nouvelles (1)

Newsletter

Pourquoi la Libye passe d’une crise à l’autre

Plus d’une décennie après que les gouvernements américain, européen et arabe ont aidé les Libyens à renverser leur dirigeant tyrannique Moammar Kadhafi, le pays reste en proie à des crises périodiques et à des effusions de sang. Les efforts soutenus par les Nations Unies pour réconcilier les deux gouvernements concurrents de la nation riche en pétrole sont au point mort. Et la guerre en Ukraine fait passer le sort de la Libye au second plan de l’agenda international, vidant l’élan du processus de paix. Pendant ce temps, les services publics de base s’effilochent et le niveau de vie baisse dans un contexte d’inflation galopante.

1. Qu’est-ce qui se cache derrière ces années de troubles ?

Les institutions de l’État libyen se sont effondrées pendant les 42 ans de dictature de Kadhafi et son renversement a laissé un vide qui a été comblé par une myriade de milices, dont beaucoup étaient basées sur des affiliations tribales. Une division est apparue entre l’ouest plus riche du pays et l’est qui abrite une grande partie de la production pétrolière de la Libye. À la suite des élections de 2014, la Libye a été divisée en deux, avec une administration reconnue par l’ONU basée dans la capitale, Tripoli, affrontant le général Khalifa Haftar et une coalition de troupes et de combattants irréguliers connue sous le nom d’Armée nationale libyenne à l’est. Un cessez-le-feu négocié au niveau international en octobre 2020 a conduit à un nouveau gouvernement de transition dirigé par le Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah, qui était censé guider le pays vers des élections fin 2021. Mais le vote a été reporté en raison de différends juridiques et Dbeibah est resté dans le rôle . Cela a provoqué la colère des parlementaires de l’Est, qui ont nommé un Premier ministre rival, Fathi Bashagha, basé dans la ville côtière centrale de Syrte.

2. Dans quelle mesure le pays est-il instable ?

Le cessez-le-feu de 2020 a conduit à une période de calme relatif. Cependant, en mai 2022, Bashagha a tenté d’entrer à Tripoli et de faire valoir sa prétention à diriger le pays, ce qui a conduit à de violents affrontements qui l’ont contraint à se retirer. Les combats se multiplient fin août qui font craindre un retour à la guerre totale. Aucun des gouvernements libyens n’a réussi à rétablir complètement l’ordre sur son territoire ou à confisquer les armes pillées lors du renversement de Kadhafi. Dans l’extrême sud, un vide de pouvoir a permis aux combattants alignés avec l’État islamique de s’abriter et d’organiser des attaques intermittentes contre les forces de sécurité. Néanmoins, le commerce, la vie de famille et l’école continuent. Les services gouvernementaux tels que l’éducation et les transports, bien que relativement limités, sont fournis par des ministères qui sont généralement au-dessus de la mêlée politique et sont financés par l’administration basée à Tripoli.

3. Qui détient le pouvoir politique actuellement ?

Dbeibah, qui a juré de ne pas démissionner avant la tenue des élections, bénéficie du soutien turc et a consolidé son contrôle de la capitale en évinçant les milices qui pourraient menacer son régime. Bashagha, un ancien chef de la sécurité, fait pression sur son propre cas pour la légitimité nationale et internationale. Haftar contrôle toujours l’est de la Libye et est capable de mobiliser une force de combat importante. Le président du parlement de la région orientale, Aguila Saleh, a été un opposant virulent à Dbeibah. Enfin, le fils de l’ancien autocrate libyen, Saïf al-Islam Kadhafi, a ses propres ambitions pour diriger le pays. Il est réapparu fin 2021 pour monter une candidature soutenue par la Russie pour la présidence, bien que l’on ne sache pas quel est le soutien public dont il dispose.

4. Quel rôle joue la communauté internationale ?

Le conflit libyen a été, en partie, une guerre par procuration entre certaines des puissances du Moyen-Orient. L’Égypte et les Émirats arabes unis soutiennent Haftar dans l’espoir qu’il puisse vaincre les groupes islamistes en Libye, y compris une branche des Frères musulmans. La Turquie, qui avait des liens étroits avec les Frères musulmans, a fait cause commune avec l’administration de Tripoli. La Russie s’est également jointe à la mêlée alors qu’elle tentait de défier les intérêts occidentaux dans les États arabes faibles. La dynamique a changé au cours de l’année écoulée, alors que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et, dans une moindre mesure, l’Égypte ont resserré leurs liens avec la Turquie. Quant aux nations européennes, les vastes réserves de pétrole de la Libye – les plus grandes d’Afrique – et sa situation juste de l’autre côté de la Méditerranée leur ont donné un intérêt dans le résultat. Mais ils ont récemment montré peu d’appétit pour le type d’engagement soutenu nécessaire pour résoudre la crise. Les gouvernements européens semblent les plus soucieux d’empêcher que la Libye ne soit utilisée comme point de départ pour les migrants africains qui tentent de traverser la Méditerranée.

5. Qu’est-il arrivé à la production d’énergie ?

Les réserves de pétrole de la Libye lui donnent des ressources suffisantes pour payer un effort de reconstruction nationale, si seulement ses querelles politiques peuvent être résolues. La production est une fraction de ce qu’elle pourrait être, les milices et les manifestants politiques fermant régulièrement les champs pétrolifères, les oléoducs et les ports pour faire valoir leurs revendications. La production a chuté à partir d’avril au milieu de la dernière lutte pour le pouvoir. Il s’est ensuite redressé après la refonte de la direction de la National Oil Corporation, propriété de l’État, et un accord conclu pour apaiser les tensions entre la NOC et le ministère du pétrole. Le dysfonctionnement entrave les efforts de refonte des infrastructures énergétiques désuètes et mal entretenues du pays. Néanmoins, des entreprises telles que le français TotalEnergies SE, l’italien Eni SpA et Royal Dutch Shell Plc sont prêts à investir des milliards de dollars pour exploiter les réserves de pétrole et de gaz naturel de la Libye, ainsi que son potentiel d’énergie solaire.

Plus d’histoires comme celle-ci sont disponibles sur bloomberg.com

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT