Préoccupations en Belgique: le nombre d’infections continue d’augmenter

| |

Anvers est une source de contamination. Une infection sur cinq vient de là. Philippe Jorens de l’hôpital universitaire de cette ville dit contre VRT qu’ils sont prêts pour une deuxième vague. Le nombre d’admissions à l’hôpital en Belgique est faible, mais il y a aussi une légère augmentation. «Il ne suffit pas d’être très inquiet, mais trop pour s’endormir», dit Jorens.

Le gouvernement belge est préoccupé par l’augmentation du nombre d’infections. Demain matin, une réunion d’urgence de politiciens et d’experts a été lancée. Les mesures peuvent être renforcées pour arrêter la propagation du virus.

Augmentation substancielle

En Belgique, ils utilisent une moyenne quotidienne pour indiquer le nombre d’infections. Le dernier chiffre de 127,4 infections par jour s’applique à la période du 8 au 14 juillet. Par rapport à la période précédente, du 1er au 7 juillet, les Belges constatent une augmentation de 46%.

En Belgique, 892 infections se sont ajoutées entre le 8 et le 14 juillet. En comparaison: aux Pays-Bas 534 infections ont été recensées au cours de la même période.

R supérieur à 1

Ces derniers jours, le nombre de reproductions en Belgique est passé à 1,064. Cela signifie qu’une personne infectée infecte plus d’une autre personne en moyenne. En conséquence, l’épidémie se développe. “Il semble que la flamme soit de retour dans la casserole”, Le biostatisticien Geert Molenberghs (KU Leuven) dit à la VRT. “C’est en fait un peu de ce qui nous est arrivé en février et mars. Au début, vous avez toujours le sentiment: ce sera bien, tout ira bien. Mais soudainement, ça éclate comme un mur.”

Selon Molenberghs, des mesures doivent être prises rapidement. Cela signifie détecter, isoler les cas, mais aussi enquêter avec qui la personne infectée a été en contact. Ce dernier ne va pas bien maintenant, la source de nombreuses infections est inconnue. “Les pompiers doivent sortir et commencer à s’éteindre”, explique le biostatisticien.

Dans tous les cas, Anvers mettra en place cette enquête de contact elle-même à un rythme accéléré. Commencer la semaine prochaine des médecins généralistes et des bénévoles sur place pour retrouver les contacts des patients.

Mondmaskers et bulles sociales

Un peu différent s’applique en Belgique coronamaatregelen qu’aux Pays-Bas. De cette façon, vous pouvez avoir un contact plus étroit avec un maximum de quinze personnes par semaine. Cela s’appelle une bulle sociale. Vous pouvez changer ce groupe chaque semaine. Les groupes de plus de quinze personnes ne sont pas autorisés et ces règles s’appliquent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Garder ses distances est obligatoire, mais cela ne s’applique pas aux quinze personnes de votre bulle sociale. Dans de nombreux endroits, un masque est obligatoire, comme dans les magasins, les cinémas, les transports en commun, mais aussi au musée ou chez le coiffeur.

Previous

Boeing 747, Airbus A380, la fin des géants de l’air?

Claudia Gerini, trois sets pour mon «redémarrage» – Ultima Ora

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.