Nouvelles Du Monde

Quand les footballeurs suisses battaient l’Allemagne le jour de l’anniversaire d’Adolf Hitler

Quand les footballeurs suisses battaient l’Allemagne le jour de l’anniversaire d’Adolf Hitler

2024-06-21 18:00:00

À l’époque nazie, la Suisse était à égalité avec le football allemand. Pour la première et unique fois jusqu’à présent.

Le capitaine suisse Severino Minelli et le capitaine allemand Mock choisissent leurs sièges avant le coup d’envoi des huitièmes de finale entre l’Allemagne et la Suisse au Parc des Princes à Paris.

Str/Photopress-Archiv/Keystone

Le 20 avril 1941, Adolf Hitler fêtait son 52e anniversaire. Ce jour-là, la Grande Allemagne nationale-socialiste perd un match de football. Le résultat à Berne est de 1:2 contre la Suisse. Joseph Goebbels se met en colère. L’Allemagne a déclenché la Seconde Guerre mondiale et, dans trois mois, le régime déclenchera une guerre d’anéantissement brutale contre l’Union soviétique.

Mais maintenant, le ministre de la Propagande s’inquiète de cette défaite.

Il écrit au chef des sports du Reich, Hans von Tschammer und Osten, qu’une telle situation devrait être évitée à l’avenir. “Aucun échange sportif ne doit avoir lieu si le résultat est le moins du monde douteux”.

En plus de cent ans d’histoire du football, la Suisse n’a jamais réussi à rivaliser avec l’Allemagne. Ce n’était différent qu’à l’époque nationale-socialiste. L’équipe nationale a joué quatre fois contre l’Allemagne au cours de la Seconde Guerre mondiale. Elle a gagné deux fois.

Et juste avant cela, elle a célébré son plus grand succès lors de la Coupe du monde 1938 à Paris, sa seule victoire jusqu’à présent contre l’Allemagne lors d’une phase finale. Cela avait une signification politique. Pour la première fois, la NZZ a publié un reportage sportif en première page.

La Suisse – une partie de « l’espace du peuple allemand »

Ce triomphe a ému la population suisse car elle était profondément perturbée. Au printemps 1938, l’Allemagne nazie annexa l’Autriche. Une carte figurant dans un manuel pédagogique du « Troisième Reich » montrait la Suisse comme faisant partie du « territoire du peuple allemand » – un message sans équivoque.

Lire aussi  Championnats d'Afrique de badminton 1984 — Wikipédia

En Suisse aussi, une minorité rêvait d’un Etat fasciste. Cependant, la majorité prônait la « défense nationale intellectuelle », qui mettait l’accent sur le caractère unique de la Suisse et sur les capacités défensives du petit État.

En juin 1938, cependant, rien n’indiquait qu’un match de football deviendrait un symbole de la volonté de résistance. L’équipe nationale a récemment beaucoup perdu contre l’Allemagne, parfois lourdement. Et avec « l’Anschluss », les footballeurs autrichiens sont désormais des joueurs nationaux de la « Grande Allemagne ». Cela affaiblit probablement l’équipe plutôt que de la renforcer, comme s’en plaindront plus tard les journaux allemands.

Les spectateurs français ont acclamé la victoire suisse.

Les spectateurs français ont acclamé la victoire suisse.

Str/Photopress-Archiv/Keystone

Croix suisse contre salut hitlérien : les équipes avant le coup d'envoi.

Croix suisse contre salut hitlérien : les équipes avant le coup d’envoi.

Str/Photopress-Archiv/Keystone

Le 9 juin 1938, la Suisse était apparemment désespérément menée 0-2 après vingt minutes. Mais les « Vestes Rouges » se sont livrées à un délire, célébré par le public français, et ont gagné 4-2. Le fait que l’attaquant suisse Paul Aebi ait terminé le match malgré une luxation de la mâchoire inférieure correspond au récit héroïque.

En 1938, pendant le match en Suisse, il régnait « un calme saisissant dans toutes les villes et villages », comme l’écrivèrent plus tard les journaux, interrompu seulement par la célébration des buts suisses. Des foules de gens écoutent ensemble la radio diffusée à l’extérieur.

Après la victoire, il y a des défilés de lanternes. A Zurich, les gens se rassemblent devant la rédaction du journal «Sport» et chantent l’hymne national dans trois langues nationales.

Lire aussi  Questions sur Purdue Basketball : qui part ? Qui reste ?

“Les Allemands sont fous”

Le Conseil fédéral félicite par télégramme. Et les journaux font de ce jeu un mythe national. La NZZ écrit à propos des acteurs nationaux : « Ils ont attaqué continuellement la forteresse allemande jusqu’à ce qu’elle se rende finalement. » Un quotidien zurichois écrit : « On avait le sentiment que les Confédérés avaient accompli une grande action. »

L’Arbeiterzeitung de gauche de Bâle écrit que la Suisse a « mis fin à l’obsession de l’invincibilité des bataillons bruns ». Lorsqu’elle écrit sur les travailleurs d’un laboratoire chimique ivres de victoire qui ont provoqué une explosion, elle pense que les juges devraient reconnaître des circonstances atténuantes.

L’élimination de la Suisse lors du match suivant contre la Hongrie n’a pas atténué l’euphorie. Les footballeurs sont largement acclamés à leur retour. L’Association Suisse de Football reçoit le courrier des supporters. Par exemple, extrait du « Stammtisch au Café Ernst à Zurich » : « La Suisse a battu le Reich au football. Les Allemands sont faibles malgré les cris de victoire et les aboiements du salut.”

L’aversion des Allemands pour les matchs de football n’était pas nouvelle. Dès 1937, la « Police secrète d’État » écrivait à l’occasion d’un match de l’équipe nationale allemande en Suisse que les spectateurs n’étaient « pas traités comme des invités, mais comme des étrangers ».

À la gare centrale de Zurich, des drapeaux à croix gammée ont été déchirés et des femmes se sont frottées les fesses de manière démonstrative. «De Winterthour presque jusqu’à Frauenfeld, les rues étaient bordées d’une foule dense de gens qui jetaient des graviers, des pommes de pin, des pommes pourries, des peaux de bananes, etc. sur les voitures.»

Ces expressions de rejet peuvent facilement cacher le fait que les relations entre les deux pays étaient caractérisées par une ambivalence, surtout après le déclenchement de la guerre en 1939. La Suisse oscillait entre la coopération et le rejet. Cela se reflète dans le sport, comme l’a récemment montré l’historien Christian Koller dans un essai. Les autorités et les responsables suisses ont encouragé les jeux entre les deux pays, qui se sont affrontés plus souvent pendant les années de guerre que jamais auparavant ou depuis.

Lire aussi  Radio Bundesliga en direct : La conférence du vendredi - 31e journée | Bundesliga de football
Le match a été dur des deux côtés.  Comme les remplacements n’étaient pas possibles à l’époque, les joueurs blessés ont continué à jouer du mieux qu’ils pouvaient.

Le match a été dur de part et d’autre. Comme les remplacements n’étaient pas possibles à l’époque, les joueurs blessés ont continué à jouer du mieux qu’ils pouvaient.

Image Ullstein/Getty

Lors de la victoire 2-1 de la Suisse à l’occasion de “l’anniversaire du Führer” en 1941, le général Henri Guisan et le ministre de la Défense Karl Kobelt, entre autres, étaient assis dans la tribune officielle. Et la censure de la presse met en garde contre les connotations politiques.

Lorsque «Le Sport Suisse» parlait d’une «manifestation d’indépendance, de volonté de résistance comme à Paris en 1938», la Commission fédérale de la radio et de la presse a confisqué toutes les éditions. Le journal n’est plus autorisé à paraître pendant un mois.

En 1942, l’équipe nationale suisse bat pour la dernière fois l’équipe nationale allemande. Puis le tournant de la guerre a été annoncé et le gouvernement suisse a révisé sa position en matière de politique sportive. En octobre 1942, alors que la bataille de Stalingrad battait son plein, elle exhorta à la retenue dans les contacts avec le Reich allemand.

L’Allemagne et la Suisse ne se sont plus affrontées qu’en 1950. Comme ce fut le cas après la Première Guerre mondiale, la Suisse fut le premier ennemi des Allemands. Ils gagnent le match 1-0.

Ce qui survit, c’est l’image que la Suisse a d’elle-même, qui rejette avec ferveur l’équipe nationale allemande. En 1998, lorsque la Croatie a battu l’Allemagne en quarts de finale de la Coupe du monde, cela a déclenché une atmosphère de fête dans de nombreuses régions de Suisse, au grand dam de nombreux nouveaux arrivants allemands.

Aujourd’hui, les relations se sont largement détendues. Reste l’envie du petit de montrer le grand.



#Quand #les #footballeurs #suisses #battaient #lAllemagne #jour #lanniversaire #dAdolf #Hitler
1718986243

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT