure un accord avec un plus grand club à l’avenir.

Son équipe de direction semble suivre un scénario parfait.

Alors qu’il y avait des questions sur leur décision de le faire entrer dans le deuxième niveau français, de certains côtés, quand ils ont pris le pari de l’emmener au Havre, ils avaient été impressionnés par la façon dont le club a nourri les joueurs pour les plus grandes équipes.

Ils ont fourni une maison à certaines des stars qui ont joué dans certains grands clubs du monde – Steve Mandanda est allé à Marseille, Benjamin Mendy est allé à Manchester City, Jean-Alain Boumsong est allé à la Juventus, Souleymane Diawara est allé à Marseille, Patrick Chimbonda est allé à Tottenham, et Lassana Diarra est allé à Arsenal et au Real Madrid.

Paul Pogba est allé à Manchester United et à la Juventus, et a fini par battre le record du monde des frais de transfert, Dimitri Payet est allé à Marseille et Riyad Mahrez a fini par remporter le championnat de la ligue avec Leicester City en Angleterre avant un déménagement à Manchester City.

Maintenant, la même équipe de direction l’a emmené dans un autre club, Lyon, avec une riche histoire de production de joueurs pour certains des clubs de poids lourds en Europe.

Ils comprennent le milieu de terrain brésilien Juninho, le milieu de terrain ghanéen Michael Essien, le capitaine de l’équipe de France vainqueur de la Coupe du monde, Hugo Lloris, qui est maintenant le capitaine des Spurs.

Le défenseur de Barcelone Samuel Umtiti, le défenseur de Liverpool Dejan Lovren, le milieu de terrain de la Juventus Miralem Pjanic, l’attaquant des Spurs Tanguy Ndombele, l’attaquant de Manchester United et Anthony Martial font partie des joueurs de haut niveau qui ont gravi les échelons lyonnais.

Fait intéressant, tout comme Lacazette à ses débuts à Lyon où il a joué en tant qu’ailier avant d’être transformé en un rôle central d’attaquant, Kadewere a également débuté à Harare City en jouant largement sur les flancs.

Il a ensuite été poussé au centre de l’Europe où il a été un buteur régulier.

Cela a été un rêve de cinq ans pour l’ancien élève de l’école secondaire Prince Edward.

Il vient d’une famille qui a produit une bonne partie de bons footballeurs qui, sans des blessures qui avaient détruit leurs rêves à des étapes cruciales de leur aventure, auraient également pu se faire un nom.

Il est difficile, en regardant cette photo de lui dans le vestiaire de Djurgaden il y a cinq ans, de donner l’impression qu’il était impressionné par l’occasion, de croire qu’il se transformerait en ce flingueur qui fait maintenant des vagues dans le football français.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.