nouvelles (1)

Newsletter

Pression motrice des voies respiratoires liée aux complications pulmonaires post-chirurgie abdominale

La pression motrice des voies respiratoires, mais pas le volume courant ou la pression expiratoire positive (PEP), est associée à un risque accru de complications pulmonaires postopératoires après une chirurgie abdominale majeure, ont rapporté des chercheurs dans BJA ouvert.

En raison de l’association entre les résultats indésirables chez les patients gravement malades sous ventilation mécanique et une pression motrice élevée dans les voies respiratoires, les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’une pression motrice accrue serait liée à des complications pulmonaires postopératoires chez les patients après une chirurgie abdominale majeure.

L’étude observationnelle multicentrique a évalué l’association entre la pression motrice dynamique et les complications pulmonaires postopératoires chez les adultes ayant subi une intervention chirurgicale abdominale majeure (ventilation mécanique ≥120 min). Les participants ont reçu des soins dans 11 hôpitaux fournissant des données au Multicenter Perioperative Outcomes Group (MPOG) entre 2004 et 2018 et disposaient de données cliniques disponibles dans le registre intégré des résultats chirurgicaux du programme national d’amélioration de la qualité chirurgicale de l’American College of Surgeons (ACS NSQIP).

Au total, 14 218 interventions chirurgicales abdominales ont été incluses dans l’analyse. Les participants avaient un âge médian de 57 ans (écart interquartile, 46-67) ans et 57,8 % étaient des femmes. Parmi les gestes chirurgicaux utilisés, 51,7 % impliquaient une voie mini-invasive et 4,1 % étaient en urgence.

Le critère de jugement principal était un composite de complications pulmonaires postopératoires, qui comprenait au moins 1 des événements suivants survenus dans les 30 jours postopératoires : pneumonie, besoin d’assistance ventilatoire pour quelque raison que ce soit (intubation trachéale non planifiée, échec du sevrage de l’assistance respiratoire dans les 48 heures suivant la fin de la chirurgie), ou les deux.

De la cohorte, 389 (2,7%) patients ont eu une complication pulmonaire postopératoire et 2202 (15,5%) ont eu une complication non respiratoire. La mortalité est survenue chez 66 (0,5 %) participants et 2311 patients (16,3 %) avaient un résultat composite de complications pulmonaires postopératoires, de morbidité majeure ou de mortalité à 30 jours.

Les participants ayant eu des complications pulmonaires postopératoires étaient plus susceptibles d’être plus âgés (65 [56-74] ans contre 57 [46-67] années, respectivement, P <0,001) et masculin (57,1 % contre 41,8 %, respectivement, P <.001).

La pression motrice dynamique médiane (ET) chez les patients étudiés était de 16 (12-21) cm H2O. Le volume courant (VJ) était de 489 mL (439-567), VJ le poids corporel prévu (PBW) était de 8 (7-9) mL · kg-1et la PEP était de 5 (2-5) cm H2O.

Dans le modèle linéaire généralisé, la pression motrice dynamique était associée à des complications pulmonaires postopératoires (odds ratio ajusté [OR], 1,04 ; IC à 95 %, 1,02-1,06 ; P <.001). PEP (OR ajusté, 1,02 ; IC à 95 %, 0,98-1,07 ; P = 0,400) et volume courant (OR ajusté, 0,98 ; IC à 95 %, 0,92-1,04 ; P =.452) n’étaient pas associés à des complications pulmonaires postopératoires.

De futures études, y compris des ECR, seront nécessaires pour mieux comprendre la relation entre la pression motrice et les complications pulmonaires postopératoires, y compris un mécanisme causal potentiel et si les modifications de la pression motrice réduisent le risque de complications pulmonaires postopératoires.

Dans un modèle de régression linéaire multivariable évaluant si les facteurs de risque traditionnels de la ventilation non protectrice étaient associés à des pressions motrices élevées, une augmentation de l’indice de masse corporelle (kg/m–2) (β = 0,35 ; IC à 95 %, 0,32-0,39 ; P < 0,001), diminution de la taille (cm) (β = -0,01 ; IC à 95 %, -0,02 à 0,00 ; P = 0,005) et le sexe féminin (β = 0,74 ; IC à 95 %, 0,63-0,86 ; P <.001) étaient associés à la pression motrice dynamique.

Les limites de l’étude comprennent la nature rétrospective de l’étude et la possibilité de variables confusionnelles non identifiées. De plus, la période de collecte des données (2004 à 2018) a été longue et les modèles de pratique ont changé au fil du temps, ce qui peut avoir introduit des covariables non prises en compte.

Les chercheurs ont conclu que « des études futures, y compris des ECR, seront nécessaires pour mieux comprendre la relation entre la pression motrice et les complications pulmonaires postopératoires, y compris un mécanisme causal potentiel et si des modifications de la pression motrice réduisent le risque de complications pulmonaires postopératoires ».

Divulgation : l’un des auteurs de l’étude a déclaré des affiliations avec des sociétés biotechnologiques, pharmaceutiques et/ou d’appareils. Veuillez consulter la référence originale pour une liste complète des divulgations des auteurs.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT