Pour contrer le namaz en plein air, les habitants de Gurgaon se présentent avec un micro et chantent des bhajans

Pour la quatrième semaine consécutive, un groupe de résidents s’est opposé vendredi à ce que le namaz soit offert à l’air libre dans le secteur 47 de Gurgaon alors que la police a déplacé le site de prière de 100 mètres par rapport à son emplacement d’origine.

Des prières ont été offertes au milieu d’une forte présence policière alors qu’au moins 70 à 80 personnes, portant des pancartes, brandissaient des slogans et tentaient de marcher vers le site. La police a créé un cordon de sécurité et les a arrêtés.

La police avait précédemment demandé aux membres de la communauté musulmane d’atteindre le site du côté de Subhash Chowk pour éviter une confrontation. Aman Yadav, ACP Sadar, a déclaré : « Les prières ont été offertes pacifiquement. Au cours de la dernière semaine, nous avons tenu des réunions avec des représentants des deux communautés et nous travaillons à résoudre le problème. »

A 12h40, les habitants se sont rassemblés près du site et ont chanté des chants religieux et des bhajans à l’aide d’un micro et d’un haut-parleur portable. Ils ont également lancé des slogans contre le gouvernement pour ne pas avoir arrêté le namaz dans les lieux publics.

Le site du secteur 47 fait partie de la liste des 37 sites désignés où des prières pourraient être offertes en plein air, qui a été «négociée» par l’administration après consultation avec les représentants de deux communautés, après que plusieurs perturbations ont été signalées en 2018. Les résidents ont affirmé que l’arrangement était pas permanent et l’autorisation n’a été accordée que pour une journée.

Taufiq, qui vient sur le site depuis trois ans, a déclaré: «Cela n’est devenu un problème qu’au cours des dernières semaines. Certaines personnes qui essaient de tirer un profit politique de cela créent un chahut. »

Dans une lettre adressée au commissaire de police au début du mois, le Gurgaon Nagrik Ekta Manch (GNEM), un forum de citoyens, a affirmé que des sites de prière dans trois secteurs avaient été fermés au cours des derniers mois.

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT