Première dame nommée ambassadrice spéciale de l'ONUSIDA pour les adolescents | Le nouveau temps

La Première Dame, Jeannette Kagame, a été nommée ambassadrice spéciale pour la santé et le bien-être des adolescents par le Programme des Nations Unies sur le VIH et le sida (ONUSIDA).

Lors d'une présentation sur la situation de la riposte mondiale au VIH hier, le Directeur exécutif et secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Nations Unies, Michel Sidibe, a remercié Mme Kagame pour son engagement à plaider en faveur de l'élimination du VIH / sida d'ici 2030, comme suit: tout en assurant la santé et le bien-être des adolescents.

Michel Sidibe, Directeur exécutif de l'ONUSIDA

Il a félicité Mme Kagame pour avoir comblé le fossé qui sépare les dirigeants et les populations vulnérables, en termes d'inclusion dans la prévention du VIH, les soins et le traitement, et l'atténuation de l'impact social.

"Vous avez aidé les masses à passer d'une grande tristesse et d'un désespoir à l'espoir", a-t-il déclaré à Mme Kagame. «C’est avec le plus grand respect et la plus grande gratitude que je vous remercie pour tout ce que vous avez fait et que vous continuez de faire pour éliminer le VIH / sida», at-il ajouté.

En moins de 10 ans, le nombre de Rwandais infectés bénéficiant d'un traitement anti-VIH a doublé, réduisant effectivement de près de 50% le nombre de décès liés au VIH depuis 2010. Selon le rapport annuel sur le VIH 2018, environ 189 000 personnes vivant avec le VIH suivaient un traitement antirétroviral leur permettant de sauver la vie traitement, ce qui représente 92,3% de toutes les personnes estimées connaître leur statut VIH. Le taux de rétention du traitement était de 91,5%, tandis que celui de la suppression de la charge virale après 12 mois de traitement était de 91%, indique le rapport.

Dr Diane Gashumba, ministre de la santé

Sidibe a également félicité le gouvernement rwandais d'avoir veillé à ce que plus de 90% des établissements de santé proposent des tests de dépistage du VIH. Entre juillet 2017 et juin 2018, plus de 2,5 millions de personnes ont eu accès à des programmes de conseil et de dépistage du VIH. En 2017, le Gouvernement rwandais a adopté l'autodiagnostic du VIH comme approche complémentaire du dépistage du VIH et a encouragé la distribution gratuite et l'achat privé dans les pharmacies.

Dans son allocution de remerciement, la Première Dame a déclaré que la reconnaissance par l'ONUSIDA ne faisait pas que souligner ses efforts en matière de lutte contre le VIH / sida au Rwanda et d'assurer la santé et le bien-être des adolescents, mais qu'elle servait en réalité à honorer les parties prenantes et le partenaire, avec le soutien desquels elle n'aurait pu obtenir ce qu'elle a réalisé jusqu'à présent.

«Je ne saurais être prise à la légère pour être nommée ambassadrice spéciale de la santé et du bien-être des adolescents par une institution engagée à améliorer la santé dans le monde – et pour cela, je suis humiliée et sincèrement reconnaissante», a déclaré Mme Kagame.

Mme Kagame a décrit son parcours dans la lutte contre le VIH / sida comme inspiré par son profond désir d'influencer le changement nécessaire pour lutter contre la maladie.

«Mon implication dans la lutte contre le VIH / SIDA, ainsi que la contribution à la santé et au bien-être de notre plus grand atout – notre jeunesse, ont été inspirées par mon profond désir, et mon devoir, d’exploiter ma position de première dame changement dont nous avions besoin », a-t-elle déclaré.

«Le voyage dans lequel je me suis engagé avec mon équipe depuis 2001 était basé sur la conviction de voir tous les Rwandais éduqués et mener une vie digne et prospère, car je pensais que c’était ce qu’ils méritaient.

Au cours de ce voyage, elle a été témoin d’un «changement positif considérable» qui, at-elle expliqué, n’aurait pas été possible sans le leadership visionnaire du Rwanda.

«En effet, nous avons vu émerger des écosystèmes efficaces, grâce à des stratégies de développement pertinentes et à des cadres solides, permettant ainsi à mon organisation et à d’autres personnes travaillant sur le terrain d’amplifier notre impact», a-t-elle noté.

Malgré les progrès réalisés, Mme Kagame a appelé toutes les personnes présentes à ne pas céder à la complaisance, car elle allait démanteler ce qui avait été accompli jusqu'à présent pour garantir que tous les hommes, femmes et enfants, disposent des connaissances et des ressources nécessaires pour vivre en sécurité, et des vies saines.

«Nous ne pouvons pas rester avec la satisfaction que le pire est derrière nous. Alors que le visage du VIH / sida continue d'évoluer, nous devons rester vigilants afin de pouvoir relever les défis émergents de manière opportune », a averti Mme Kagame.

En acceptant son rôle d’ambassadeur à vie de l’ONUSIDA, la Première Dame s’est engagée à continuer de plaider en faveur de l’élimination du VIH / sida, en examinant en particulier ses effets sur les jeunes et les adolescents.

«Je m'engage à redoubler d'efforts et à jouer un rôle indéfectible dans la promotion de l'élimination du sida d'ici 2030 et, plus encore, dans son élimination. De manière plus importante, je m'engage de nouveau à éliminer le sida parmi les jeunes et les adolescents au Rwanda et dans le monde. ," dit-elle.

editorial@newtimes.co.rw

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.