nouvelles (1)

Newsletter

Pourquoi les experts s’inquiètent-ils de la faible couverture vaccinale au Venezuela ?

Les sociétés scientifiques du Venezuela réitèrent leur inquiétude face à la faible couverture vaccinale dans le pays qui, selon les données révélées par l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’UNICEF, n’atteint pas 80 %, ce qui implique un “risque épidémiologique grave d’apparition d’épidémies”.

consulté par VOAHuniades Urbina, pédiatre intensiviste et vice-président de l’Académie nationale de médecine, soutient que les publications de l’OPS, qui s’appuient sur des données officielles fournies par l’État vénézuélien, montrent que les perspectives sont “sombres”.

« Quand on additionne et divise et prend la moyenne, on atteint 48 % – 49 % de couverture vaccinale ; L’OMS dit que la couverture vaccinale pour un pays, classée bonne, voire excellente, doit être comprise entre 90 à 95 % de la population à vacciner », explique-t-il.

Jaime Lorenzo, médecin spécialisé en administration hospitalière et santé publique et directeur de l’ONG Médicos Unidos por Venezuela, rappelle que les informations officielles au Venezuela sont rares, mais souligne que les informations publiées par les agences internationales permettent de savoir quelle est la situation actuelle.

Le graphique de l’OPS montre la couverture vaccinale au Venezuela.

L’État vénézuélien maintient une dette de quelque 11 millions de dollars auprès du Fonds renouvelable de l’OPS, ce qui l’empêche d’acheter des vaccins à des prix plus abordables.

“La situation de la dette du Venezuela auprès du Fonds renouvelable reste inchangée, cependant, afin d’atténuer les maladies évitables par la vaccination, des efforts sont déployés pour mobiliser des ressources par le biais de dons et de contributions volontaires pour soutenir et pouvoir mener à bien des campagnes de vaccination contre la rougeole, la poliomyélite, fièvre jaune, diphtérie et autres », a déclaré Ciro Ugarte, directeur des urgences sanitaires de l’OPS lors d’une conférence de presse le 13 juillet.

Urbina ajoute que le Venezuela n’a pas non plus versé son quota pour acquérir des vaccins en 2022 et rappelle que les produits biologiques fournis ont été donnés par des organisations internationales.

Quel est l’impact ?

L’impact du manque de vaccins, pour toute population, est le “manque de protection”, en particulier de la population infantile, et se traduit par un rebond des maladies, détaille Urbina, rappelant qu’en raison de la faible couverture, en 2016, Dans l’État de Bolívar, au sud du pays, après 25 ans de contrôle, la diphtérie est réapparue.

« La rougeole est réapparue au Venezuela, après 10 ans, pas seulement au Venezuela, dans les Amériques. Nous constatons une incidence plus élevée de diarrhée chez les nourrissons due au rotavirus puisque le gouvernement national n’a pas acheté le vaccin qui figure dans le calendrier national de vaccination depuis plus de 5 ans, nous avons également vu beaucoup de pneumonies, d’otites moyennes, probablement dues à pneumocoque “, dit Urbina.

À cet égard, Lorenzo rappelle que jusqu’en 2017, il existait une vaccination contre le rotavirus qui réduit la mortalité et les processus infectieux chez les enfants dus à la diarrhée.

“Dans la mesure où les pourcentages de vaccination sont inférieurs à 95%, il y a un plus grand nombre de population exposée”, prévient Lorenzo.

“Si nous passons de 95% à 76% de l’année 2020 et comprenons que 2021 et 2022 vont baisser davantage, ces enfants qui n’ont pas été vaccinés ont une très forte possibilité de présenter la maladie et que nous enregistrerons à nouveau des épidémies de la rougeole, de la diphtérie et de la coqueluche pour ne pas avoir respecté les calendriers de vaccination », a-t-il insisté dans une conversation avec VOA.

Selon le Rapport national du Programme élargi de vaccination (PEV), correspondant à 2020 et publié par l’OPS, la couverture vaccinale contre le rotavirus était de 18 % en 2017.

Dans le cas de la poliomyélite, il est passé de 82 % en 2016 à 62 % en 2020 ; de la tuberculose (BCG) de 100 % en 2016 à 82 % en 2020 et de la SRP1 (rougeole, oreillons et rubéole) de 96 % en 2017 à 76 % en 2020.

Le rapport indique qu'”il n’y a pas de plan de vaccination pluriannuel complet” et “aucune information n’est disponible sur le comité national sur les pratiques de vaccination avec un mandat écrit”.

Les sociétés scientifiques vénézuéliennes insistent sur la nécessité d’incorporer les vaccins en tant que “pilier fondamental de la prévention des maladies” et insistent sur la promotion d’une campagne de vaccination contre la poliomyélite et d’autres maladies.

À plusieurs reprises, des responsables du gouvernement vénézuélien ont attribué le manque de médicaments et de fournitures médicales aux sanctions internationales, puisque les ressources de l’État sont « bloquées ».

Connectez-vous avec la Voix de l’Amérique ! Abonnez-vous à notre chaîne Youtube et activez les notifications, ou suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter e Instagram.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT