nouvelles (1)

Newsletter

Pourquoi l’ANC alloue proportionnellement le même temps à toutes les discussions lors de la conférence politique

Les partisans de l’ANC se sont réunis lors d’un rassemblement à Soweto.

Sharon Seretlo, Gallo Images via Getty Images

  • L’ANC a introduit des mesures pour garantir que toutes les discussions lors de sa conférence politique soient limitées à une durée égale.
  • Il s’agit de s’assurer que les discussions autour de la politique de retrait ne s’épuisent pas la plupart du temps.
  • L’ANC du KZN et du Limpopo a déjà demandé la suppression de la règle de retrait.

Pour éviter un scénario où certains sujets de discussion primeraient au détriment d’autres domaines critiques de délibération, l’ANC a proportionnellement délégué le même temps pour toutes les discussions.

Cela a été annoncé par le sous-comité politique du comité exécutif national du parti dans un document visant à gérer les règles et procédures de la conférence politique qui doit commencer vendredi.

Cette décision visait à apaiser les craintes que les discussions ne dégénèrent en se concentrant principalement sur les grandes batailles par procuration pour les factions du parti, telles que la règle de retrait, et sur des sujets litigieux, tels que la nationalisation de la banque centrale et la réforme agraire.

LIRE | Une aube nue: la conférence ANC KZN se salit avec des affirmations «séduisantes» sur WhatsApp

En tant que précurseur de la conférence élective nationale, la conférence politique devrait voir la contestation du pouvoir interne, la règle de retrait devant occuper le devant de la scène.

SOWETO, AFRIQUE DU SUD - 28 juillet : application de la loi pr

Les forces de l’ordre repérées près de Nasrec jeudi, avant la sixième conférence politique de l’ANC.

Gallo Images Images Gallo/Papi Morake

Quelle que soit la faction, que ce soit celles pour le maintien de la politique ou celles qui appellent à sa suppression, recueille suffisamment de soutien, elle se sentira enhardie à l’approche de la conférence élective nationale.

Par conséquent, pour s’assurer que les délégués ne perdent pas de temps à s’empêtrer là-dedans, le sous-comité des politiques du comité exécutif national a souligné que « toutes les délégations provinciales et ligues doivent adhérer aux principes de répartition équitable aux commissions et que les délégués sont répartis proportionnellement au nombre de commissions”.

Cela figurait dans le projet de programme de l’ANC pour ses règles et procédures pour la conférence.

LIRE | Le personnel non rémunéré de l’ANC menace une action en justice et commence à ralentir avant la conférence politique du parti

Selon le document, la raison d’être d’une telle entreprise “est que les commissions ne soient pas encombrées par une discussion de politique sectorielle en particulier. Il a souligné que “la même importance doit être accordée à tous les domaines politiques”.

“Les discussions sur la transformation économique qui se concentrent sur la réalisation d’une répartition plus équitable de la richesse, un taux de croissance plus élevé et la création de plus d’emplois ne peuvent éclipser les discussions sur l’éducation et la santé qui constituent le fondement pour garantir que nous avons les compétences et les capacités les plus appropriées et une vie saine main-d’œuvre à travers la réalisation », lit-on dans le document.

D’autres discussions prévues au cours du week-end portent sur la transformation sociale, la paix et la stabilité, l’équilibre des forces, le renouveau organisationnel, dans le cadre duquel la politique de retrait sera débattue, le genre et l’émancipation des femmes, entre autres.

Les conseils généraux provinciaux de l’ANC du KwaZulu-Natal et du Limpopo ont déjà décidé de contester la politique de retrait, citant des divergences dans la manière dont elle a été mise en œuvre.

Les régions de Gauteng, Ekurhuleni, Tshwane et Johannesburg ont également demandé que la politique soit révisée.

La politique a cependant reçu le soutien du Cap oriental, du Mpumalanga et de l’État libre.

Jeudi, le parti a annoncé les membres qui feront partie du comité directeur qui décidera des priorités ou de l’ordre des travaux. Il sera dirigé par le trésorier général, Paul Mashatile, en tant que convocateur.

Il s’agit de Gwen Ramokgopa, Senzo Mchunu, Natso Khumalo, Nonceba Mhlauli, Maropeng Ramokgopa, Lulamile Ngcukaitobi, Bheki Mtolo, Muzi Chirwa, Ruben Madadzhe, Thembinkosi Nciza, Deshi Ngxanga, Hlomani Chauke, Ronalda Nomalunga et Paseka Nompondo. Febé Potgieter et Nhlanhla Mabaso seront les membres supplémentaires.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT